Karyl Robin-Evans

Certains n'auront pas de scrupules à présenter cette photographie d'un vieil homme aux cotés du 14ᵉ Daila Lama comme celle du Robin Evans inventé par David Gamon
Certains n'auront pas de scrupules à présenter cette photographie d'un vieil homme aux cotés du 14ème Daila Lama comme celle du Karyl Robin Evans inventé par David Gamon

Selon la biographie inventée par David Gammon, Karyl 1Le prénom de plusieurs personnes que Gammonrencontra à Cambridge) Robin Evans 2"Evans" étant le nom du directeur de l'école ou Gammon a enseigné serait né en 1914, puis aurait suivi ses études à Winchester et Christchurch avant de devenir officier dans les Scots Guards à la 2de guerre mondiale (atteignant le grade de major, et décoré par 2 fois). Peu de temps après la guerre mondiale, son ami le professeur polonais Lolladoff aurait montré un étrange disque de pierre à Robin-Evans. Lolladoff aurait déclaré l'avoir acheté en Mussorie (Inde du Nord) et supposer qu'il provenait d'un mystérieux peuple appelé les "Dzopas" qui l'auraient utilisé pour des rituels religieux.

En 1947 Robin-Evans serait parti en expédition pour le "mystérieux territoire des Dzopas", passant par Lhasa (Tibet) où il aurait obtenu une audience avec le 14ᵉ Dalai Lama. Sur le chemin conduisant à la région très inaccessible du nord-est de l'Himalaya, le savant anglais aurait été abandonné par ses porteurs tibétains, trop effrayés par Baian-Kara-Ula. Seul un formidable effort lui aurait alors permi d'atteindre sa destination. Après avoir gagné la confiance des habitants du lieu, Robin-Evans se serait adjoint les services d'un "professeur de langues" dans le but de connaître les rudiments du dialecte dzopa. Il aurait ainsi apprit de Lurgan-La, leur gardien religieux, l'histoire des Dzopas. Lurgan-La lui aurait indiqué qu'ils venaient à l'origine d'une planète du système de Sirius. Il y aurait eu, environ 20000 ans auparavant, et à nouveau en 1014, 2 missions d'exploration vers la Terre. En 1014 survint un crash qui mit les survivants de l'accident dans l'incapacité de repartir. Au total Robin-Evans aurait passé 6 mois parmi les Dropas et promis de ne pas réléver ce qu'on avait appris, avant de revenir en Angleterre. Selon lui, le disque de son ami Lolladoff serait bien un disque extraterrestre (en rapport avec les Dzopas) et aurait volé par un visiteur.

En 1951 il aurait épousé la comtesse belge Henrietta-Carlotta van Waldersee et à sa mort tragique (dans un accident de train) en 1953 aurait repris sa vie d'universitaire d'Oxford (ils n'avaient pas d'enfants).

Robin-Evans aurait tenu sa promesse de ne pas révéler l'histoire des Dropas jusqu'à peu avant sa mort en 1974, à une époque qu'il aurait considérée plus apte à croire son histoire (qu'à l'époque conservatrice des années 1950s). Le compte-rendu décrivant des supposés événements ci-dessus paraît en 1978

aSungods in Exile: Secret Gods of the Dzopa..., Sphere 1978, réédité Londres 1980, traduit Los dioses del Sol en el exilio: Secretos de los Dyzopa del Tibet, Martinet Roca, Barcelone, 1988, ré-arrangé par David Agamon qui prétendra avoir été son secrétaire. Agamon confessera plus tard au Fortean Times que toute l'histoire n'était qu'un canular.