Le rapport de la Marine brésilienne sur l'observation de Trindade (1958)

Home  |  Version originelle

Le 3 Mars 1958 :

CAC/ JGB
M-22 No. 0098 (M-20)
3 Mars 1958
C O N F I D E N T I E L

De: Le Chef du Haut Commandement de la Marine
A: Le Ministre de la Marine
Sujet: Information sur une observation d'OVNIs à l'Ile de de Trindade
Annexé: Rapport sur les faits

Je remets à Votre Excellence le Rapport en annexe avec les conclusions atteintes par ce Haut Commandement sur les événements observés à l'Ile de Trindade.

Antônio Maria de Carvalho

Amiral de la Flotte /
Chef du Commandement des Opérations Navales.

Le rapport suit :

MINISTERE DE LA MARINE
COMMANDEMENT DES OPERATIONS NAVALES
DEPARTEMENT DU RENSEIGNEMENT

SUJET

  1. Rapport sur l'observation d'OVNIs, enregistrées à à l'Ile de Trindade, dans la période comprise entre le 5 Décembre 1957 et le 16 Janvier 1958.

    EVENEMENTS :
    1. Le capitaine de corvette Carlos Alberto Ferreira Bacellar, commandant du Poste Océanographique de l'Ile de Trindade, fut appelé à ce Haut Commandement le 27 Janvier 1958, où il présenta son rapport, relatant ce qui suit :
      1. Le 31 Décembre 1957, un Objet Volant Non Identifié sur l'île, fut observé par l'officier médical, le premier lieutenant MD Ignácio Carlos Moreira Murta, par un marin et 5 ouvriers. L'observation est intervenue dans la matinée environ 10 mn avant 0800 heures ; en raison de la conviction des observateurs et de la cohérence et la corrélation des rapports, il a décidé d'envoyer le radiogramme qui a donné origine à la présente enquête ;
      2. Il fut informé en la même occasion qu'un objet identique avait été observé auparavant, le 5 Décembre 1957, par un ouvrier, également le matin et à la même heure ;
      3. Le jour suivant, le 1er Janvier 1958, aux mêmes heure et position et se déplaçant vers le Nord (informations identiques aux observations précédentes), quelque chose est apparu au-dessus de la mer, volant à une vitesse incroyable. Malgré l'opinion opposée des autres observateurs et de la luminosité présentée par l'objet dans une certaine partie de sa trajectoire, il conclua qu'il s'agissait d'une mouette projetée sur le ciel, rendant difficile toute estimation stéréoscopique ;
      4. Le jour suivant, le 2 Janvier 1958, une nouvelle alarme fut donnée, vers 2000 heures. Cette alarme fut écartée, parce qu'il était lui-même de garde et ne vit absolument rien ;
      5. Enfin, le 16 Janvier 1958, à 1215 heures, une autre alarme OVNI fut enregistrée à bord du NE "Almirante Saldanha", ancré près de l'île. Le navire se préparait à lever les amarres et l'équipage est occupé à l'opération de remontée à bord du petit bateau utilisé pour les voyages à Trindade. L'alarme OVNI fut donnée par des membres de l'équipage à la proue et à la poupe du navire ;
      6. En cette même occasion, un photographe professionnel, civil, qui se trouvait sur le pont, à la poupe du navire, photographiant l'opération de remontée du bateau, fut alerté et eût l'opportunité de prendre les 4 photographies en annexe ;
      7. Après l'observation, le photographe sortit le film de l'appareil en la présence du capitaine de corvette Bacellar et d'autres officiers. Plus tard, accompagné du capitaine Bacellar, il entra dans le laboratoire photographique du navire habillé uniquement d'un t-shirt et d'un short. Le développement dura près de 10 mn et, une fois que cela fut terminé, les négatifs furent examinés par le capitaine Bacellar. Le capitaine affirme avoir vu l'OVNI en question sur les négatifs, dans ce premier examen, avec des détails que seuls les aggrandissements réalisés par le suite ont montré clairement ;
      8. Par la suite, les négatifs en question furent montrés aux membres de l'équipage qui avaient vu le phénomène ; tous reconnûrent l'objet apparaissant sur les photos comme identique à celui qu'ils avaient observés dans les airs ;
      9. La personne qui attira l'attention du photographe sur l'objet était un capitaine de la Force Aérienne qui était sur le navire en tant que membre d'un groupe spécialisé en chasse sous-marine. Le photographe était membre du même groupe ;
      10. Les photographies furent prises en moins de 30 secondes ;
      11. Une forte perturbation émotionnelle fut observée chez toutes les personnes qui avaient vu l'objet, y compris le photographe, les civils et les membres de l'équipage du navire.
