Synthèse et conclusion

Analyse de schémas <  Home  >  Rapport d'ovnis impliquants des interférences avec des véhicules  >  Annexe
Figure 13. Correlations Located Between Event Characteristics of UFO Reports Involving Vehicle Interference
Figure 1

Les nombreuses corrélations trouvées exister dans les données sont difficiles à intégrer ou à comprendre sous forme tabulaire. J'ai par conséquent trouvé utile de présenter les résultats selon un affichage permettant un examen de l'ensemble des caractéristiques liées d'un seul regard. La figure 13 est cet affichage. Chaque boîte contient 1 des caractéristiques de l'événement EM ou de l'ovni lui-même, telle qu'une odeur particulière, la présence de son ou un effet physiologique sur le témoin. Une ligne solide tracée entre 2 caractéristiques indique que les 2 sont catégoriquement corrélées et tendent à apparaître ensemble dans les événements EM. Une ligne pointillée indique l'opposé -- que les caractéristiques sont corrélées négativement et tendent à ne pas apparaître ensemble.

Les résultats statistiques calculés dans la section précédente pouvant être affichés de cette manière par de simples lignes sur un plan rendent évident le fait que l'analyse n'a été que bi-dimensionelle. Cela signifie que l'on ne peut suivre les lignes d'autre caractéristique à l'autre, puis vers une 3ème, et conclure que la 1ère et la 3ème sont nécessairement liées. Cependant, si la 3ème et la 1ère caractéristique sont également reliées par une ligne solide, il s'agit d'une situation différente, et la relation entre les 3 caractéristiques doit être étudiée avec soin.

35 correlations statistiquement significatives distinctes ont été localisées. Affichées dans la figure 13, on peut observer que certains schémas commençent à émerger. Gardez à l'esprit, cependant, qu'alors que la chance d'une erreur de type 1 a été rendue faible en raison du niveau de significativité rigoureux adopté, il est toujours probale que quelques corrélations en figure 13 soient fausses.

Il est relativement clair après une étude de quelques minutes que certaines caractéristiques se répartissent elles-mêmes en des groupes reconnaissables. Le 1er de ces groupes que nous allons considérer est celui comportant la présence d'un rayon lumineux, contrôle du véhicule, un effet effet physiologique et la prise en chasse du véhicule. Chacune de ces caractéristiques et catégoriquement corrélée avec les 3 autres. Les 4 caractéristiques forment un nexus fort : la présence d'une quelconque de ces caractéristiques implique une augmentation de la chance que les 3 autres soient présentes.

Que peu signifier l'association de ces 4 caractéristiques ? Est-il logique qu'elles soient associées ? Je pense que la réponse est oui. Un rayon de lumière, avec des énergies vraissemblablement plus élevées, peut affecter un métabolisme humain. Le rayon pourrait être nécessaire pour prendre contrêle d'un véhicule (bien que cela fasse science-fiction), et bien sûr, un ovni doit prendre en chasse un véhicule afin de se positionner de manière à éclairer le rayon sur le véhicule. De la même manière, les associations de prise en chasse et du contrôle peuvent être comprises, tout comme la prise en chasse et l'effet physiologique. Et si contrôler un véhicule nécessite des énergies supplémentaires, le témoin pourrait bien en être affecté, complétant ainsi le nexus. Notez que la couleur bleue est corrélée avec un rayon de lumière et un effet physiologique, dont tous 2 nécessitent de grandes quantités d'énergie — quel bleu, étant à la fin énergétique du spectre, cela pourrait être significatif.

Il semble bien que quelque chose de physique, i.e., de réel, intervienne. Ce nexus (que nous appelerons Nexus 1) est mieux compris et expliqué si nous supposons que les événements EM sont des événements physiques, provoqués par un phénomène non-imaginaire.

