L'utilisation du véritable nom de M. Mortellaro ne viole pas sa confidentialité parce qu'il a signé une autorisation pour que j'utilise son image et ses mots et a volontairement utilisé son nom sur Internet et sur des émissions radio depuis un certain nombre d'annéees.
Mortellaro

Quelque chose d'accrocheur et d'halletant, un nouveau tournant par rapport à l'histoire d'enlèvement standard – cela semble maintenant être le Saint Graal des chercheurs sur les enlèvements. C'est précisément ainsi que Jim Mortellaro captiva et maintint l'attention de Budd Hopkins après plusieurs années à traîner dans les marges de la communauté ovni. C'est ainsi qu'il prit Hopkins pour un voyage de 2 ans sur le circuit de conférence, l'humilia et lui coûta la démission de presque la moitié de son Comité de Conseil et, indirectement, lui coûta son mariage.

A mon avis, le cas de Jim Mortellaro est un des meilleurs exemples de ce qui ne va pas dans la recherche sur les enlèvements que j'ai observée, précédé uniquement par le cas Linda Cortile.

Jim prétendit avoir eu doctorats, et impliqua qu'il avait occupé une direction marketing nationale ou internationale chez Hitachi, ce que ni l'un ni l'autre ne furent confirmé par l'enquêteur. Nous apprîmes qu'il avait une compétence en informatique et en électronique lorsqu'il donna et installa au bureau de la Fondation Intruders de Budd un PC entièrement neuf, avec imprimante, scanner et les derniers logiciels. En tant que personne non rebutée par la technique de notre duo, je me suis toujours tenue au courant de l'ordinateur et autres équipements de Budd, donc j'étais là pour voir comment le système était installé. Ce fut là que j'appris pour la 1ère fois quelle grande quantité de médicaments Jim prenait et demandais pourquoi il gardait un pistolet glissé dans sa botte. Ca ne me semblait juste pas une bonne combinaison et je dis non. Ce jour-là, Leslie Kean, la nouvelle protégée de Budd, conseillère, et organisatrice-en-chef, était dans le studio, également. Commençant juste à découvrir les enlèvements extraterrestres auprès de Budd, elle était d'accord avec moi. Pas une bonne combinaison, Jim. Mais Jim expliqua qu'il était un gars nerveux et appartenait à la police auxiliaire, une organisation de volontaires pour le maintien de l'ordre local, et qu'il avait donc besoin d'avoir une arme à portée de main.

Leslie Kean avait commencé son exploration des enlèvements ovnis en prétendant examiner le cas Linda Cortile (à partir du livre Witnessed de Hopkins). Après avoir fait son propre examen des éléments bruts et avoir interrogé Budd comme Linda, elle conclut qu'il s'agissait d'un cas solide, bien documenté. Now Kean took up the Jim Mortellaro case in a big way, once she was let in on the spectacular opportunity of his case. Cela aurait été la 1ère fois que des ufologues auraient été inclus dans une étude scientifique du courant dominant des preuves médicales d'enlèvements extraterrestres. Selon Jim, un groupe de médecins du nord de l'état avant découvert, à leur stupéfaction, qu'ils avaient chacun eu des patients ayant des symptômes medicalement inexplicables, tout comme ceux de Jim. Chacun avait eu entre 2 et 5 patients avec un temps manquant, des cicatrices sans chirurgie, des phobies qui semblaient inappropriées par rapport à l'expérience de la personne, une faible estime de soi et des récits embarassés de rencontres avec d'étranges êtres gris. Les médecins étaient fascinés et avaient maintenant un grand nombre de collègues enlevés de Jim enrolés dans une étude longitudinale autofinancée de patients ayant cette constellation de symptômes. Ce qui prouverait, au-delà de tout doute, que quelque chose se passe. Ils étaient, cependant, extrêmement discrets quant à l'étude et Jim n'était pas autorisé à donner à quiconque le numéro de quelqu'un ou d'en parler plus que ça. Il assura Budd, cependant, qu'une certaine Dr. Nancy allait faire un appel confidentiel à Budd parce que quelque chose la rendait morte de peur et qu'elle avait besoin de ses conseils. Budd étant notoirement peu enclin à écouter les messages répondeur et à rappeler, Jim Mortellaro et Leslie Kean arrivèrent ensemble et achetèrent à Budd son premier téléphone cellulaire avec un an d'abonnement, de sorte que tous 2 puissent être en contact direct avec lui à tout moment et faire avancer ce cas.

