La rencontre de Bernadette Soubirous

Bernadette Soubirous
Soubirous

Le jeudi 11 février 1858, à l'âge de 14 ans, Bernadette Soubirous ramasse du bois près d'un ruisseau de Lourdes (Hautes Pyrénées), quand elle entend un grand bruit, comme celui d'une tempête. Elle regarde autour d'elle : ni les arbres, ni l'eau ne bougent. Elle entend à nouveau le bruit de tempête. Effrayée, elle lève la tête et perd tout pouvoir de parole et de pensée. Un nuage doré émerge d'une grotte voisine, suivi d'une entité, qu'elle décrira comme une belle dame 1Comme le feront plus tard les enfants de Fatima, qui se place juste au-dessus d'un buisson agité comme par un vent violent. La "dame" ou "jeune fille" est vêtue de blanc, avec une ceinture bleue, une rose jaune à chaque pied, un chapelet à son bras. Lorsque la "dame" regarde Soubirous, toute peur quitte cette dernière, mais aussi toute conscience de l'endroit où elle peut se trouver. Elle veut prier mais, lorsqu'elle tente de lever la main vers son front, son bras reste paralysé. Ce n'est qu'après que la dame ait fait le signe de croix que Soubirous peut en faire autant.

Quand l'histoire est connue, elle est reçue avec incrédulité par les autorités locales et les prêtres. Le père Peyramalle, curé de la ville, se montre particulièrement irrité et suggère que la dame fasse fleurir un rosier devant toute la foule pour convaincre tout le monde. Lorsque Soubirous présente cette requête du prête local à la dame, celle-ci se contente se sourire.

Pendant 15 jours, la dame apparaît à Soubirous et leurs conversations portent surtout sur l'érection d'une chapelle et l'organisation de processions. Parfois, le dialogue semble totalement absurde : un jour, la dame ordonne à Soubirous d'aller se laver et boire à la source. Soubirous en cherche une, n'en trouve pas et, en désespoir de cause, se met à creuser le sable. De l'eau apparaît et remplit le trou, transformant le sol en boue. Bernadette essaye de se laver et ne réussit qu'à se barbouiller le visage de boue. La foule se moque d'elle, surtout lorsqu'elle tente de boire l'eau puis de manger l'herbe, après que l'entité lui ait intimé l'ordre d'aller manger de cette herbe qui pousse là-bas ! Le lendemain, un petit filet d'eau claire coule à l'endroit creusé. Un aveugle, Louis Bouriette, se lave les yeux à la source et recouvre la vue. Un bébé mourant est guéri. Le comportement de la foule change radicalement, et le ridicule fit place à l'acceptation fanatique.

La phase suivante des apparitions est marquée par une demande de pénitence. Soubirous reçoit l'ordre d'embrasser le sol pour les pêcheurs. La fillette, et tous ceux qui sont là, se mettent à embrasser la terre en signe d'humilité.

Une autre constatation importante concerne l'état de transe dans lequel est plongée Soubirous. Un médecin, le Dr Bouzous, ayant décidé de démontrer qu'elle n'était qu'une malade mentale, se livre sur elle à une expérience. Il observe l'application d'une bougie enflammée pendant 15 mn, mesurées d'après sa montre, sur la main de Soubirous. Lorsqu'elle a terminé ses prières, il voit l'extase quitter son visage : Je lui demandai de me montrer sa main gauche. Je l'examinai avec grand soin sans trouver la moindre trace de brûlure. Je demandai à la personne qui tenait la bougie de la rallumer et de me la donner. Je la plaçai plusieurs fois de suite sous la main gauche de Bernadette mais elle l'enleva vivement en disant "Vous me brûlez !" J'enregistre ce fait tel que je l'ai vu, sans essayer de l'expliquer.