Incidents de 1979

Peu après que commence la Nouvelle Année, une mutilation fut signalée à Taos. Selon le Albuquerque Journal s11979a le décembre janvier une vache de 5 ans fut trouvée morte à 1/4 de mile environ d'un endroit où un ovni avait été vu l'année d'avant. Sa nuque avait été fracturée.

Quelques semaines plus tard, un incident plus sérieux fut rapporté dans le sud du Nouveau Mexique. A Malaga près de Carlsbad, un rancher trouva 4 de ses chevaux morts. Le Albuquerque Journal s21979b indiqua que 3 d'entre eux avaient été mutilés. Dans un article paraissant dans le Rio Grande Sun, un policier déclara que les 4 chevaux avaient été mutilés s3Olson 1979a. Ces animaux furent décrits comme des chevaux de course de prix, chacun valant 10 000 $. L'article avance aussi que les chevaux furent trouvés près de Carlsbad, le site proposé comme premier site de stockage de déchets nucléaires de la nation s4Olson 1979a.

La décision du procureur du district de prétendre à une subvention de la LEAA fut largement basée sur l'information contenue dans des articles tels que ceux-ci et ceux cités précédemment. Egalement, l'officier de police de Dulce, qui avait enquêté sur nombre des cas du comté de Rio Arriba, déclara que les mutilations étaient causées par des humains. Comme Olson s51979a le note :

Il [l'officier] a déterminé à sa satisfaction que des appareils hautement évolués sont impliqués dans les mutilations et que quiconque est responsable a de solides ressources de financement.

La conviction que ces mutilations constituaient un problème majeur de maintien de l'ordre était aussi partagée par le sénateur Harrison Schmitt, qui à cette époque s'efforçait d'intéresser le FBI à mener une enquête spéciale.

Tout le monde ne partageait pas cette position, cependant, puisque le jeudi 9 novembre 1978, le Rio Grande Sun publia un article basé sur une interview du Dr. Jim Prine, un vétérinaire affilié au Groupe de Biologie des Mammifères des Laboratoires Scientifiques de Los Alamos. Dans cette interview le Dr. Prine attribue les mutilations aux prédateurs. Ce bétail, selon lui, meurt principalement de charbon bactérien, babesiose, et autres causes naturelles. L'article consacre aussi un espace considérable aux interviews de 2 représentants d'état, qui tous 2 ne sont pas d'accord avec les conclusions du Dr. Prine. Pour discréditer la théorie du prédateur, un des représentants déclare avoir vu des carcasses fraîches dans lesquelles les incisions étaient semblables à des découpes au laser s6Olson 1978b. Le Dr. Prine fut interrogé à nouveau dans un article qui parut en février suivant dans un certain nombre de journaux de la région, dont le Albuquerque Journal s71979c.

Soutenant la théorie du Dr. Prine, cependant, certaines des mutilations discutées dans les journaux étaient en fait décrites comme assez peu soignées. En fait, le cas suivant, qui fut signalé le jeudi 28, dans le New Mexican s81978 semble clairement être l'œuvre de mutilateurs canins. Une vache appartenant à un rancher de Hernandez fut trouvée morte et mutilée dans un corral à 150 pieds environ de la maison. Selon l'officier enquêteur, sa tête fut trouvée coincée entre 2 planches, où elle avait apparemment été étouffée. Ses queue, rectum et organes sexuels manquaient, comme s'ils avaient été creusés. Bien que l'officier ait déclaré que la section de queue avait probablement été mangée par des chiens, le voisin qui avait trouvé l'animal pensait que les parties manquantes avaient été coupées avec un couteau ou un objet aiguisé semblable. Comme expérience, la carcasse fut laissée à l'air libre pour voir si les chiens allaient la dévorer. Ils le firent.

Une série de mutilations semblables à celle-ci fut aussi signalée en 1978 dans le Rio Grande Sun. Gail Olson s91978a indique que le octobre, 3 vaches et un veau de 2 mois avaient été tués et mutilés dans le nord du comté de Rio Arriba. Les rectum et organes sexuels des 3 vaches sont signalés manquants. Le journaliste souligne, cependant, que ces mutilations n'avaient pas été exécutées très précisément : Bien que circulaires, les incisions étaient irrégulières et imprécises.

