Un mensonge répété suffisamment souvent devient la réalité Lénine

Exemples de désinformations avérées sur les ovnis
  • Le projet Grudge jusqu'en 1951, avec l'ATIC se gaussant des ovnis tout en travaillant dessus
  • L'entreprise de réduction du nombre de signalements d'ovnis, recommandée par la commission Robertson en 1953
  • L'URSS propageant dans la presse des interprétations ovnis de lancement de fusées secrètes
  • La CIA encourageant l'interprétation en tant qu'ovnis des vols de U-2 métallisés dans les années 1970s
  • William Leonard Moore déclarant avoir désinformé Bennevitz en 1989

La désinformation est une mesure active visant à induire un adversaire en erreur et influencer sa décision.

Elle est donc à différencier du simple mensonge, qui n'est pas une mesure active organisée (i.e. n'a pas d'objectif vraiment déterminé, autre que nier une vérité, pour des raisons idéologiques par exemple). De la même manière on qualifie parfois abusivement de désinformation des erreurs involontaires (la presse manquant de connaissance du sujet ou victime d'a priori par exemple) Cette dérive d'une interprétation volontaire de l'involontaire est typique d'une projection conspirationniste des événements.

La désinformation peut être d'origine officielle (aux USA, les activités comparables aux mesures actives sont de la compétence de la CIA et sont regroupées sous le concept d'activités spéciales) comme non officielle (des canulars peuvent être considérés comme auteurs de désinformation).

Enfin, la désinformation n'est pas l'apanage d'une idéologie particulière (des croyants peuvent dénoncer une désinformation de rationalistes voulant cacher au public la vérité sur des phénomènes extraordinaires, et des rationalistes peuvent dénoncer une désinformation de croyants voulant détrôner la science établie et ses explications rationnelles) Par exemple la peur de l'engorgement des canaux de renseignement et de la défense par les signalements d'ovnis a été présentée concomitamment en 1953 comme de faux vaisseaux extraterrestres (selon les experts de la CIA) et comme de fausses armes russes (et donc vrais vaisseaux extraterrestres, selon Donald Edward Keyhoe).

Interprétation

Des désinformations avérées sont parfois ré-interprétées librement et indépendamment de l'explication d'origine. Par exemple le fait que le panel Robertson ait recommandé en 1953 la réduction du nombre de signalements par peur d'un engorgement des canaux de communications (une forme d'attaque possible de leur adversaires de l'époque) est parfois ré-interprétée comme la seule volonté de vouloir masquer au public l'existence de vaisseaux extraterrestres.

Des rumeurs évoquent la possibilité que les USA ou l'URSS aient chacun orchestré des campagnes de désinformation visant à faire croire à leur adversaire qu'il disposaient d'une technologie extraterrestre.

Argument ad hoc

L'idée de désinformation est parfois utilisée comme argument générique visant à expliquer tel ou tel événement ou au contraire l'absence d'un événement. On interprêtera par exemple des faits décrédibilisants (un canular ou d'un aspect ridicule) comme faisant partie d'une campagne de désinformation "amplifiante" Bourdais, Gildas:. Ces interprétations sont toutefois plus souvent argumentées sur la base de l'exemple de désinformations passées (i.e. on a désinformé, donc on peut encore désinformer) que de véritables preuves.

Références :