Un soir après que Budd soit descendu au studio pour vérifier ses messages, il remonta en courant tout excité. Je dois venir écouter le message que la Dr. Nancy venait juste de laisser sur sa machine. A ce moment, j'étais un peu sceptique sur plusieurs sujets, mais je voulais écouter. Budd remit le message. La voix d'une femme se fit entendre, s'identifiant comme le Dr. Nancy. Une voix aiguë, agitée, se dépêchant dans l'espoir de parler à M. Hopkins d'une question urgente concernant James Mortellaro. Elle était inquiète, voulait son avis, rappelerait et semblait ne pouvoir mettre un terme à l'appel assez vite. Ecoutant, je sentais mon esprit s'écouler sur le plancher dur du studio comme un ballon de fête dégonflé. Oh, non.

Budd me regardait triomphant et claqua ses mains ensemble. Maintenant on va vraiment quelque part ! dit-il.

Tu as entendu la voix ? demandais-je. Tu ne la reconnais pas ?

Quoi ? Qu'est-ce que tu veux dire ? Maintenant il commençait à s'énerver. C'est le Dr. Nancy et je n'ai jamais entendu cette voix avant cet instant !

C'est Jim, dis-je, toute désolée de lui apprendre. Mais surprise, aussi, qu'il ne l'ai pas entendu. C'est la voix de Jim, modifiée électroniquement.

Mais pas du tout ! cria-t-il. Comment peux-tu dire une chose pareille ? C'est une femme, ce n'est pas Jim ! Pourquoi me dis-tu ça ?

Parce que j'ai passé plus de 20 ans dans des studios de post-production, avec le monteur ou le mixeur qui modifiait les voix vers le haut, le bas, et sur les côtés, dis-je. Ce n'est certainement pas de la science de haute volée et Jim connait l'électronique. Ecoute, c'est sa syntaxe, c'est la manière dont il dit "très inquiet" et laisse tomber ses "gs" sur certains mots.

L'enquêteur ufologue vétéran Walt Webb

Mais Budd était furieux contre moi, le contestant violemment. Au cours du mois qui suivit, 3 autres messages furent laissés sur le répondeur. Un, une voix mâle de bariton, se présenta comme Noah, le voisin de Jim. Il voulait témoigner qu'alors qu'il se tenait dehors sur sa terrasse, il avait vu Jim soulevé en l'air par un rayon de lumière dans un appareil. Il y avait une autre voix de femme, plus élevée encore, mais avec des mots émergeant à un rythme d'escargot, qui se présenta comme la femme de Jim et voulait que Budd sache que Jamie avait été très mal, vraiment mal, revenu cette nuit avec du rang coulant sur ses jambes, et que, si elle pouvait aider, il fallait juste lui faire savoir ; un dernier message du Dr. Nancy, toujours pressée, toujours agitée, toujours despérée d'un conseil pour M. Hopkins.

Tous sont Jim, dis-je à mon mari. Mais Budd ne voulait pas entendre, ne voulait pas être arrêté. Leslie Kean, maintenant activement impliquée dans le cas, le soutenait entièrement. Budd commença à faire le circuit de conférences, parlant à diverses conférences et dans des émissions radio et des podcasts sur le cas Mortellaro qu'il élaborait et le jour de justice à venir pour toute l'ufologie quand ce que nous savons devra être rapporté et confirmé au monde par les scientifiques engagés dans cette étude révolutionnaire. Une telle conférence sur le cas, aujourd'hui vendue par un important distributeur de media sur les ovnis, est devenu une partie permanente de la littérature du domaine. Elle est intitulée "Budd Hopkins présente le DVD 'Un enlèvement crucial de 2002 dans les environs de New York City'.”

