G. O. C.

Insigne du GOC
Insigne du GOC

Le Ground Observer Corps est le corps d'observateurs au sol surnommé Opération Skywatch par le Pentagone créé le 13 juillet 1952. Il est composé de volontaires civils supposés surveiller le ciel 24h/24 pour détecter des appareils russes. Le 12 juillet, dans le New York Times, des responsables de l'ADC expliquent à la nation que l'opération Skywatch est rendue nécessaire en raison de la limitation des radars par rapport à la courbure de la terre et parce que des forces hostiles peuvent échapper au réseau radar simplement en volant à des altitudes inférieures à 5000 pieds.

Le GOC est composé de 6000 postes d'observation autour de la frontière nord du pays et de toutes les côtes depuis San Diego au Sud à la Caroline du Nord. Le Département de la Défense imagine étendre le Corps aux 36 états et disposer d'un demi-million d'observateurs scrutant le ciel.

Mais c'est un échec, pour une étonnante raison étant donné les idées de l'époque : les gens ne se portent pas volontaires. Même durant les premiers mois du programme, lorsque la participation est supposée être la plus forte, le GOC n'attire que la moitié des observateurs nécessaires. Il est pratiquement impossible de trouver un article de l'époque ne mentionnant pas le besoin désespéré du Corps pour des volontaires. Même Arthur Godfrey ne parvient pas à convaincre les citoyens de ce devoir civique. Dans un article publié par le San Francisco Chronicle le 12 juillet, le major-général Walter E. Todd, commandant de la Force Aérienne de Défense de l'Ouest, semble déçu lorsqu'il écrit :

Notre difficulté à amener le peuple Américain à réaliser le besoin crucial d'une défense efficace est étrange... L'idée de se préparer activement à la défense de notre propre jardin avec un sacrifice personnel est quasiment étrangère au peuple Américain.

N° 4 du volume 1 de Aircraft Flash, le magazine officiel du GOC en janvier 1953
n° 4 du volume 1 de Aircraft Flash, le magazine officiel du GOC

En 1952 seulement 3 petites années ont passé depuis la première explosion réussie d'une bombe atomique par les soviétiques. C'est l'époque où l'hystérie nationale à propos de la menace soviétique (du moins au regard de la place que consacre la presse à ce sujet) est constamment à son plus haut niveau. Joseph McCarthy parcours le pays sa liste de blanchisserie à la maison, annonçant au public américain qu'elle contient les noms de communistes connus au Département d'Etat.

Pourquoi, alors, les citoyens américains adorateurs de la liberté ne sont-ils pas volontaires pour être observateurs du ciel ? La télévision les a-t-elle déjà transformés en une nation de légumes apathiques ? Ou pire, les américains sont-ils si fatalistes à propos d'une annihilation nucléaire qu'il ne peuvent pas faire l'effort de se défendre ? Ou les américains sont-ils simplement convaincus que le complexe militaro-industriel surpasse la menace soviétique ? Ont-ils réalisé, par exemple, que les russes n'ont pas encore d'avion capable de larguer une bombe atomique aussi loin que Washington D.C ?

Jim Howard est un observateur au sol à Kansas City de 1955 jusqu'à la fin du programme en 1958. Il raconte :

J'ai commencé à être Observateur au Sol vers 1955. Je devais avoir dans les 15 ans. J'ai rejoint la Défense Civile à Kansas City, dans le Missouri. Il y avait très peu de monde aux réunions, peut-être une quinzaine de personnes ou quelque chose comme çà. Nous avons commencé au poste LK20RED. Il était situé en haut du Army Record Center à Kansas City. Je suis sûr que l'on a pas assuré la surveillance 24 h par jour. En aucune façon. Nous étions très peu nombreux. Bien sûr je pense que des gens ont pensé que c'était un peu fou.

Notre abri était très petit, comme la guérite très petite d'un garde en poste. Nous étions 2 personnes dans l'abri, avec tout juste assez de place et un téléphone. Vous décrochiez le téléphone et appeliez l'opérateur. Vous disiez "flash appareil !" et l'appel était transmis et classé en haut de la liste. Ils vous mettaient dans le droit chemin... peu importe la manière. Je ne me rappelle pas du texte lui-même. C'était quelque chose du genre : un 2000 Nord-Ouest ou quelque chose comme çà. Rien de plus, très court.

Un autre ancien volontaire du GOC, Phil Lord, confirme également le manque de réponse du public à l'appel de volontaires pour le GOC. Lord se rappele son expérience en tant qu'Observateur au Sol, par exemple, et il a déterré à la fois le journal de poste d'observation d'un Observateur au Sol et la publication officielle de l'Air Force enseignant à l'observateur au sol comment reconnaître la silhouette d'un bombardier russe.

En 1954, 300 000 volontaires constituent officiellement le GOC.

Le GOC est démantelé le 31 janvier 1958. Jim Howard se souvient : Nous étions à une réunion de la Défense Civile/GOC. Ils dirent que l'USAF supprimait le GOC. Ils demandèrent si nous voulions faire des observations météo. Il y avait moins d'une quinzaine de personnes à la réunion.

Qu'elle qu'en soit la raison, la réaction du public envers l'Opération Skywatch est représentative de l'attitude schizophrène de l'époque.