Joseph Smith

Smith
Joseph Smith

Smith naît le lundi 23 décembre 1805 à Sharon (comté de Windsor, Vermont), fils de Joseph Smith (peu religieux) et Lucy Mack (très pieuse) dans une famille nombreuse. Son père, assez aisé, se ruine vite dans une spéculation de ginseng cristallisé, dont il envoie en Chine un chargement, qu'un consignataire infidèle ne lui paiera jamais.

Son père s'efforce de se relève de sa ruine en louant ses services pour la ferme de son beau-père à Norwich (Vermont), et la famille finit par déménager à West Lebanon (New Hampshire), en faisant du commerce ou en faisant l'école pendant l'hiver aux enfants du lieu.

Loin d'être un esprit religieux, son père finit néanmoins par se convertir vers 1811 avec les prières de sa femme. Il en vient même à avoir des visions et, à partir de sa conversion, passe le reste de sa vie dans des pratiques religieuses. Sa femme, s'est même adonnée aux rêveries religieuses... Sa vie était toute mystique. Parfois, c'étaient des visions qui lui révélaient que toutes les religions étaient détournées de la vérité. D'autres fois, c'était une intervention miraculeuse en faveur de sa famille aJules Remy : Voyage au pays des Mormons : relation, géographie, histoire naturelle, histoire, théologie, mœurs et coutumes, publié par Dentu, 1860, p. 197.

Vers 1813, Smith contracte la fièvre typhoïde et est atteint d'une grave infection à la jambe gauche. Il est opéré par le fameux chirurgien Nathan Smith (fondateur de la Dartmouth Medical School), qui lui évite l'amputation, mais durant quelques années il doit marcher avec des béquilles et, plus tard, cet accident le dispensera du service de la milice. Smith en gardera toute sa vie une légère claudication.

En 1816, découragée par plusieurs mauvaises récoltes, la famille quitte Norwich pour s'installer à Palmyra (New York). Smith père y fait l'acquisition de 100 acres de terre où il bâtit une petite ferme et où, à force de labeur, sa famille retrouve une situation plus prospère. Là, sa mère, 2 de ses frères et sa sœur aînée se joignent à la Western Presbyterian Church, l'Église presbytérienne locale, mais Smith, ainsi que son père et son frère Alvin s'en abstiennent. Smith, pour sa part, se rapproche des méthodistes et fait partie d’un club de débat, d’abord à Palmyra, puis dans l’école rouge de « Durfee Street » (North Creek Road) bOrsamus Turner, History of the Pioneer Settlement of Phelps and Gorham’s Purchase, Rochester, Alling, 1851, p. 214..

Première vision

En 1820, alors qu'il existe une liberté religieuse dans le pays, une grande agitation rêgne entre les différentes confessions dans les États de l'Est. Smith visite différentes églises, sans savoir à laquelle se joindre. Il écrira :

la confusion et la lutte entre les diverses confessions était si grande, qu'il était impossible à quelqu'un d'aussi jeune et d'aussi peu au courant des hommes et des choses que moi de décider d'une manière sûre qui avait raison et qui avait tort... Au milieu de cette guerre de paroles et de ce tumulte d'opinions, je me disais souvent : que faut-il faire ? Lequel de ces partis a raison ? Ou ont-ils tous tort, autant qu'ils sont ? Si l'un d'eux a raison, lequel est-ce et comment le saurais-je ? cJoseph Smith, Histoire 1:8,10.

C'est le printemps et à la suite de sa lecture de Jacques 1:5-6 dans la Bible, enjoignant de demander à Dieu, Smith se rend à une petite distance à l'ouest de la maison familiale où se trouve un bosquet de grands arbres. Là il prie Dieu de lui apprendre quelle Église a raison. Il écrira alors ce qui serait arrivé :

Je vis, exactement au-dessus de ma tête, une colonne de lumière, plus brillante que le Soleil, descendre peu à peu jusqu'à tomber sur moi... Quand la lumière se posa sur moi, je vis 2 personnages dont l'éclat et la gloire défient toute description, et qui se tenaient au-dessus de moi dans les airs. L'un d'eux me parla, m'appelant par mon nom, et dit, en montrant l'autre : Celui-ci est mon fils bien-aimé. Écoute-le dJoseph Smith, Histoire 1:16-17.