Jim, pendant ce temps, mis en place une présence massive sur Internet, postant régulièrement et bruyamment sur UFO Updates et de multiples autres sites à propos de ses expériences et perceptions en tant qu'enlevé. Il posta plusieurs documents liés à son cas sur Internet, dont un prétend être un document médical rédigé par le médecin qui le traita dans la salle d'urgences après un horrible enlèvement. Dans celui-ci, le supposé médecin utilisait un langage et un style que je n'avais jamais vu avant émerger d'un stylo de docteur. Dans ce document clinique, le prétendu médecin fait état de guérison quasi-miraculeuse des contusions dans la vessie… Très étrange, de fait. Très étrange. Le document médical poursuit : Nous n'avons jamais vu un tel cas bizarre auparavant. La phrase cas bizarre est saupoudrée dans tout le document médical. Le texte du médecin était à l'évidence fabriqué.

Ok, on y était. J'en avais assez et demandais à Budd d'arrêter, lui aussi.

Au lieu de cela, Budd et Jim commençèrent ensemble à s'adresser aux publics de plusieurs émissions radio populaires sur le paranormal, Jim y narrant son traitement sauvage par des kidnappeurs extraterrestres et Budd faisant écouter une session de régression hypnotique enregistrée avec un Jim terrifié se protégeant et hurlant contre les extraterrestres. Ce cas, à part l'audio, fait aujourd'hui partie des archives publiquement accessible des recherches sur les enlèvements sur le site web de la Radio Paranormale BUFO. Le 9 novembre 2002, la Fondation Intruders accueillit un séminaire à New York dans sa série intitulée "Jim Mortellaro & Budd Hopkins, Un nouveau cas d'enlèvement important avec de nombreuses preuves médicales". Malheureusement, les seuls élément médicaux étaient ces preuves futures espérées qui devaient être rendues publiques par les médecins du nord de l'état lorsqu'ils auraient terminé leur étude des enlevés. Ca et la lettre fabriquée du médecin ER. J'étais trop embarrassée et alienated pour assister au séminaire.

Les déclarations de Jim sur Internet gagnaient en largeur et en profondeur. Il en sorti un peu détraqué et fut attaqué sur plusieurs des forums publics comme étant un escroc. Des gens du Comité de Conseil de la Fondation Intruders — un groupe solide, brillant de personnes qui comprenaient un astronome et 2 psychologues — étaient de plus en plus mal à l'aise. Ils n'avaient absolument aucun élément de première main du cas de Jim, bien que Budd l'aie présenté sans réserves au public avec la promesse de produire des preuves à l'avenir. On ne leur avait jamais montré aucune de ces prétendues preuves et ils n'avaient jamais entendu les messages vocaux du docteur. On leur avait administré une session d'hypnose audio hautement dramatique avec Jim, ponctuée de cris. Une telle émotion, assura Budd au comité, n'était jamais feinte. Comment cela pourrait-il être feint ? Ce n'est pas un acteur professionnel. C'est un homme térrifié ! Du moins c'est ce que son assistante de bureau me rapporta. J'arrêtais aussi d'aller aux réunions du Comité de Conseil, même si j'en étais membre.

Le climax de Jim eut lieu un jour de 2004 — après 2 ans de collaboration avec le chercheur mondialement proéminent sur les enlèvements. Ce jour-là Jim vint chez nous, déclarant qu'il venait de tuer un homme. En tant que membre de la police auxiliaire de sa petite commune au nord de la ville, il avait repéré un cambriolage en cours et, malheureusement, avait dû utiliser la force meurtrière pour l'arrêter. Maintenant il était considéré comme un héros dans toute la ville et 2 jours auparavant il avait été présenté à la plus haute recompense d'une certaine association de police par le maire de la ville the et le directeur de l'association de policiers et il se sentait bien plus confiant sur les choses en général. Oh, et il devait apporter l'article du journal local qui racontait tout du cambriolage et de la récompense, mais sa vieille mère et son père voulaient le garder un moment.

L'assistante du bureau et moi-même nous regardâmes. Cette histoire était tellement vérifiable ! Nous laissâmes les hommes à leur café et partîmes dans nos studios respectifs. Elle appela immédiatement le Chef de la Police de la commune de Jim. Il dit qu'il n'y avait pas eu d'effractions dans la région depuis plus de 1 an et qu'aucune fusillade d'aucune sorte n'avait eu lieu là-bas depuis au moins 5 ans. J'allais sur le site web de l'organisation de policiers mentionnée par Jim et découvrit qu'ils ne donnaient de médailles qu'aux flics qui étaient bels et bien morts et à six pieds sous terre de façon permanente. Des médailles posthumes à des héros, c'était leur spécialité. Cela semblait exclure notre Jim. Aucun article de journal ne se matérialisa jamais et, au final, pas plus que le grand espoir de cette étude élusive d'enlevés par des médecins.