Mais les articles défendant une explication de prédateur/charognard étaient une goutte d'eau comparés au nombre de ceux prétendant une cause humaine. En fait, dans le cas qui vient d'être décrit, Olson va jusqu'à suggérer que les mutilateurs étaient probablement des "amateurs" n'ayant pas encore achevé leur apprentissage de la mutilation s10Olson 1978a. De plus, tous les vétérinaires n'acceptaient pas les explications de prédateur/charognard. Le février décembre 1978, le Rio Grande Sun publia un article basé sur une interview du Dr. William T. Fitzgerald, un vétérinaire du Colorado s11Olson 1978c. Dans son article, le Dr. Fitzgerald discute des résultats d'un examen qu'il avait effectué d'une vache mutilée trouvée près de Durango. Selon lui, la vache, qui montrait des symptômes classiques de mutilation, était saignée à mort en utilisant une aiguille de calibre 12 à 14 dans sa veine jugulaire gauche. Il poursuit en disant que le meurtre et la mutilation de cet animal aurait demandé une arme de capture, une sarbacane ou une flèche spéciale, un ou plusieurs couteaux aiguisés ou des ciseaux, et des aiguilles hypodermiques. On demanda alors au Dr. Fitzgerald de commenter les conclusions des LASL selon lesquelles des vaches de cette région qui avaient été trouvées mortes de la même manière étaient mortes de causes naturelles, puis avaient été attaquées par des prédateurs. Selon Olson s121978c, le Dr. Fitzgerald resta dubitatif.

La proposition de subvention fut soumise au bureau du procureur du district le 1er février 1979. La LEAA accorda la subvention plus tard au printemps, le projet devant commencer le vendredi 28 mai. Dans les mois qui suivirent, les mutilations de bétail et phénomènes associés continuèrent à dominer l'actualité.

Le mercredi 26 mars 1979, une vache fut trouvée morte et mutilée dans le comté de Torrance. Le sheriff fut assisté dans son enquêté par le policier de Dulce. Ce qui rendait ce cas intéressant était la prétendue découverte de marques de tripode à l'intérieur du corral où la vache de 5 ans avait été trouvée morte et mutilée s13New Mexican 1979. Le Rio Grande Sun s141979 rapporta que la langue de la vache était brûlée et sa nuque brisée, comme si elle avait été tuée ailleurs et "traînée". L'article attribua la cause de la mort à une exsanguination.

Le avril 1979, un mystérieux appareil supposé être impliqué dans les mutilations de bétail, fut observé dans la région de Dulce s15Albuquerque Tribune 1979a. Le Albuquerque Journal s161979d rapporte que 2 officiers de la tribu Apache Jicarilla étaient en patrouille de routine, leur véhicule les phares éteints, lorsqu'ils repérèrent l'appareil en survol à environ 50 pieds du sol avec un projecteur puissant dirigé vers le bétail.

Un officier de police à Dulce voit par la suite l'appareil, dont il pense qu'il devait être lié à une série de 16 mutilations de bétail récéntes dans la région de Dulce. Bien que l'identité de l'appareil n'ait pas été connue, un journaliste dit avoir appris de sources militaires qu'un hélicoptère relativement silencieux, propulsé par réaction, avait été développé auparavant pour être utilisé au Vietnam s17Albuquerque Journal 1979d. Un autre journaliste spécule aussi que l'appareil pourrait avoir été un type d'helicoptère en cours de test s18Olson 1979b.

Un lien entre les mutilations de bétail et les observations d'ovnis fut aussi fait par Candyce Valerio. Dans un article intitulé "Cattle Mutilations in Northern New Mexico", qui parut dans le n° de mars/avril de Taos Magazine, Valerio s191979 revient sur l'incident ovni de Taos et l'expérience du cuir décrite précédemment. Selon elle, le scientifique à la retraite qui participa à cette expérience a aussi mené des tests étendus sur les organes d'animaux mutilés et en bonne santé. L'auteur déclare que ses tests ont montré que les foies de vaches mutilées se désintègrent en 6 à 8 h comme si l'animal avait été exposé à un haut niveau de radiation dans la région microondes. Valerio s201979: 30-31 souligne que le scientifique comme le policier de Dulce avec lequel il a travaillé sont prudents en discutant de la raison de ces mutilations, mais notent que le fait que les lèvres, langue et zone rectale sont enlevées pourrait indiquer que les mutilations pourraient être liées à une étude scientifique du système lymphatique et de la production de bactéries.

La raison de ces mutilations fut aussi l'un des sujets discutés à la conférence sur les mutilations de bétail tenue le jeudi 20 avril à Albuquerque. Des officiers de police et des enquêteurs indépendants de 11 états assistent à la réunion, qui est accueillie par le sénateur Harrison Schmitt et le procureur des Etats-Unis R. E. Thompson. Le but de la conférence qui dure toute la journée était d'aider à définir la portée du problème et d'examiner les activités possibles du FBI qui seront appréciables pour résoudre ces crimes s21Schmitt 1979: 5.

