Une fusée V-2

Seconde version des fusées-bombes développées par l'Allemagne nazie durant la seconde guerre mondiale, succédant aux V-1.

En pleine montée du national-socialisme allemand, plusieurs chercheurs parmi les plus brillants du pays se laissent convaincre par Wernher VonBraun de l'intérêt de ce projet. Ainsi, à la fin des années 1930s, une petite communauté scientifique occupe le site de Peenemünde, sur la côte allemande de la mer Baltique. Objectif : concevoir la fusée V-2, sorte de missile balistique supersonique capable de transporter 1 tonne d'explosif à plus de 50 km d'altitude. La gageure technique principale de ce gros engin pesant 13 t est de pouvoir contrôler de manière fiable une trajectoire longue d'environ 300 km de distance à une vitesse de 6000 km/h, c'est-à-dire trop rapide pour être intercepté.

La fusée V-2 (ci-contre) constitue donc à l'époque une prodigieuse avancée technologique. Longue de 14 m, elle est mue par un moteur de fusée à alcool/oxygène liquide. Son 1er essai réussi, en date du , permet d'atteindre une cible distante de 270 km.

La guerre déclarée, l'usine à V-2 d'outre-Rhin va fonctionner à plein régime, bénéficiant d'une main d'œuvre hétéroclite composée de militaires russes, polonais, belges, français et hollandais capturés. Puis, lorsqu'un bombardement allié détruit le site de Peenemünde en , il est décidé de localiser la production au site protégé de Nordhausen (Allemagne).

Un V-2 en préparé pour le vol du 10 Mai 1946. C'est le 2nd V-2 lancé depuis White Sands
Un V-2 en préparation pour le vol du . C'est le 2nd V-2 lancé depuis White Sands

Ce sont les prisonniers du camp de concentration de Buchenwald qui sont appelés à creuser des tunnels gigantesques à même le roc, déblayant les débris parfois à mains nues, jour et et nuit, pour transformer d'anciennes mines en un gigantesque laboratoire de haute technologie. Ce labyrinthe de cavernes souterraines où s'échinent quelques 60000 hommes est baptisé Dora-Mittelbau. En , le V-2 est lancé contre l'Angleterre.

C'est parce qu'il représentait une avancée technologique considérable que les américains et les soviétiques étaient pressés de faire main basse sur cet engin. En effet, aucun pays n'avait encore été capable de fabriquer quelque chose d'équivalent. A tel point que certains avancèrent même l'hypothèse selon laquelle le V-2 aurait été en partie issu de la rétro-ingéniérie d'un ovni récupéré. Une rumeur qui n'a cependant jamais été soutenue d'une argumentation sérieuse.

Après la seconde guerre mondiale, le projet Paperclip est mis en place par la section T-2 pour identifier et mettre la main sur les scientifiques et ingénieurs nazis ayant travaillé sur les programmes aéronautiques du Reich, notamment les fusées. Environ 2000 nazis sont convertis. C'est dans le cadre de ce projet que la section T-2 amène von Braun et ses collègues de Peenemünde à lancer dans le désert du Nouveau-Mexique des V-2 récupérés par les troupes américaines, de 1946 à 1952. Au cours de cette période, 70 fusées V-2 sont expérimentées par l'US Army notamment aux bases de Holloman, et White Sands.

Le , à la base de White Sands, le capitaine de frégate R. B. Mac-Laughlin et des techniciens et la Navy suivent au théodolite la montée d'un V-2 et voient un disque de 30 m de diamètre, accompagnant la fusée à 1600 km/h et en faisant le tour. Arrivé à une altitude de 50 km, l'objet disparaît à une vitesse de 28000 km/h Keyhoe 1973 ou 9000 km/h [Pottier 1973].

Le , une équipe d'experts de la société Land-Air ayant observé des phénomènes aériens non identifiés lors des essais d'un avion-fusée Bell la veille, observation un phénomène semblable lors d'un tir de fusée V-2 à la base de Holloman.

En 1951 on annonce au grand public que des créatures vivantes ont été envoyées pour la 1ère fois dans la stratosphère. Il s'agit de 4 singes, baptisés Albert 1,2,3 et 4 — envoyés dans une fusée V-2 depuis White Sands (Nouveau-Mexique). En fait en 1951 le V-2 était devenu une relique de la 2nde guerre mondiale, et avait déjà été remplacé par des missiles bien plus sophistiqués.

Le , Hermann Obert, l'un des pères des fusées V-2, écrit : Je suis convaincu que les soucoupes volantes sont pilotées par des formes de vie supérieures, des êtres intelligents qui observent la Terre depuis longtemps.

Une version allongée du V-2 est le R-2.