    2. Le capitaine-de-corevette Bacellar a également signalé un phénomène qu'il a observé personnellement sur l'île, par 2 fois, en différentes occasions, à l'aide d'un théodolite de haute précision et de plein jour. Sa seconde observation fut la suivante :
      1. Il suivait un ballon météo lorsqu'arriva l'indication que ses instruments avaient été lâchés. La chute était clairement reconnue par les signaux émis par sa radio-sonde et par la ligne tracée sur l'enregistreur ;
      2. Le ballon aurait dû exploser après la chute de ses instruments, parce que la durée moyenne de vie d'un ballon est de 40 minutes; après ce temps le ballon explose en raison de la grande altitude atteinte ;
      3. Le ballon fut suivi et couvert, à une altitude de 14000 m, lorsque les instruments furent lancés en parachute. Quelques instants plus tard, il repéra un objet dans le ciel, à environ 30° à l'horizontale du point où le ballon avait disparu en passant derrière un nuage ;
      4. Observé au théodolite, l'objet présentait une forme étrange comme une demi-Lune, avec une lumière brillante ; le phénomène dura 3 heures et demie et l'objet se déplaçait apparemment avec la même vélocité angulaire que le Soleil ;
      5. L'objet disparût seulement lorsque le ciel fut totalement couvert de nuages [cirrus ?] ;
      6. Il ne trouve aucune explication pour l'observation, étant donné la durée de vie du ballon suivi et peint en rouge, la forme et la luminosité de l'objet, la position de la Lune et des planètes.
      7. L'observation fut faite par l'officier médical, plusieurs sergent de Marine et marins, ainsi qu'un civil technicien du Département d'Hydrographie et Navigation de la Marine.
    3. Enfin, le CC Bacellar a amené au Haut Commandement l'homme qui avait pris les photographies, le photographe professionnel Almiro Barauna (Addresse: Praia de Icarai 251, Apt. 1004, Niteroi), qui a fait le rapport suivant :
      1. Il était sur le pont du "NE Almirante Saldanha" lorsqu'il fut appelé pour voir un objet étrange qui approchait de l'île ; il put le voir après quelques instants d'observation ;
      2. Immediatemment après l'avoir vu, il dirigea son appareil vers l'objet, prenant 6 photos successives ;
      3. Par la suite, comme il avait prit la dernière photo sur la pellicule, il sortit le film de l'appareil et resta près d'une heure avec dans les mains — attendant que passe la forte perturbation émotionnelle qu'il ressentait ; puis il alla dans la chambre noire pour développer le film exposé, déjà escorté par le CC Bacellar.
      4. Il resta dans la chambre noir environ 10 mn, accompagné par le capitaine de la FA, qui l'aidait ; puis il montra le film encore humide au CC Bacellar, avec l'impression que l'objet photographié n'était pas apparu sur le film développé ; cependant, son impression fut changée par le CC Bacellar lui-même qui lui montra que, dans les images liées à l'observation, étaient visible, en différentes positions, une image ressemblant à l'objet ;
      5. Il conserva les négatifs et les apporta à Rio où, dans son labo photo, fit plusieurs aggrandissements ; l'UAO apparaît bien sur seulement 2 images car les autres négatifs étaient très sombres ;
      6. Pour augmenter le contraste, il procéda à une opération connue sous le nom de "lavage", consistant à nettoyer de manière homogène l'ensemble du négatif. Comme dans 2 images l'OVNI apparaissait avec une grande clarté, il craignit de les perdre. Ainsi, il coupa le film et soumit au procédé seulement les 4 autres négatifs. En résultat, un OVNI appararût en toute clarté sur 2 négatifs et en différentes positions ;
      7. Il a déclaré avoir observé l'OVNI à l'oeil nu, ayant eut l'impression d'un corps solide aux contours mal définis, montrant une grande mobilité, à haute vitesse, et avec une couleur sombre difficile à définir, parce que l'objet semblait enveloppé par une substance qu'il compara à une mousse de savon. Il paraissait avoir un prolongement de cette même matière et se déplaçait sans aucun bruit ;
      8. Il devint si nerveux après l'observation qu'il trouva difficile de réaliser la tâche de routine qu'était le développement de la pellicule ;
      9. Il confia les négatifs à ce Haut Commandement pour tous les examens et analyses nécessaires, afin de prouver leur authenticité et suggéra un examen microscopique comme la seule manière appropriée de détecter un montage.


