Pluie de poissons
Gravure d'une pluie de poissons O. Magnus, 1555

Si l'eau (sous diverses formes, y compris neige et grêlons) est connue tomber des nuages, on rapporte parfois d'autres types de pluies déroutantes quant à leurs origines. On recense notamment des pluies de :

On en trouve mention dès le 4ème siècle avant notre ère, lorsque l'historien grec Athénée dans la région de Chéronée, (Péloponnèse grec), relate une pluie de poissons. Julius Obsequens également, en rapportera de nombreuses dans l'antiquité. La Bible elle-même parle d'une substance comestible, appelée manna, tombant du ciel pour nourrir la foi.

La science a proposé depuis des explications de pluies de couleur par la coloration d'algues, de pollens de fleurs transportés par le vent ou par des poussières en suspension dans l'atmosphère, provenant souvent des régions les plus éloignées, parfois d'éruptions volcaniques. Les pluies d'insectes ou d'animaux sont décrites comme ayant la même origine. Il aura tout de même fallu attendre le début du 19ème siècle pour qu'elle reconnaisse l'existence de pierres tombées du ciel, les météorites.

D'autres font remarquer que beaucoup de ces pluies étranges (pas toutes) ne concernent que 1 seule espèce animale à la fois, généralement pas originaire de la région où elles tombent. Charles Fort, qui au début du 20ème siècle en rapportera de nombreux cas, évoquera sa théorie de la "Super Mer des Sargasses", pensant que quelque part dans les cieux se trouvait une énorme collection d'objets étranges, qui tombaient de temps en temps sur terre.

Quoi qu'il en soit, la question de ces pluies inhabituelles est au fil du temps devenu un sujet à part entière, jusqu'à l'invention de termes spécifiques pour les désigner, comme "Fafrotskies" (fallen from the skies Sanderson, Ivan: Investigating the Unexplained, Prentice-Hall, 1972 < Sachs, Margaret: UFO Encyclopedia < Maugé, C.: "What's it called? Fortean terminology", EuroUFO, 7 septembre 2007).

Il existe également d'autres substances plus ou moins mystérieuses, décrites elles-aussi comme tombées du ciel, mais moins souvent associées à ces pluies, la "gelée des étoiles" ou les "cheveux d'anges".

Almanach Hachette, 1902 Sciences et Vie Junior Hors-Série n°57, 2004-07 - Sur les pluies de poissons. Brewer (docteur): La clé de la science, 1855, p. 254-255 - Traduction d'un ouvrage de vulgarisation scientifique d'abord publié à Londres.