Key.

Besoin

Identifier un objet de manière non équivoque.

Analyse

Une clé est un identifiant unique pour un groupe de données. Souvent, elle est constituée d'un sous-ensemble de ce groupe.

Exemples

Les clés sont utilisées pour :

  • les SGBDR
    • indexer via une clé primaire (primary key) identifiant un enregistrement/une ligne/un objet de manière unique
    • référencer via une clé étrangère (foreign key) identifiant une relation de manière unique
  • la sécurité
    • pour le cryptage de données, dans un but de confidentialité : clé secrète de cryptage connue des parties communicantes.
    • pour l'authentification. Plus la taille de la clé sera grande, plus la sécurité offerte sera grande.
      • Clé privée : conservée par un acteur (jamais diffusée à un autre acteur). La clé privée permet à un acteur de decrypter un message destiné à lui seul.
      • Clé publique : diffusée par un acteur. La clé publique permet à un auteur de crypter un message afin d'être authentifié par ses correspondants.
  • les tris

Notes

  • les SGBD
    • permettent de définir des champs-clé de manière automatique (auto increment, rowid, etc.)
  • en sécurité
    • La "robustesse de clé" (key strength) détermine le niveau de sécurité offert par son utilisation. Plus la clé est grande (codée sur 40, 56, 64, 80, 112, 128 bits, etc.), et plus un message codé sera difficile à décoder sans cette clé.
    • Les clés peuvent varier d'interprétation selon les algorithmes utilisés : certains algorithmes acceptent des tailles de clé variables (RC2, RC4) et d'autres ne peuvent fonctionner qu'avec des clés de taille fixe (DES). De même, la taille de la clé correspondra à différents arguments selon les algorithmes (la valeur d'un modulo pour RSA, etc.).
    • Si une clé garantissant une sécurité à 99 % doit aujourd'hui dépasser 64 bits, une taille raisonnable peut être estimée à 56 bits.

Voir