Le film de la tente

Home

Une commande

Une image du film de la tente
Une image du film présenté par Santili

A l'été 1994, Bateman et Price-Watts, 2 spécialistes de videos de karaoké directeurs de A.R.K. Music Ltd. (A et K étant les initiales des 2 propriétaires de la société, A et K. B.) à Milton Keynes (Angleterre) sont approchés par un de leur client de longue date : Ray Santilli. Ce dernier leur indique posséder une vidéo d'extraterrestre dont il souhaiterai qu'il améliorent la qualité. Bateman et Price-Watts se mettent au travail, sans grand succès. Déçu, Santilli décide d’abandonner le film. Cependant, Bateman et Price-Watts, conscients du fait que Santilli est à la recherche de ce genre de document, décident de créer leur propre version :

On se décida pour une grange dans le village de Ridgmont, Bedfordshire, avec la complicité d’une connaissance du coin raconte Andy Price-Watts.

J’avais une vieille lampe à pétrole, quelques feuilles et des gants élastiques. On a filmé la séquence le soir pour donner une impression d’obscurité. Les gants – des Marigolds – faisaient trop modernes, alors on les a balancés. Ensuite, on a essayé de mettre la main sur un mannequin, mais ça s’est révélé impossible. Les Studios Elstree nous en ont proposé un pour 25 000 £, trop cher !

Finalement, on est tombé sur une tête de mannequin [comme on en trouve dans les magasins pour perruque] que Elliot Willis, notre opérateur, a transformé en "alien" en posant des pelures d’orange à la place des orbites ! Elliot et le boucher du coin, Roger Baker, faisaient les chirurgiens. Roger a eu l’idée d’utiliser des intestins de poulets pour remplacer les organes de l'"alien". A l’origine, on avait opté pour des intestins de cochons, mais ils ressemblaient trop à ceux des humains.

Une image du film de la tente
Une image du film présenté par Santili

Alors qu’on filmait, le paysan a pointé son nez pour voir ce qu’on trafiquait. J’ai pensé qu’on pouvait l’intégrer dans la séquence, raconte Bateman.

Il y avait un épouvantail vêtu d'un manteau pas loin de la grange. On a pris le manteau que le paysan a mis : il s'est transformé en Président Truman. Autant dire qu’on n’a pas arrêté de se marrer durant tout le tournage qui a pris environ 90 mn à réaliser.

Le fils d’Andy Price-Watt, 12 ans, y joue le rôle de l'extraterrestre, la tête couverte par une housse et celle du mannequin posée dessus.

On s'est servi d'une caméra Sony sur un tripode qu’on faisait vibrer pour donner l'impression d’un film tourné caméra au poing, indique Andy.

Après élimination des déchets, le film a été ramené à 6 mn. Tourné en couleur, il a été développé en noir et blanc, puis vieilli par les animateurs du studio en transférant la version originale dans différents formats vidéo pour le rendre granuleux.

Bateman ajoute : Ensuite, on est allé voir Santilli et on lui a dit qu’on avait acheté un film aux Etats-Unis. Il nous a répondu qu’on s’était fait avoir, et que le film était de mauvaise qualité. Il a ajouté qu’il devait y figurer un message de classification.

Bateman a récupéré le film, intégré une classification bidon en surimpression et l'a réexpédié à Santilli, qui leur a répondu qu’il ne pouvait toujours pas utiliser ce film. Quelle n'est pas la surprise de Bateman alors, quand, début 1995, il entend des amis à Santilli mentionner le film de la tente dans une interview. Bien qu'ayant rejeté le film, Santilli refuse de le critiquer en public.

Annonce

Le 26 mars 1995, une dépêche de l'AFP en provenance de Londres annonce la sortie d'un film ultra-secret, tourné il y a près de 50 ans par des militaires américains et montrant un extraterrestre mort. Selon cette même dépèche : Ce film de 91 mn a été tourné en 1947 dans le désert du Nouveau-Mexique par des membres de l'US Air Force, après l'accident d'une soucoupe volante. Maurizio Baiata, un producteur de télévision interressé par les ovnis (ayant notamment travaillé avec le CUN), apprend la nouvelle le 27 mars et contacte Santilli quelques jours plus tard à Cannes, où ce dernier lui montre un 1er film, celui de la tente. Les 2 protagonistes, vêtus de leurs blouses blanches, sans masques, y examinent les bras du prétendu extraterrestre et semblent récupérer un gros morceau de peau ou de texture provenant de bras ou de son côté gauche. La caméra est fixe, et l'on voit parfois passer devant ce que l'on suppose être le dos de l'opérateur. Baiata propose d'acheter les droits pour l'italie, et contacte la télévision nationale italienne pour un arrangement de diffusion.

Keith Green (Goodyer?), développeur de jeux video dans une société de Milton Keynes, travaille régulièrement avec A.R.K. Music pour les musiques de ses jeux. Il connaît bien les employés et le dirigeant de la société, auxquels il rend visite de temps en temps. Green raconte que, un jour qu'il s'était rendu dans leurs locaux 1 an 1/2 plus tôt, le dirigeant de sa société avec qui il parlait prit un appel téléphonique de Santilli en personne. Une fois leur conversation terminée, Green, surpris, lui indique qu'il s'agit du producteur diffusant le film de Roswell. Le dirigeant, stupéfait, lui indique qu'il ont fait ce film, et se dit surpris que Green n'y ait pas reconnu Elliot, l'ingénieur du son de la maison. Il l'emmène dans un studio et lui montre un film différent de l'autopsie de Roswell, où Green reconnaît effectivement Elliot : le film de la tente. Green repart avec une videocassette du film, que A.R.K n'avait finalement pas publiée.

L'été 1995, Bateman et Price-Watts décident d’inclure leur séquence dans une vidéo produite par Bruce Barlow, intitulée Penetrating The Web 2. Pendant ce temps, Santilli achête son film d’autopsie d’alien et est sur le point de lancer une campagne médiatique dans une douzaine de pays. J'avais prévu de parler du film de la tente à GMTV. Quand Ray a eut vent de ça, il est venu directement nous voir pour nous faire part de son mécontentement, explique Bateman. Il nous a proposé de nous payer si nous acceptions de ne pas promouvoir notre film pendant les 10 semaines à venir. Nous avons conclu le marché. Débarrassé de la concurrence, Santilli peut lancer sa campagne promotionnelle.

Révélation

La nuit du 30 mars 1998, Green surfe sur Internet, tombe sur diverses pages analysant le film de la tente, et constate qu'il s'agit du film de la videocassette. Il décide alors d'écrire à Mantle pour lui faire part des informations quant à son origine.

Santilli répond que le véritable film de la tente (introuvable) est différent des faux montrés, qu'il a lui-même fortement douté de ce film après que Jack Barnett lui ai dit ne pas reconnaître la version qu'il avait fait restaurer et que, en tout état de cause, cela n'affecte en rien la crédibilité du film d'autopsie principal.

Références :

Home