Le personnage qui lui parle lui dit alors de ne se joindre à aucune des confessions qui existaient alors sur la terre, car elles sont toutes dans l'erreur et... que tous leurs credo étaient une abomination à ses yeux ; que ces docteurs étaient tous corrompus ; que : ils s'approchent de moi des lèvres mais leur cœur est éloigné de moi ; ils enseignent pour doctrine des commandements d'hommes, ayant une forme de piété, mais ils en nient la puissance eJoseph Smith, Histoire 1:19, 20.

Smith relate sa vision, ce qui ne plaît pas à tout le monde :

Cependant, je m'aperçus bientôt que le fait de raconter mon histoire m'avait nui auprès des adeptes des autres confessions et était la cause d'une grande persécution, qui allait croissant ; et quoique je fusse un garçon obscur de 14 à 15 ans à peine, et que ma situation dans la vie fût de nature à faire de moi un garçon sans importance dans le monde, pourtant des hommes haut placés me remarquèrent suffisamment pour exciter l'opinion publique contre moi et provoquer de violentes persécutions ; et ce fut une chose commune chez toutes les confessions : toutes s'unirent pour me persécuter fJoseph Smith, Histoire 1:22.

Moroni et les plaques

Le soir du dimanche 21 un ange 1que Smith qualifiera de en 1832 puis identifiera en 1835 comme étant Moroni - fils de Mormon - ressuscité lui apparaît dans sa chambre et lui révéle l'existence d'un livre écrit sur des plaques d'or, accompagné de l'Urim et Thummim, donnant l'histoire des anciens habitants de l'Amérique et la source dont ils seraient issus.

À partir de ce soir, chaque année à la même date, Moroni l'instruit, jusqu'en 1827 où révèle à Smith que les plaques sont cachées dans une colline (de 34 m de haut) de Manchester à 6,4 km de la ferme ou vit Smith, et lui donne la mission d'en traduire la partie qui deviendra le Livre de Mormon. Smith les localisera : Sur le versant Ouest de cette colline, non loin du sommet, sous une pierre de taille considérable, reposent les plaques, déposées dans un coffre de pierre. Peu après que Smith ait annoncé avoir trouvé les plaques des gens cherchent le coffre de pierre ou un trou fraîchement creusé, mais ne trouvent rien à part un trou du côté Est.

Une fois la traduction terminée, Moroni récupère les plaques.

À partir 1829 les mormons appelent la colline Cumora.

En l'année suivante, Smith publie le Livre de Mormon, qu'il affirme être la traduction d'un récit ancien gravé sur des plaques d'or qu'un ange lui aurait confiées. La même année, il fonde l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours qui, selon lui, serait le rétablissement de l'Église originelle de Jésus-Christ et dont il devient le 1er président.

En 1839, après avoir été chassés de lieu en lieu au Missouri, les mormons fondent la ville de Nauvoo (Illinois) dont Smith deviend le maire et le 1er juge. Il est aussi le commandant de la Légion de Nauvoo, une unité de la milice de l'État d'Illinois.

En janvier 1844, Smith annonce sa candidature à la présidence des États-Unis.

Ses détracteurs, inquiets de l'accroissement de la population mormone et craignant de perdre les élections, veulent éliminer le fléau mormons. Ils accusent Smith de vouloir établir une théocratie et lui reprochent de pratiquer la polygamie. Après avoir reçu des menaces de mort, Joseph Smith aurait fait détruire la presse du Nauvoo Expositor, un journal anti-mormons.

Emprisonné à Carthage (Illinois), il est assassiné le lundi 27 juin ainsi que son frère Hyrum par une foule d'émeutiers.