Carey, Tom & Schmitt, D.: Witness to Roswell, juin 2007.

Date :
Témoins : Chris Xxxxxx
Notaire : Beverlee Morgan

  1. Mon nom est Walter G. Haut
  2. Je suis né le
  3. Mon adresse est 1405 W. 7th Street, Roswell, NM 88203
  4. Je suis à la retraite.
  5. En , j'étais stationné à la base de l'Armée de l'Air de Roswell, au Nouveau Mexique, servant comme l'Officier de Relations Publiques de la base. J'avais passé le weekend du 4 juillet (samedi, le 5, et dimanche, le 6) à ma résidence privée à environ 10 miles au nord de la base, qui était située au sud de la ville.
  6. Je fus mis au courant que quelqu'un avait signalé les restes d'un véhicule retombé en milieu de matinée après mon retour au service à la base le . Je fus informé que le major Jesse A. Marcel, à la tête du renseignement, avait été envoyé par le commandant de la base, le colonel William Blanchard, pour investiguer.
  7. En fin d'après-midi ce même jour, je devais apprendre que des signalements civils supplémentaires étaient arrivés concernant un 2nd site juste au nord de Roswell. J'allais passer la plupart de la journée à me consacrer à mes occupations ordinaires, n'en entendant pas beaucoup plus parler.
  8. Le mardi matin, le 8 juillet, je devais assister à la réunion habituelle du personnel à 7 h 30. En plus de Blanchard, Marcel ; le capitaine du CIC Sheridan Cavitt; le colonel James I. Hopkins, l'officier des opérations ; le lieutenant-colonel Ulysses S. Nero, l'officier d'approvisionnement ; et de Carswell AAF à Fort Worth, au Texas, le chef de Blanchard qu'était le brigadier-général Roger Ramey et son chef du personnel, le colonel Thomas J. Dubose assistaient aussi. Le principal sujet de discussion fut rapporté par Marcel et Cavitt à propos d'un champ de débris étendu dans le comté de Lincoln à approximativement 75 miles au NO de Roswell. Un briefing préliminaire fut donné par Blanchard à propos du 2nd site à approximativement 40 miles au nord de la ville. Des échantillons de l'épave furent passés autour de la table. C'était différent de tout matériel que j'avais jamais vu de toute ma vie. Des morceaux qui ressemblaient à de la feuille métallique, un papier fin bien qu'extrêmemenêe, et des morceaux avec des inscriptions inhabituelles sur leur longueur furent manipulés d'homme en homme, chacun donnant son opinion. Aucun ne fut capable d'identifier les débris du crash.
  9. Une des principales préoccupations discutées à la réunion fut de savoir si nous devions annoncer publiquement ou pas la découverte. Le général Ramey proposa un plan, qui je pense venait de ses chefs au Pentagone. L'attention devait être divertiête le plus important au nord de la vilel en reconnaissant l'autre lieu. Trop de civils étaient déjà impliqués et la presse était déjà informée. Je ne fus pas complètement informé de comment cela serait accompli.
  10. A approximativement 9 h 30 le colonel Blanchard téléphona à mon bureau et me dicta le communiqué de presse indiquant que nous étions en possession d'un disque volant, venant d'un ranch au nord-ouest de Roswell, et que Marcel envoyait le matériel par avion à des quartiers-généraux de plus haut rang. Je devais délivrer la nouvelle aux stations radio KGFL et KSWS, et les journaux Daily Record et Morning Dispatch.
  11. Au moment où le communiqué de presse atteignait les services de dépêches, mon bureau êondé d'appels téléphoniques du monde entier. Des messages s'empilaient sur mon bureau, et plutôt que de faire face aux préoccupations des media, le Blanchard suggéra que je rentre chez moi et "me cache".
  12. Avant de quitter la base, le colonel Blanchard m'emmena personnellement au Bâtiment 84 AKA Hangar P-3, un hangar de B-29 situé sur le côté est du tarmac. A la 1ère approche du bâtiment, j'observais qu'il était sous lourde garde à l'extérieur comme à l'intérieur. Une fois à l'intérieur, je fus autorisé depuis une distance sûre à observer pour la 1ère fois l'objet qui venait juste d'être récupéré au nord de la ville. Il faisait approximativement 12 à 15 pieds de long, pas vraiment aussi large, d'environ 6 pieds de haut et plutôt d'une forme de d'oeuf. L'éclairage était mauvais, mais sa surface avait bien l'air métallique. Aucune fenêtre, ouverture, ailes, sectioêeue ou trains d'atterrissages n'étaient visibles.
  13. Egalement à distance, je pus voir un couple de corps sous une bâche de toile. Seules les têtes dépassaient de la couverêt je ne pus distinguer aucune caractéristiques. Les têtes avaient bien l'air plus grandes que lêle et le contour de la toile suggérait la taille d'un enfant de 10 ans. A une date ultérieure au bureau de Blanchard, il devait étendre son bras à environ 4 pieds du sol pour indique la hauteur.
  14. Je fus informé qu'une morgue temporaire avait été mise en place pour prendre en charge les corps récupérés.
  15. Je fus informé que l'épave n'était pas "chaude" (radioactive).
  16. A son retour de Fort Worth, le major Marcel me décrivit avoir apporter des morceaux de l'épave au bureau du général Ramey et après être revenu d'une salle des cartes, avoir trouvé les restes d'un ballon météo et de réflecteurs radar substitués alors qu'il était à l'extérieur de la salle. Marcel était vraiment en colère de cette situation. Nous n'en discuterions plus.
  17. Je fus autorisé à faire au moins 1 visite à l'un des sites de récupération durant le nettoyage militaire. J'allais retourner à la base avec un peu de l'épave que j'allais montrer dans mon bureau.
  18. Je fus informé que 2 équipes séparées devaient retourner à chaque site des mois plus tard pour des recherches périodiques de tous éléments restants.
  19. Je suis convaincu que ce que j'ai personnellement observé était une sorte d'appareil aérien et que son équipage venait de l'espace.
  20. Je n'ai pas été payé ni n'ai reçu quoi que ce soit de valeur pour faire cette déclaration, qui est la vérité du mieux que je m'en souvienne.

    /Walter G. Haut/


    Témoin de la signature :
    Chris Xxxxxxx