Considérez ensuite les 4 caractéristiques de 1) ovni d'apparence métallique, 2) un ovni atterrissant, 3) un ovni en forme de disque et 4) la présence de son. Elles forment également un nexus distinct (Nexus 2) qui, avec l'exception d'un lien entre disque et atterrissage, est aussi fortement lié que le Nexus I. Lorsque l'on considères la signification du Nexus 2, cependant, common sense is not as helpful as before. There is no strong a priori reason to expect, say, a positive correlation between the presence of sound and a disc-like UFO. Merritt has demonstrated the existence of a correlation between these two characteristics in trace cases (1), but while confirming his result for EM cases, we still find no logical connections.

But if we can entertain the possibility that the UFO is, in some cases, a real object, then Nexus II is telling us about disc-shaped, metallic UFOs that emit sound, and about metallic UFOs that land and emit sound. There would seem to be a class of UFOs in EM events that are rather noisy, and are indeed shaped like the classic flying saucer. It is for these reasons that the possible correlation between disc-shaped and metallic UFOs was retained. While the association of these two characteristics is on the borderline of statistical significance, it does, in combination with landing and the presence of sound, fit a pattern which has been intuitively recognized by previous investigators. As such, it is important to retain the association, and because it makes good sense, place it within Nexus II.

Mention should be made here that it is rather unlikely that the witnesses have, in their vivid imaginations, conjured up data which support these results. For example, a graph of reported largest dimension of the UFO versus distance to the UFO showed no correlations or trends. This would not be true if some bias, inherent in the witness, was affecting size and distance estimates. This result and others like it indicate that the witnesses have reported what they saw, heard, or felt, not what they imagined or hallucinated. It is more economical to conclude that we have discovered in Nexus II another real grouping of characteristics, describing a certain type of UFO.

The physical reality of this nexus is further strengthened by additional correlations. Metallic-appearing UFOs are negatively associated with the act of disappearing and the re-starting of a vehicle's engine by itself. These last two characteristics are positively associated, not surprisingly, because both are nonsensical, extraordinary, unphysical events. Things do not disappear, nor machines start by themselves, at least in this world. The fact that metallic-appearing UFOs tend not to occur in conjunction with such events seems to support the presumption of the physical nature of Nexus II.

Disappearance and the landing of a UFO are positively associated, which admittedly somewhat weakens this argument. While problematical, such a connection can be understood in the same fashion as was that between landing and the presence of sound. To distinguish between a landing and a low approach to the ground, the witness will be nearer the phenomenon, on the average, and so has a better chance to hear any sounds emitted. And if a witness is close enough to observe a landing, he or she might also be able to make a better distinction between those UFOs that disappear and those that leave by a more normal means. Thus the connection of landing and a disappearance may simply be an artifact of the reporting process.

As a final confirmation of Nexus II, the metallic-appearing UFO and the action of leaving instantly are positively associated. While difficult to duplicate with present-day technology, the act of accelerating at over 1OG upon departure is not inconsistent with known physical laws. A real phenomenon should most likely obey such laws, not disappear; Nexus II seems to be a description of a real phenomenon or object.

The link between Nexus I and Nexus II is the metallic-appearing UFO, which is associated with both the physiological effect and the chasing of a vehicle. While the reason for a connection between these particular characteristics is obscure, it could be interpreted to imply that both nexuses have, as their basis, some real phenomenon, as yet only vaguely glimpsed.

There is an apparent grouping of the four characteristics of metallic-appearing UFOs, leaving instantly, the chasing of a vehicle, and the color white. This study, though, was only a two-dimensional analysis; consequently, this grouping has no actual significance. The characteristics are not cross correlated as in Nexus I and Nexus II.

The association of the color red with smaller UFOs, the color yellow with those objects that disappear, and the color green with those that emit sound are isolated correlations evincing no obvious significance or relation to the two nexuses (though one could surmise that small UFOs — less energetic? — might preferentially be emitting light in the red end of the visible spectrum). The negative association between large UFOs and the action of chasing a vehicle might be considered to have no meaning, but I believe it does when placed in the following context. My impression from continual review of the data is that, when chasing a vehicle, the phenomenon approaches relatively close to the witness. The fact that larger UFOs tend not to chase vehicles can mean that:

  1. Larger UFOs cannot get too close because of physical constraints such as trees along the road, or
  2. UFOs are not really very large, and size is misreported by witnesses who see them at a distance.

