Conclusion

Edward U. Condon, 1968

Dans notre étude nous avons accordé une considération à toute possibilité que nous pouvions imaginer pour obtenir des données scientifiques objectives sur le type de chose qu'est le sujet des signalements d'ovnis. Comme la synthèse précédente le monte, et comme il est pleinement documenté dans les chapitres détaillés qui suivent, l'ensemble de ces efforts sont la proie de grandes difficultés. Nous plaçons très peu de valeur dans les objectifs scientifiques sur l'accumulation passée d'enregistrements anecdotiques, dont la plupart a été expliquée comme émanant d'observations d'objets ordinaires. En accord avec la Section 1 nous avons fourni des recommandations contre le montage d'un effort majeur pour la poursuite de l'étude des ovnis pour des raisons scientifiques.

Cette conclusion est controversée. Elle ne sera pas acceptée sans beaucoup de conflits par les amateurs d'ovnis, par les auteurs de livres et articles de magazines populaires sur les ovnis, ou même par un petit nombre de scientifiques académiques dont les déclarations publiques indiquent qu'ils pensent qu'il s'agit d'un sujet scientifiquement très prometteur.

Nous sommes confiants dans le fait qu'en dehors du désaccord d'opinions parmi les scientifiques une décision de politique émergera. La politique actuelle doit être basée sur notre connaissance actuelle et les estimations de la probabilité que des efforts plus poussés soient susceptibles de produire des ajouts supplémentaires à cette connaissance. Des ajouts à la connaissance dans le futur pourraient altérer les jugements de politique en direction d'une plus grande, ou d'une moins grande attention à porter aux phénomènes ovnis qu'il n'en est aujourd'hui accordé.

Nous espérons que l'analyse critique de la situation ovni parmi les scientifiques et responsables du gouvernement that must precede the determination of official policy can be carried out on a strictly objective basis.

Attacks on the integrity of various individuals on either side of this controversy ought to be avoided. The question of an individual's integrity is wholly distinct from the issue of what science should do in the future about UFOs.

In the Congress of the United States concern about the UFO problem from a defense viewpoint is the province of the House Committee on Armed Services. Concern about it from the point of view of the nations scientific research program comes under the House Committee on Science and Astronautics. Here there seems to be a valid situation of overlapping jurisdictions because the UFO problem can be approached from both viewpoints.

Un intérêt particulier pour le problème ovni a été montré par le membre du Congrès J. Edward Roush de l'Indiana, qui est membre du Comité sur la Science et l'Astronautique de la Chambre. Il a rendu un grand service en arrangeant la tenue d'un "Symposium sur les Objets Volants Non Identifiés" à Washington le 29 Juillet 1968 (voir les références). Comme mis en avant par un des participants au symposium, le Prof. Carl Sagan du département d'astronomie de l'Université de Cornell, les présentations faites dans ce symposium penchent plutôt fortement du côté de l'idée que des investigations à grande échelle du phénomène ovni devraient être soutenues dans l'attente qu'elle soient justifiées par ce que certains commentateurs appellent "scientific pay dirt."

Nous avons étudié la transcription de ce symposium avec une grande attention afin de voir si nous aurions ainsi été amenés à quelque nouveaux éléments liés à cette étude. Nous n'avons trouvé aucune donnée nouvelle.

Plusieurs des contributeurs à ce symposium sont devenus des avocats incisifs dans les dernières années passées d'un investissement majeur continu du gouvernement dans un programme ovni. Plusieurs ont long urged a greater degree of congressional interest in this subject. The symposium of 29 July afforded them an occasion on which with the utmost seriousness they could put before the Congress and the public the best possible data and the most favorable arguments for larger government activity in this field.

Hence it is fair to assume that the statements presented in that symposium represent the maximum case that this group feels could be made. We welcome the fact that this symposium is available to the public and expect that its data and arguments will be compared with those in their report of this study by those whose duty it is to make responsible decisions in this area.

We have studied this symposium record with great care and find nothing in it which requires that we alter the conclusions and recommendations that we have presented in Section I, nor that we modify any presentation of the specific data contained in other sections of this report.