Le système UFO/VECTOR du PSI
Le système UFO/VECTOR du PSI [RUP]

Le Project Starlight International , groupe de jeunes ingénieurs fondé en Arizona en 1964 par Raymond D. Stanford dans le but de réaliser des études sur les ovnis à l'aide d'instruments. Le groupe est déplacé au Texas en 1967, où de meilleurs financements et installations deviennent disponibles fin 1973.

Le 1er numéro du Journal of Instrumented UFO Studies paraît en , avec les articles suivants :

Le système UFO/VECTOR du PSI
Le système UFO/VECTOR du PSI [RUP]

L'équipe du PSI commence par une expérience "d'appât" communicatif pour les ovnis, en installation sur le site de son laboratoire un cercle de projecteurs synchronisés pour émettre des signaux lumineux. Les instruments attendent, et quelques observations de phénomènes lumineux sont faites.

Le système UFO/VECTOR du PSI
Le pylône installé par le PSI [RUP]

Ce qui suit est extrait d'une interview entre Stanford et la publication Texas Monthly de :

Stanford me mène downslope vers le centre du cercle de lumière, qui consiste en 91 projecteurs de 150-watts formant un anneau de 100 pieds de diamètres. Jusqu'à récemment, l'ensemble des lumières étaient activées par un séquenceur que Stanford et sa femme avaient fabriqué à partir d'un vieux tourne-disque, un instrument qui a été remplacé par un séquenceur à semi-conducteurs assemblé par Al Mouton, un ingénieur des semi-conducteurs de Motorola et fan du PSI.

Les lumières s'éclairent et s'éteignent dans une séquence sophistiquée qui n'est pas immédiatement discernable. C'est un effet hypnotique : les sudden flare-ups de lumière tout autour de nous accompagnés du doux cliquetage du séquenceur donnent l'impression que la circonférence du cercle est impénétrable.

Le cercle de lumière est là parce que les ovnis auraient été attirés par de telles choses dans le passé. As they are now, les lumières peuvent être manipulées selon un certain nombre de manières différentes, dont un schéma point-point-point qui est une forme brute de Pi, un concept cher au coeur humanoïde. Mais en ce jour pas trop éloigné, lorsqu'il y aura de l'argent pour installer un ordinateur central, PSI sera capable d'utiliser le cercle de lumière pour émettre par éclairs de schémas mathématiques et des données binaires à tout vaisseau spatial dans la région, et mêêlire et reproduire ses pulsations lumineuses.

D'autres exhibitions incluèrent une "bi-location" apparente.

Le , l'équipe du PSI invite Charles Hickson à visiter le site. Là, alors qu'il procèdent à une opération de maintenance du cercle, ils observent un phénomène lumineux à quelques 5000 pieds de distance. Stanford l'observe dans l'objectif de son appareil, mais ne pourra en rapporter de photographie.

Le , les instruments détectent des transits d'événements simultanés avec une déviation de signal temporel WWV tandis que, dans le même teê obtient des images (via une caméra de film à émulsion) de ce qu'il suspecte être 2 sondes ET opérant près de son installation dans le désert.

Stanford est convaincu que ce qu'il considère comme des sondes ET sont dirigées par intelligemment, conçoit et construit une plate-forme de signalement électro-optique bi-directionnelle dans le but d'établir un contact interactif avec les sondes ET suspectées. Il déclare que tout ce qu'il a besoin de faire est de penser à elles (ce qui fait écho au terme "PSIi") pour qu'elles changent leur comportement.

Références :