Issu du mythique Groupe D créé en par l'enseignant Jean-Gérard Dohmen, Lorthioir a été l'un des tous premiers ufologues belges.

Au départ dessinateur industriel de profession dans un service public, il s'intéresse très tôt à la symbolique, la géométrie sacrée, au mysticisme et à la magie et organise avec ses seuls moyens plusieurs expositions retentissantes appelées Expovni qui attirent un nombreux public.

Il rencontre Pierre Monnet, devient l'ami de Guy Tarade et s'intéresse de près à l'affaire (analyse des "pas d'Orthon" notamment). Sa collaboration avec la SOBEPS tourne rapidement court et il reprend à son compte la direction d'une Fédération Belge d'Ufologie d'où cette dernière se voit ipso facto exclue à cause de ses préjugés scientifiques dans l'étude du phénomène ovni.

Lorthioir a réalisé plusieurs enquêtes, publié un bulletin stencilé intitulé OVNI... Minute rédigé à compte d'auteur une dizaine de plaquettes dont une s'intitulait "J'ai vécu dans les sectes" où il relatait ses incursions dans le domaine du Bâal Contact, du Renouveau Charismatique et autres mouvements marginaux d'inspiration ufologique, comme la secte de Gilbert Bourdin dont il signale l'existence dès .

Par la suite fort de son expérience des écritures prétendues d'origine extraterrestre, il s'attaque au décodage de la "lettre de Strob" "Strob" étant selon Miguère un extraterrestre s'étant incarné en lui sur Terre. de Jean-Miguères Miguères, Jean: 1996 La Révélation, 1983 , avec succès Lorthioir, R. Le Graal retrouvé, p. 145.

Il s'intéresse également aux ovnis de la vague belge Lorthioir, R. Le mystère des Ovnis Triangulaires, octobre 1991.

Peu avant son décès survenu au changement du siècle, il s'était intéressé à l'alchimie dans laquelle il croyait avoir découvert le secret de l'éternelle jeunesse. Ses recherches ont été utilisées discrètement sans qu'elles soient signalées par divers écrivains oeuvrant dans le milieu ésotérique.