Reagan naît en 1911.

1ère Présidence

Reagan
Reagan

Reagan est élu président des USA le 4 novembre 1980, succédant à James Carter. Il nomme William Casey à la tête de la CIA.

Le 30 avril 1981 Reagan est victime d'un attentat, blessé d'une balle dans le poumon gauche par un névropathe néo-nazi de 23 ans : John Warnock Hinckley. Cet attentat sera suspecté d'être un complot. Le 7 avril, le FBI arrête un autre névropathe, Edward Richardson, qui voulait achever Reagan.

Le 4 décembre, Reagan signe le Presidential Executive Order N° 12333 qui définit et autorise les "activités spéciales" sous la forme suivante :

(Les activités spéciales) sont des activités menée en appui d'objectifs de politique étrangère nationale, planifiées et exécutées de sorte à ce que le gouvernement des Etats-Unis ne joue pas un rôle qui soit apparent ou soit reconnu publiquement, bien qu'il appuie ces activités ; sans avoir pour but d'influencer les processus politiques, l'opinion publique, les politiques ou les médias des Etats-Unis. Elles ne comprennent pas les activités diplomatiques ou la collection et la production de renseignements ainsi que les activités qui y sont relatives.

2ème présidence

Reagan est réélu en 1984. Durant la seconde partie de son mandat, il observe un ovni alors qu'il volait dans son avion privé, le pilote ayant dû changer de trajectoire afin d'éviter une collision de plein fouet.

Une histoire circule également, décrivant une rencontre que lui et sa femme Nancy firent un soir sur l'autoroute, alors qu'ils se rendaient à une soirée donnée par un ami du show business à Hollywood. Une fois arrivé à la maison de la célébrité, Reagan sembla très pâle et profondément perturbé. Il raconta à ses amis avoir été suivi par un ovni alors que lui et sa femme roulaient le long de la côte Californienne.

E. T.

Reagan, Nancy et Spielberg, quelques temps après le visionnage du film E.T. fin Juin 1982
Reagan, Nancy et Spielberg, quelques temps après le visionnage du film E.T.

Fin juin 1982, Steven Spielberg lui propose de visionner en privé E. T. l'extraterrestre. Le film est projeté dans le bureau ovale, en compagnie de Nancy, sa femme.

Vers la fin de la projection, Reagan se tourne vers Spielberg et lui dit  : Vous savez, je parie qu'il n'y a pas 6 personnes dans cette pièce qui savent combien tout cela est vrai. Mais les autres personnes venant le féliciter viennent interrompre cette discussion Shandera, J.:.

Le 2 juillet, Spielberg écrit à Nancy Reagan pour la remercier de son accueil. Le 12, Reagan envoie à Spielberg une lettre de remerciement :

Nancy et moi voulons que vous sachiez combien nous avons apprécié de voir "E.T." C'est vraiment un classique du cinéma et vous devez être félicité pour votre splendide travail. La qualité et l'excitation de vos films ont aidé à apporter un boost plus que nécessaire à cette industrie et vous devriez être fier des marques que vous avez faites dans l'histoire du cinéma.

A nouveau, nous apprécions votre partage de "E.T." avec nous.

Reagan en octobre 1982 au RIAC
Reagan, Nancy et Spielberg, quelques temps après le visionnage du film E.T.

En octobre, Reagan et Harrison Schmitt (astronaute d'Apollo, dernier homme ayant marché sur la Lune), arrive sur le tarmac du Roswell Industrial Air Center, ancienne base de Roswell.  Près du hangar où, d'après certains témoignages, des corps extraterrestres auraient été placés suite au crash de 1947, Reagan fait un discours où il parle notamment du film E.T de Spielberg.

Guerre des étoiles

C'est Reagan qui est à l'origine du programme IDS de "guerre des étoiles", le 26 janvier 1983.

Le 24 avril 1984, les communications de l'avion présidentiel sont coupées pendant plusieurs heures.

Déclarations avec Gorbatchev (1985)

Reagan a l'occasion de faire d'autres déclarations étranges, comme lors d'un discours tenu à la faculté de Fallston High School, à Fallston (Maryland). Si l'on en croit le communiqué de la Maison Blanche, Reagan dit à Gorbatchev de penser combien sa tâche et la mienne serait facile dans ces réunions que nous avons s'il y avait une menace sur ce monde de la part d'espèces d'une autre planète ailleurs dans l'univers. Nous oublierions toutes les petites différences qui existent entre nos pays. (...) Je ne pense pas que nous puissions nous attendre à ce que quelque race étrangère à la Terre surgisse et constitue une menace pour nous. Mais je pense, entre nous soit dit, que nous pouvons provoquer la réalisation d'une telle chose Communiqué de presse de la Maison Blanche, 4 décembre 1985.

Reagan et Gorbatchev à Genève le 19 novembre 1985
Reagan et Gorbatchev à Genève le 19 Novembre 1985

A part un titre ou deux dans la presse, peu de gens y prêtèrent attention. Pas plus lorsque, plus tard, Gorbatchev confirma lui-même la conversation à Genève lors d'un important discours le 17 février 1987, au Grand Palai du Kremlin à Moscou, au Comité Central du Parti Communiste de l'URSS. On peut trouver à la page 7A du Soviet Life Supplement la déclaration suivante :

Lors de notre réunion à Genève, le Président des Etats-Unis déclara que si la Terre devait faire face à une invasion d'extraterrestres, les Etats-Unis et l'Union Soviétique uniraient leurs forces pour repousser une telle invasion. Je ne contesterai pas cette hypothèse, bien que je pense qu'il soit encore un peu tôt pour se préoccuper d'une telle intrusion...

Déclaration de Reagan à l'ONU

ou plus tard, lors d'un discours tenu à l'ONU le 21 septembre 1987, à l'occasion de la 42ème Assemblée Générale des Nations Unies :

Dans notre obsession des antagonismes du moment, nous oublions souvent combien tous les membres de l'humanité peuvent être unis. Peut-être avons-nous besoin de quelque menace extérieure universelle pour prendre conscience de ce lien. Je pense parfois combien nos différences de par le monde disparaîtraient si nous avions à faire face à une menace étrangère hors de ce monde. Encore que, je pose la question : une force étrangère n'est-elle pas déjà parmi nous ? Que pourrait-il y avoir de plus étranger aux aspirations universelles de nos peuples que la guerre et la menace de la guerre ? Compte-rendu des débats A/42/PV.4, p. 26

Son vice-Président, George H. W. Bush, lui succède en 1988.

En 1994 il annonce souffrir de la maladie d'Alzheimer. Il meurt chez lui en Californie le 5 juin 2004.