    Résumé

  2. Résumant les déclarations obtenues d'après les rapports transcrits ci-dessus, nous avons les faits importants suivants :
    • a) Observé au-dessus de l'Ile de Trindade, par différentes personnes, l'apparition d'OVNIs en 4 occasions, en des jours différents,3 le matin et 1 la nuit ;
    • b) le capitaine-de-corvette Bacellar et d'autres observèrent le matin 1 fois ce qu'il croît être une mouette, malgré le fait que des sous-officiers [sergents ?] et marins observant également pensent toujours qu'il s'agissait d'un OVNI ;
    • c) Observé par 2 fois, au-dessus de l'Ile de Trindade, par son propre Commandant-Militaire, un officier supérieur du Corps de la Marine et un hydrographe expérimenté en Météorologie et en opérations de radio-sondes, d'un phénomène non explicable d'après les conditions atmosphériques ou astronomiques ;
    • d) Obtenu 4 photographies d'un OVNI, prises depuis le pont du NE "Almirante Saldanha", alors qu'il était ancré près de l'Ile de Trindade. Les photographies furent réalisées par un photographe professionnel, en présence de divers témoins qui affirmèrent avoir observé l'objet photographié.

      ANÁLISE
  3. L'évaluation des faits décrits dans la partie précédente montre :
    • a) qu'en 5 observations d'OVNIs, 4 ont été faites de jour et 1 de nuit ;
    • b) qu'en 5 observations d'OVNIs, le capitaine Bacellar a été témoin de 1 cas seulement, qu'il expliqua comme étant une mouette ;
    • c) que les témoins qui ont vu les OVNIs étaient des personnes de différentes qualifications — ouvriers, officiers médicaux, dentistes, marins, sergents, officiers, civils et photographe professionnel ;
    • d) qu'aucun officier du Corps Naval n'a vu le phénomène enregistré, à l'exception de 2 incidents signalés par le capitaine Bacellar ;
    • e) que dans tous les cas, les personnes observant les OVNIs, y compris le photographe professionnel, ont eut une forte réaction émotionnelle. Il y a même eut le cas d'un ouvrier considéré comme normal qui est parti en courant pris de panique ;
    • f) que les rapports, malgré la grande difficulté à obtenir de bonnes informations de personnes peu cultivées, s'entendent sur les données suivantes :
      • FORME — le disque classique, ou objet de forme lenticulaire. Un objet (vu d'en-dessous) qui, d'après les observateurs, montra un profil sphérique lorsqu'il traversa l'île le 31 décembre 1957. Vu depuis un point éloigné il était de la forme d'un disque avec un double dôme (en forme de Saturne) ;
      • COULEUR — indéfinie pour certains ; d'acier inoxydable pour d'autres. Beaucoup le décrivent comme enveloppé par une sorte de brume ;
      • SON — Tous les témoins coincident sur le fait que les objets ne faisaient pas de bruit ;
      • TRAINEE — Certains observateurs notent une décharge, formée par une traînée blanche. D'autres nient quoi que ce soit de la sorte ;
      • TAILLE — Tous les observateurs coincident sur le fait que les objets se déplaçaient très vite. Personne ne fut capable de fait des estimations de ses dimensions ;
      • MOBILITE — Tous les rapports attirent l'attention sur l'extrême mobilité des OVNIs. Les mouvements n'étaient pas continus comme ceux d'un avion, mais plus rapides et abrupts, avec de surprenants changements de direction et de vitesse ;
      • ALTITUDE ET DISTANCE — .Seuls les observateurs de l'observation du 31 Décembre 1957, lorsque l'objet volant fut observé passant au-dessus de l'île, estimèrent son altitude, en la comparant avec celle du pic "Desejado", soit [environ 3 fois cette hauteur] 1800 m ;
      • MANOEUVRES — Tous les rapports coincident sur le fait que les objets ont réalisé des manoeuvres particulièrement inhabituelles ;
      • APPARENCE — Celle d'un corps solide dans tous les cas ;
      • TEMPS D'OBSERVATIONS — Très court, toujours estimé en secondes ;
    • g) que les observateurs qui ont vu les OVNIs savent parfaitement identifier des avions ; tous les avions au-dessus de l'île ont été correctement identifiés et notifiés, pour information, au Département de l'Hydrographie et Navigation ;