As mentioned above, a plot of UFO size versus distance showed that point #2 is probably not true; therefore, we conclude that point #1 is the correct explanation. This makes good physical sense, and lends even more support to the reality of the phenomenon, but does not really tell us about anything intrinsic to the phenomenon.

The reason for the negative association between oval-shaped UFOs and the size range under fifteen feet is obscure, but that between metallic UFOs and the fifteen-to-thirty-three foot range has been reported by others, such as Merritt (2) and Vallee (3). Extension of their results to EM cases signifies that this association is intrinsic to the UFO phenomenon. Metallic objects really do tend to fall into this size range.

Les 2 caractéristiques restantes non discutées sont le mouvement en ligne droite et les ovnis apparaissant comme une lumière. Ils sont résolument liés et tendent à intervenir ensemble dans les événements EM. Les lumières sont négativement associées à l'émission de son et à l'action de partir instantanément. Les ovnis suivant une trajectoire droite sont négativement associés aux ovnis prenant en chasse un véhicule et d'apparence métallique. Ces associations négatives ou repoussantes are all with actions or characteristics that we considered indicators of real, physical events and objects. Since the two characteristics tend not to occur with characteristics in both nexuses, we shall assume that they form their own small grouping, Nexus III. There is also one correlation with UFOs as lights and the size range under fifteen feet, which we shall include in Nexus III.

Just because the characteristics of this nexus tend to avoid the characteristics in Nexuses I and II, both of which were demonstrated to describe non-imaginary phenomena, is no reason to assume that Nexus III is somehow imaginary. First, since all indications are that most witnesses have reported accurately what they have experienced and observed, there is no reason to suppose that reports of silent, small lights moving in a straight trajectory are incorrect. Second, there are several events in the catalogue which adequately characterize this nexus and make clear its physical nature. For example, the November 10, 1972 incident near Heathfield in East Sussex, England, involved a glowing white blob which sped away in a straight line after a motorcycle engine died. The blob was not metallic, nor did it chase the motorcyclist or leave instantaneously. No sound was heard. It is true that the engine was reported to have started by itself, but that only confirms the messy nature of the EM data and the need for statistical methods to sort out existing patterns.

Ou considérez l'événement d'Aberdeen, à Washington le 3 janvier 1971, où 3 boules de lumière diffuse de 2 pieds dérivèrent sur une trajectoire droite au-dessus d'une rivière. Elles n'étaient pas métalliques, ne pourchassaient pas le véhicule affecté ni ne sont parties rapidement, et n'ont pas émit de son. Yet without impugning the witnesses' testimonies, we cannot deny the existence of these fuzzy lights and their effect on the vehicle's engine and electrical system.

As discussed in my earlier paper on EM events (4), that preliminary analysis did not preclude the existence of an unknown natural phenomenon, in appearance akin to ball lightning, but not the same in action or effect. Most EM events occur in clear or partly cloudy, non-precipitating weather, the exact opposite of favorable conditions for the formation of ball lightning (5). These small lights which move in straight trajectories have no precedent in the literature and their existence has not previously been recognized.

Avant de résumer ce qui a été découvert, il devrait être rappelé au lecteur que les événements EM sont une classe spéciale des événements ovnis, parce que la chance qu'ils aient eu lieu tels qu'on les a rapportés est très élevée. Le véhicule agit comme un grand instrument de test de faible sensibilité, affecté indépendamment du témoin. De plus, dans de nombreux cas, le véhicule a été affecté avant que le témoin ne voie ou entende l'ovni. Croire que le témoin a confabulated l'interférence du véhicule et un ovni est une idée qui va plutôt chercher loin. De la même manière, la plupart des témoins ne savaient pas que des choses comme les événements EM existaient avant leur propre expérience. Il n'y a pas de bonne raison de conclure autre chose que les témoins ont décrit des événements leur étant réellement arrivés.

