Dans les 24 h qui suivirent la diffusion de ces déclarations officielles allaient commencer à avoir lieu des événements qui laisseraient tout le monde, civils et militaires dans le même état approchant de près la description par Edward J. Ruppelt d'une vague. Des signalements d'observations, venant presque simultanément de centaines de citoyens déconcertés, furent faites aux journaux et postes de police dans tout le pays, ainsi que dans les régions adjacentes, du sud de la Californie au New Brunswick, et de la Louisiane au Dakota du Nord. Partout, les gens vivaient le début de l'une des vagues les plus massives d'observations d'ovnis répertoriée. Des signalements venaient de tous types d'observateurs : de foules de vacanciers et de pique-niqueurs, de policiers et représentants publics, et de pilotes, fermiers, professionnels, femmes au foyer et conducteurs de bus.

A Twin Falls, dans l'Idaho, 60 pique-niqueurs virent 3 formations de plus de 35 objets volant au-dessus d'eux (2-5) ; et plus tard dans la soirée, à Hauser Lake, près de Spokane, plus de 200 personnes virent un disque solitaire dans le ciel au-dessus d'eux (2-6) ; l'équipage entier d'un vol de United Airline vit 2 groupes de disques près de la frontière Idaho-Oregon au crépuscule (3-10) ; des douzaines de policiers et des sommes de citoyens rapportèrent avoir vu de nombreux disques volant au-dessus de Portland, dans l'Oregon, en début d'après-midi (3-15) ; des observations air-air furent faites par 2 pilotes privés, 1 dans l'Idaho et l'autre en Californie (3-10) ; à Seattle, un garde-côtes prit la 1ère photographie à recevoir une large publicité d'un disque volant au-dessus de lui (4-3) ; à Boise un journaliste de UP et des amis virent un disque seul voler directement au-dessus d'eux à une vitesse énorme et disparaître au-dessus de l'horizon en quelques secondes (3-6).

Mais les signalement ne furent pas confinés à l'ouest : à la Nouvelle Orléans, une vendeuse vit un disque fonçant au-dessus du Lac Pontchartrain (cas 223) ; un groupe de gens à Port Huron, dans le Michigan, compta un assortiment de presque 20 disques volant dans diverses directions après la tombée de la nuit (cas 276) ; une boule de feu blazing fut vue stationnant près de la maison d'une femme d'Alexandrie, en Virginie tôt le matin du 4 (2-6) ; et un médecin de l'Hôpital de Pennsylvanie pour les Maladies Mentales vit un objet avec des réacteurs ou des ailes tourbillonnants, semblable à celui signalé plusieurs heures plus tôt par un mécanicien de Saint Louis et sa famille (2-14) ; et à Fayetteville, dans l'Arkansas, le bétail d'un fermier bolted lorsque des objets swooped overhead (4-1).

Les observations continuèrent dans les heures du soir avec de nombreux signalements après la tombée de la nuit de lumières en déplacement rapide et de disques illuminés de nombreuses régions. Le nombre total de signalements jusqu'à minuit le 4 juillet fut plus du double de celui de la veille. Des références à pas moins de 88 observations spécifiques furent trouvées, répandues sur une zone comprenant 24 états et 1 province canadienne. Bien plus de 400 personnes de tous parcours de vie furent témoins des phénomènes. Approximativement 2/3 de l'ensemble de ces observations eut lieu dans les heures du jour ou du crépuscule, et presque tous les signalements diurnes décrivaient des disques, ou des objets ronds ou or ovales ; au sein des signalements nocturnes se trouvaient plusieurs récits de boules lumineuses. Plus de la moitié des observations décrivait 1 seul objet ; le reste en impliquait 2 ou plus, avec des groupes volant en formations en V. La plupart des observations furent , comme dans les signalements précédents, très brèves, décrivant des objets volant en ligne droite à des vitesses énormes ; des signalements de plus longue durée furent également faits, cependant, comme l'observation des United Air Lines dans laquelle l'équipage vit 2 formations d'objets pendant une période de presque 15 mn (3-10,11). Un certain nombre d'objets en déplacement lent et stationnaires furent également décrits.

L'effet de toutes ces apparitions célestes fut extraordinaire. Le jour suivant, le 5 juillet, des journaux de tout le pays firent accordèrent leur une et les gros titres aux observations. Les journaux locaux featured reports of sightings coming from nearby areas, but the wire services carried more than 3 specific sightings from various locations. The Portland, Oregon reports and the United Air Lines sighting was by far the most publicized, given in a detailed and straightforward manner. As the Portland ("Er -- Quack, Quack") Oregonian remarked of the UAL case: Their report, detailed enough to shake the most incredulous, left them (the observers) equally shaken. The photograph taken near Seattle by Coast-guardsman Frank Ryman was also given top billing in many newspapers as graphic evidence of the reality of the reported objects.

Sightings on July 5th continued at a high rate, although the references examined turned up eleven fewer sightings than on the previous day for a total of 77 specific observations. These appear to be distributed over an even wider area than on July 4th, with reports from 30 states and one province. The number of witnesses again totaled in the several hundreds and covered the same broad spectrum of occupations as on the previous day. There are other similar features to the previous days reports: 2/3 of the sightings occurred during daylight hours or dusk; a little more than half of these reports described single objects; and discs remained the most predominate shape reported, with several notable exceptions, such as the object described by 2 TWA pilots while flying over Neapolis, Ohio: l'ovni avait la forme d'une hélice (ceci est remarquablement semblable à un signalement de Spokane, Washington, le 6 juillet (voir 2-17 pour des détails). Le 4 juillet l'Oregon eut le plus grand nombre de signalements, avec 16 ; la Californie fut 2nde, avec 10. Le 5 juillet, la Californie fut en tête avec 15, tandis que Washington suivait, avec 7.

D'une manière générale, la couverture des journaux pour ces 2 jours fut centrée sur les faits, raisonnablement détaillée, et notablement sans aucun ridicule ni insinuation. Le nature de soudaine grande échelle du phénomène, la graphic vividness of the descriptions, and the undisputed character of the witnesses resulted in a serious-minded handling of the reports by the press. Unfortunately it was not possible for the press to sustain an objective attitude after July 6th, for a number of reasons. The single most important factor in stifling objective news coverage was the unprecedented outpouring of absurd "explanations," personal opinion, and outright invective against UFO observers, all of which served no other purpose than to confuse the issue and cast a pall of suspicion on all witnesses. And by July 7th, when cranks and practical jokers got into full swing, an aura of ridicule descended upon the subject that has lingered for twenty years. For this the press must bear a major responsibility, since it freely gave over its obligation of presenting the facts in favor of currying to the voices of irresponsibility and confusion.