    • h) que, étant données les circonstances dans lesquelles les photos furent prises, suivies d'un développement immédiat de la pellicule, les conditions dans lesquelles cela fut réalisé et l'état émotionnel du photographe, tout indique qu'aucun photo-montage n'a été effectué dans la laboratoire à bord ;
    • i) quant à la preuve photographique, évidemment de la plus grande valeur et la plus importante, nous avons :
      POINTS NEGATIFS
      1. Aucune épreuve de la pellicule n'a été faite au moment où elle a été développée ;
      2. Le commandant du navire n'a pas pris possession des négatifs après développement, afin d'obtenir les épreuves plus tard en présence des témoins ;
      3. Les épreuves et aggrandissements furent réalisées par le photographe dans son propre laboratoire.
      POINTS POSITIFS:
      1. Le rapport du capitaine-de-corvette Bacellar, qui a vu sur le film immédiatement après son développement, les images qu'il a identifié dans les épreuves comme l'objet photographié ; et également que les images précédant la séquence liée au passage de l'OVNI correspondent aux scènes prises à bord quelques minutes avant l'incident ;
      2. Les déclarations des personnes qui ont observé l'objet : ils ont vu les photographies et déclaré qu'ils avaient vu exactement ce qui apparaissait sur les photographies.
    • j) Concernant les négatifs, ils furent soumis à un examen par les techniciens du Département d'Hydrographie et Navigation ainsi que par les experts du Service Aérophotogrammétrique du Cruzeiro do Sul, avec les résultats suivants :
      1. Le technicien du DHN de l'Armada, après examen des négatifs, affirme qu'ils sont naturels ;
      2. Les techniciens du Service Aérophotogrammétrique du Cruzeiro do Sul, après un examen microscopique pour vérifier la granulation, une analyse des signaux, une vérification de la luminosité et des détails des silhouettes, affirmèrent :
        "Il n'y a aucun signe de photomontage dans les négatifs en question, tous les élements indiquant qu'ils s'agit réellement de négatifs d'un objet véritablement photographié. Ainsi, l'hypothèse d'un photomontage arrangé après l'observation est définitivement exclue ;
        Il est [im?]possible de démontrer l'existence ou la non-existence d'un photomontage préalable, qui demande cependant une technique de haute précision [et des circonstances favorables à son exécution ?]"

      CONCLUSIONS
  4. Considérant la présentation des faits et l'analyse de synthèse effectuée, rapportée ci-avant, il peut être conclu :
    • a) qu'il y a un certain nombre de témoins qui ont déclaré avoir vu des OVNIs au-dessus de l'Ile de Trindade. Ces témoins ont différentes qualifications et les observations furent faites en des jours différents ;
    • b) que la plupart des rapports sont insuffisants, principalement en raison du manque de compétence technique de nombreux observateurs et à la courte durée du phénomène observé, de sorte qu'aucune conclusion ne peut être obtenue sur des données positives au sujet des OVNIs ;
    • c) que l'élément le plus important et de plus grande valeur, photographique, perd d'une certaine manière sa qualité de conviction en raison de l'impossibilité de prouver un photomontage préalable ;
    • d) que la réaction émotionnelle des personnes qui ont signalé l'observation d'OVNIs est très forte aisément remarquée ;
    • e) que, enfin, l'existence de rapports personnels et d'élements photographiques, d'une certaine valeur étant données les circonstances, permettent d'admettre qu'il a des indications de l'existence d'OVNIs.
  5. La dernière conclusion listée ci-dessus me permet de suggérer à Votre Excellence que ce Haut Commandement doive prendre en consideration toutes les informations à obtenir à propos du sujet présent afin d'être capable d'obtenir des conclusions au-delà de tout doute.

José Geraldo Brandão,
Capitaine de Corvette, Service du Renseignement

Références :

Home  |  Version originelle