Nous avons trouvé 2 nexuses, 1 avec 5 caractéristiques, l'autre avec 4, plus un petit regroupement de 3 caractéristiques. Ces 3 nexuses sont considérés correspondre à des événement physiques. En particulier, les Nexus I et Nexus II décrivent des scénarios très dramatiques impliquant de grandes énergies, des actes apparemment délibérés de contrôle du véhicule, et des objets métalliques émettant du son, atterrissant souvent sur le sol. De manière assez franche, ces caractéristiques ne décrivent pas un phénomène naturel inconnu, un tel phénomène n'étant pas intelligent ni métallique. Réciproquement, nous avons découvert dans le Nexus III un regroupement de caractéristiques semblant bien décrire un phénomène naturel encore non découvert. Peut-être les idées de Persinger sur l'effet piezoélectrique pourraient-ils détenir la clé de la compréhension du Nexus 3.

Penser aux Nexuses 1 et 2, cependant, amène à une conclusion très différente. Résumés ci-dessous sont les points discutés précédemment dans mon 1er article, tous applicables à nos déliberations :

  1. Il est peu probable qu'un phénomène naturel commencerait soudainement à survenir avec un certaine fréquence après 1953, où de nombreux véhicules ont été sur la route pendant des douzaines d'années avant cette date.
  2. Un phénomène naturel n'interviendrait probablement pas de manière préférentiellement dans des régions dépourvues de population.
  3. Il y a pas d'explication simple à l'évitement des heures de journées par les événements EM (voir la section "Heure de la journée de l'événement EM") .
  4. Aucune relation n'a été démontrée entre la sévérité de l'effet EM et la distance de l'ovni, innatendu pour un phénomène naturel.
  5. La présence d'humanoïdes dans plusieurs événements constitue une difficulté évidente.
  6. Bien qu'un plasma tournant puisse sembler métallique à quelqu'un dans certaines conditions d'éclairage, il est peu probable que tant de témoins aient été incapables de déterminer la véritable apparence du phénomène.

Ces considérations, en conjunction avec l'existence de 2 groupes de caractéristiques fortement corrélés, jouent fortement contre l'hypothèse que tous les événements EM sont dûs à des phénomènes naturels inconnus. On ne peut nier que d'autres faits atténuent la force de cette conclusion, comme la rareté des événements impliquant un moteur diesel. Mais je pense que les éléments opposés à l'hypothèse que tous les événements EM sont causés par un phénomène naturel (s'il ne s'agit pas de canular ou d'hallucination) sont plus forts que ceux en sa faveur. Ceci est particulèrement vrai parce que, dans le Nexus 3, nous avons déjà isolé ce qui semble être un phénomène naturel provoquant certains événements EM.

Comme l'a écrit Roger Bacon dans l'Opus Majus, le raisonnement débouche sur une conclusion et nous fait accepter la conclusion, mais ne rend pas la conclusion certaine, pas plus qu'il n'enlève le doute... à moins que l'esprit ne le découvre par le chemin de l'expérience. Il n'y a pas de substitut à l'observation instrumentée des ovnis, d'analyse en laboratoire des véhicules affectés, ou à la simulations d'événements EM. Mais étant donné que nous n'avons pas une telle expérience directe sur laquelle nous baser, la conclusion la plus plausible à dériver de l'existence des Nexuses 1 et 2 est que certains événements EM interviennent en présence d'objets métalliques inconnus, bruyants et en forme de disque, et que d'autres impliquent des objets de hautes énergies affectant les véhicules et les personnes.

Analyse de schémas <  Home  >  Rapport d'ovnis impliquants des interférences avec des véhicules  >  Annexe