Des membres du Comité de Conseil de la Fondation Intruders en 1998, planifiant des activités longtemps avant l'interruption du cas Mortellaro Rainey, C.: Image du domentaire L'enquêteur ufologue vétéran Walt Webb

Lorsque l'on entendit parler de cette évidente escroquerie de la part de Jim chez les membres du Comité de Conseil, beaucoup d'entre eux arrivèrent à la Fondation Intruders en insistant pour écouter les messages vocaux enregistrés — le Dr. Nancy, l'épouse et Noah, le voisin. Ils secouèrent juste la tête. Puis un membre, un auteur médical de profession, dit que la lettre de médecin que Jim avait postée en ligne était un faux complet. Les médecins n'écrivent pas comme ça. En fait, le Comité pensait que le cas dans son ensemble était un canular, que l'homme était pathologique, que le forum public-même du cas était une honte — et que Budd devait arrêter cette enquête. Ils demandèrent une réunion formelle avec lui, un forum pour le groupe dans son ensemble afin de discuter de ce qui était arrivé et de comment il y avait pu ne pas avoir de vérifications ni d'équilibrages en l'occurence. S'ils devaient continuer à prêter leurs noms et leurs services à son organisation, ils voulaient faire partie du processus de concertation pour vérifier les nouveaux cas.

Budd répondit en demandant à la novice Leslie Kean d'écrire au Comité de Conseil expérimenté une lettre chastising sur le besoin de ne pas prématurément empêcher Hopkins d'avancer sur un cas en cours. Budd lui-même écrivit au Comité une lettre dans laquelle il semblait écarter tout de leurs nombreuses suggestion à l'exception d'un degré approfondi de participation du comité. Cette suggestion — que pour tous les cas à venir le groupe de conseil se réunisse, tous les 2 mois, pour écouter les enregistrements de régressions hypnotiques réalisés les semaines précédentes par Budd avec un enlevé supposé — Budd concéda que c'était une excellente idée, puis ajouta le kicker : Je pourrais ne pas être présent à ces réunions, cependant. Comme je me suis assis durant ces heures de sessions souvent déprimantes et épuisantes la 1ère fois, peut-être pourrais-je juste m'échapper de la réunion pour souffler un petit peu ! D'une lettre de Budd Hopkins au Comité de Conseil de la Fondation Intruders, 23 février 2004. En d'autres mots, il n'avait aucune intention de jouer dans une équipe qui incluait quelqu'un d'autre que lui-même en position d'avoir ses actions ou jugements remis en question par quelqu'un d'autre.

Lorsque le cas Mortellaro explosa, je démissionnais du Comité de Conseil et ne filmais plus jamais une session de regression ni ne participais à de la recherche sur les enlèvements. 3 autres membres du Comité finirent par démissionner, dont 2 psychothérapeutes et 1 ingénieur. Budd concéda eux membres restants qu'un communiqué public devait être fait sur le cas. Pendant une courte période, une déclaration d'une page fut postée sur le site web de la Fondation Intruders. Il disait, entre autres choses, que ce cas était d'un grand intérêt en raison des blessures médicales supposées avoir résulté de l'enlèvement [de Mortellaro] en 2001. Malheureusement, M. Mortellaro n'a jamais produit de preuves crédibles étayant ces déclarations. De plus, il nous a fourni 2 document prétendumment officiels, qui ont été prouvés être des fabrications. Par conséquent, Budd Hopkins et le Comité de Conseil de la Fondation Intruders ne considèrent plus ce cas comme méritant une enquête. La page, résumant 2 ans de travail sur un canular, un cas non volontairement stoppé par Hopkins, concluait en indiquant que : Comme toujours, la Fondation Intruders continue d'appliquer un protocole méthodique, prudent et détaillé à l'examen et l'enquête de tous les cas potentiels d'enlèvements.

C'était positivement Orwellien. Le sens des mots inversé, un langage à l'apparence scientifique utilisé pour nier et tromper. La morale de l'histoire semble être qu'un chercheur sur les enlèvements est libre de faire absolument n'importe quelle déclaration qui lui chante, et que tant que la déclaration sera faite souvent et avec conviction — ils y croiront.