Véhicules plus-légers-que-l'air

Le capitaine Patterson spécula également (annexe B) que l'objet jaune qu'il avait vu puisse potentiellement avoir été un grand ballon ou quelque chose de semblable.

De nombreux types de ballons, dirigeables et aérostats, pilotés, opérés à distance, attachés ou en vol libre, d'une taille allant de quelques pieds à des centaines de pieds, continuent à être développés et lâchés par des sociétés et organisations du monde entier pour de nombreux usages dont la surveillance militaire, les relevés météo, la recherche scientifique, la publicité, points de vues touristiques et levage de cargaison 1https://aiaa.org/pdf/inside/05_TC_Highlights/aiaa-lta.pdf; https://www.centennialofflight.gov/essay/Lighter_than_air/LTA-OV.htm. Ils sont utilisés dans toutes les parties de l'atmosphère depuis la proximité du sol jusqu'à la stratosphère.

Les ballons météorologiques ou autres ballons de recherche scientifique lâchés ou attachés dans la zone seraient sujets à des NOTAMs et autres arrangements comme indiqué en section 6 h. Le Manuel des Services de Traffic Aérien de la CAA 2Ibid. indique que les vols d'opérations militaires ou privées par des ballons ou dirigeables sont sujets aux autorisations habituelles et Notices de Coordination s'appliquant à tous vols. Nous n'avons trouvé aucun indice de telles activités. Il n'existe actuellement aucun élément radar clair indiquant la présence de véhicules aériens inhabituels de type quelconque 3Les tissus d'enveloppe de gaz de PLA ne sont par règle pas conducteurs et donc pas réflecteurs radar (bien que certains ballons de calibration d'instruments sont entourés de métal à cette fin). Mais d'autres parties de la d'entretoisement ou de chargement d'un grand VPLA pourraient bien l'être.. Il est toujours possible que des ballons ou d'autres types de constructions Plus-Légères-que-l'Air lâchés depuis des sites éloignées puissent se perdre, développer des fuites et dériver dans une Zone de Contrôle de Traffic Aérien, mais cela semble une théorie particulièrement peu probable pour diverses raisons. Les vents de basse altitude suggèrent que des ballons ou des aerostats/dirigeables égarés arrivant sur les lieux de l'observation (ex hypothesi, ayant atteint une flottabilité neutre approximative de 2000 pieds d'altitude environ) auraient dérivé directement au-dessus ou du moins très près de Guernesey avec une visibilité potentielle depuis le sol par des observateurs météorologiques ou autres pendant une période totale de peut-être plusieurs heures. Il semble hautement improbable qu'un tel événement ait été complètement non détecté. C'est particulièrement le cas étant données les tailles extrêmement grandes impliquées dans ce cas (plusieurs centaines de mètres) et la coloration brillante rapportée particulièrement par les observateurs situés au nord. Il semble aussi extrêmement improbable que de tels véhicules spectaculaires, étant venus pratiquement se poser à basse altitude dans la zone des îles anglo-normandes, auraient alors été capables de partir de la zone à une vitesse du vent non-observée tandis que le Contrôle de Traffic Aérien alerte activement le traffic aérien d'être à l'affût. Ou s'ils sont descendus dans la mer ou sur terre il est difficile de les imaginer échapper à la découverte. Et dans chaque case il est difficilement plausible qu'un équipement égaré d'une telle échelle et nouveauté soit resté non revendiqué par les opérateurs qui auraient sans doute été à sa recherche.

Un certain nombre d'autres objections pourrait être soulevé mais celles ci-dessus semblent suffisantes.

Plausibilité : (0-5) 1