D. R. M.

La Direction du Renseignement Militaire est créée à l'initiative de Pierre Joxe pour planifier, coordonner, et diriger les investigations et les missions assignées au renseignement militaire, par un décret du 16 juin 1992. Elle regroupe l'ensemble des services de renseignement militaire français jusque-là dispersés au sein des différents états-majors :

(Le renseignement naval n'est pas absorbé par la DRM, mais rattaché au Bureau des Affaires Etrangères de la Marine Nationale.

En 1995, ses quelques 1600 agents composés de personnel de l'Armée de Terre (50 %), de l'Air (23 %), de Mer (12 %), de la DGA (2 %), la gendarmerie (1 %), et de civils (12 %) constituent un outil à la disposition du chef d'état-major des armées sous les ordres duquel elle est placée pour l'exercice de ses responsabilités. Elle a également la responsabilité de fournir le renseignement adapté aux chefs d'état-major des différentes armées et aux commandements opérationnels et organiques.

Peu à peu la DRM se met à empiéter sur le domaine réservé de la DGSE, c'est à dire le renseignement politique et stratégique. Elle n'est pas un service secret, ne s'occupe pas de la sécurité intérieure, et par conséquent ses agents ne sont pas des espions, et ne peuvent donc pas mener d'opérations militaires ou clandestines. Ses activités se limitent à l'analyse d'images satellites et de données électromagnétiques, et elles dépendent beaucoup des capacités des forces armées à se procurer le renseignement. Ayant autorité sur l'ensemble des organismes voués à la collecte du renseignement et pilotant l'emploi de moyens techniques de plus en plus performants, elle optimise les résultats pour satisfaire aux demandes, quel qu'en soit le niveau.

La DRM est composée de différents services :

En 2000 l'agence doit compter 1900 agents.

231, bd Saint-Germain
75007  Paris
Tél : +33 1 42 19 30 11 
Fax : +33 1 42 19 44 38