Le matin fut consacré à une audition publique, à laquelle assista toute une variété de personnes, dont des représentants du gouvernement, des fanatiques des ovnis, des vétérinaires, des enquêteurs indépendants et des citoyens préoccupés. Bien qu'un certain nombre d'opinions et points de vue différents aient été donnés, la théorie qui sembla exciter le plus les journalistes locaux était celle défendue par David Perkins, un enquêteur amateur du Colorado utilisant le nom de Animals Mutilations Probe. Perkins suggéra qu'un test environnemental pourrait être la motivation des mutilations animales. Pour étayer sa théorie, il afficha une carte montrant ce qu'il prétendait être une association entre mutilations et activités liées au nucléaire.

La présentation de Perkins reçut une couverture considérable dans le Albuquerque Journal s221979 et le Rio Grande Sun s23Olson 1979c. Pour soutenir sa théorie, Olson s241979c mit en avant que nombre des mutilations au Nouveau Mexique ont eu lieu à Dulce, qui est située près de Gas Buggy, le site de la 1ère explosion nucléaire souterraine de la nation conçue pour stimuler la production de gaz. Dans un article précédent, elle expliqua que l'explosion avait été mise en place en 1967 comme une expérience de la Natural Gas Company de El Paso et de la Commission sur Energie Atomique des Etats-Unis s25 Olson 1978a.

La session d'après-midi de la conférence, qui était fermée public, fut suivie par des officiers de maintien de l'ordre du Nouveau Mexique, du Nebraska, du Colorado, du Montana et de l'Arkansas, ainsi que de représentants du FBI. Ceux qui avaient mené des enquêtes sur site parlèrent de leurs cas en particulier. Pour soutenir l'idée que les mutilations de bétail n'étaient pas l'œuvre de prédateurs et charognards, un officier de police du Nouveau Mexique dit qu'il avait trouvé une vache mutilée dans les branches d'un arbre.

Le consensus général de la session était que les mutilations de bétail étaient effectivement un problème qui méritait une enquête plus poussée. Il fut décidé qu'au Nouveau Mexique, l'enquête devrait être menée par 1 des 3 agences — le FBI, la police d'état du Nouveau Mexique, ou le bureau du Procureur du District à Santa Fe, qui attendait toujours la décision de la LEAA sur la subvention proposée. 4 jours plus tard la subvention fut accordée. Peu après que l'annonce ait été publiée dans la presse, je fus engagé pour diriger le projet.

Dans le même temps, les mutilations de bétail continuaient à dominer l'actualité, un journaliste ayant astucieusement observé, le mystère des mutilations de bétail [est] devenu un événement médias26Thompson 1979c. La conférence du sénateur Schmitt, bien sûr, reçut une couverture considérable dans les journaux locaux et hors de l'Etat. Plusieurs semaines plus tard, une équipe de télévision de ABC arriva au Nouveau Mexique pour tourner un documentaire sur les mutilations de bétail. Vers la fin du mois, Fritz Thompson s271979c examina le phénomènes des mutilations au Nouveau Mexique dans "The Cattle Mutilation Mystery Revisited", qui parut dans le n° du samedi 22 mai de Impact.

De plus, des cas de mutilation étaient toujours rapportés dans les journaux locaux. En fait, le mai, une des découvertes les plus saisissante de l'année fut annoncée — la découverte de 2 drogues dans la carcasse d'un taureau mutilé. Selon le Albuquerque Tribune s281979b, un chimiste de Los Alamos venait de découvrir des traces de 2 drogues dans la carcasse d'un taureau de 6 mois qui avait été trouvé mutilé plus tôt cette année-là dans le comté de Torrance. Les 2 drogues étaient la chlorpromazine, une drogue de la rue, souvent utilisée pour tranquiliser les schizophrènes et de l'acide citrique, un ancien anti-coagulant utilisé à une époque par les ranchers pour aider à drainer le sang d'un animal.

Cette découverte excita les 2 policiers qui avaient enquêté sur le cas. Dans une interview dans le New Mexican s291979, un des officiers déclara que le tranquilisant était probablement utlisé pour immobiliser l'animal tandis que l'autre drogue était utilisée pour bloquer le sang afin qu'il soit plus facilement extrait via la veine jugulaire. Il dit aussi ne connaître que 3 autres cas où des drogues avaient été trouvées dans les carcasses mutilées. Les 3 incidents eurent lieu en Arkansas, dit-il, et furent signalés à peu près au même moment où ce cas fut trouvé. L'autre officier dit au journaliste qu'il y avait des marques de dérapage près de la carcasse, indiquant qu'elle aurait pu être lâchée depuis les airs.