Page
Page

Page naît à New Haven (Connecticut) le 1913-08-13. Page obtient une licence scientifique à Yale en 1934 puis va étudier l'astrophysique à Oxford pendant 3 ans. Il reste à Oxford comme chef assistant et reçoit un D. Phil. en 1938. Il part ensuite à l'Université de Chicago où il a été nommé professeur d'astronomie.

Pendant la 2nde guerre mondiale, Page milite avec d'autres pour que les USA s'engagent avec les Alliés. A l'été 1941 il part pour intégrer le Naval Ordnance Laboratory, s'occupant essentiellement de la recherche opérationnelle dans le domaine des armements sous-marins (mines magnétiques et contre-mesures). En 1942 il est affecté et formé à Darmouth avant d'être envoyé aux Q.-G. de la Flotte du Pacifique à Pearl Harbor avec le groupe de recherche de dépot de mines. Il sert à Guam, Tinian et en mer, et est avec la flotte dans la Baie de Tokyo lors de la réédition japonaise. Après 1 an passé à débarrasser la Mer de Inlan des mines, juste avant de se retirer comme commandant lieutenant, il observe et rapporte les essais de la bombe atomique à Bikini.

De retour à Chicago en 1946, Page reprend l'enseignement de l'astronomie. En 1947 il est promu professeur assistant, mais sans beaucoup d'espoirs d'aller plus haut étant donné sa hiérarchie de l'époque.

Recherche pour le gouvernement

En 1951 il quitte Chicago pour entrer au service du gouvernement en tant que Directeur Adjoint du Bureau de Recherche Opérationnelle de l'Université John Hopkins dans le département de l'Armée. Rédacteur du Journal de Recherche Opérationnelle, il fait également de la recherche, comme avec le réflecteur de 82 pouces de l'Observatoire McDonald avec lequel il initie un programme pour obtenir le spectre et mesurer les vitesses radiales relatives de galaxies doubles. Les résultats, publiés en 1952, montrent que les masses des galaxies sont considérablement supérieures à ce que l'on pensait. C'est la 3ème indication de ce que l'on appelle aujourd'hui la "matière sombre", confirmant les résultats de Fritz Zwicky et Sinclair Smith.

Robertson

En 1953 il est appelé pour faire partie de la Commision Robertson. Là il est plutôt du côté de Josef Allen Hynek contre le scepticisme forcené de Samuel A. Goudsmidt. En fait il ne connait pas bien le sujet mais, comme Hynek, il ne s'accorde pas à avoir une idée si arrêtée à propos de l'inexistence des ovnis Ruppelt, E. J.:.

La plupart du reste de ses recherches pour le gouvernement est classée secrète, dont un voyage de 6 mois en Corée durant la guerre et 2 ans aux Q.-G. de l'Armée U.S. à Heidelberg en tant que conseiller scientifique.

Universisté Wesleyan

A partir de 1958 il est professeur d'astronomie à l'Université Wesleyan de MiddleTown (Connecticut). Il sera également associé aux université de Chicago et de Californie, l'Observatoire d'Astrophysique Smithsonian, United Aircraft, Grumman Aircraft, et le Naval Ordnance Laboratory. Ses intérêts incluent les comètes, le ciel crépusculaire, et les nébuleuses spirales. En astronomie, sa spécialité est l'étude des spectres atomiques des nébuleuses planétaires.

Fin 1961, Page est sérieusement blessé dans un accident de voiture, se brisant plusieurs os et perdant la vue de son oeil droit. En 1964 il enseigne l'astronomie en tant que professeur invité à l'UCLA et en 1966 est professeur remplaçant volontaire à Yale. Cette année-là, il aide à organiser l'émission [de CBS sur les ovnis] autour des conclusions du panel Robertson Page, T. L.: Lettre à Fréderick C. Durant, 8 septembre 1966.

Cours d'ufologie (1967/1969)

Page (à gauche), à côté du Dr. David L. Morgan, John G. Fuller, Richard C. Hoagland et James E. McDonald le 26 janvier 1968 SUFOI
Page

Constatant une désaffection des disciplines scientifiques, Page crée Science 101, un "cours d'ufologie", prétexte à des travaux scientifiques, qu'il propose à partir de l'automne 1967 à des étudiants non-scientifiques volontaires de l'Université Wesleyan, malgré l'enthousiasme plus que modéré de certains de ses collègues de faculté.

Sur 1 semestre, le cours consiste en 2 conférences (une de Hynek et une de Donald Howard Menzel), une session de discussion chaque semaine, avec se termine par une période de travaux de 2 semaines. Ils commençent à examiner les signalements d'ovnis, puis passent 5 semaines sur l'astronomie élémentaire - parce que les planètes, étoiles brillantes, et météores sont souvent signalés comme des ovnis - insiste sur l'importance des coordonnées et du temps célestes pour un signalement adéquat d'ovnis. Les étudiants sont suffisamment intéressés pour l'appeler chez lui tard dans la soirée pour lui signaler des objets célestes ressemblant à des ovnis, comme en novembre où les 50 élèves du cours lui signalent ce qui était une "fausse Lune" (anneau autour de la Lune). Page attaque ensuite la physique atmosphérique, la foudre en boule, la réfraction et les aurores pendant 1 ou 2 semaines. Puis il revient sur l'astronomie pour une discussion sur l'hypothèse extraterrestre, aprenant aux étudiant que les conditions les autres planètes du système solaire ne sont peut-être pas aptes au développement d'une vie intelligente, et discutant des théories sur l'origine du système solaire et de la vie (un sujet qui se révèle très populaire). Les étudiants apprennent comment les distances stellaires sont mesurées par parallaxe, discutent de la probabilité de vie sur d'autres planètes d'autres étoiles, et reconnaissent les problèmes ardus du voyage interstellaire (longue distance, impact avec matériaux interstellaires à haute vitesse). Chaque étudiant rédige ensuite un papier sur un sujet choisi parmi une liste (sphère céleste, atmosphère terrestre, mécanique céleste, sondes spatiales, lune et planètes, système solaire, soucoupes volantes), qui est ensuite analysé de manière critique par un autre étudiant. Les 3 meilleurs articles sont publiés dans le collège, et leurs auteurs interviewés lors d'une émission de télévision d'une 1/2 h. Le cours remporte un succès certain, refusant des étudiants la 1ère année, et reconduit à la demande de ceux-ci en 1968.

Symposium à l'AAAS (1968-1969)

A cette époque Page est vice-président pour l'astronomie de l'AAAS. Cette année-là, avec Philip Morrison, Walter Orr Roberts (University Corporation pour la Recherche Atmosphérique à Boulder, Colorado) et surtout Carl Edward Sagan, il approche l'AAAS pour que l'association organise un symposium sur les ovnis, à l'occasion d'une conférence de l'AAAS prévue en décembre. Cependant, en attente de la parution du Rapport Condon et en raison de l'opposition de certains scientifiques à traiter le sujet des ovnis, le symposium (134ème conférence de l'AAAS) est reporté à l'année suivante.

En attendant cette année-là Page est recruté par le Centre de Vol Habité de la NASA à Houston (Texas) poir enseigner l'astronomie aux astronautes et travailler comme Associé de Recherche sur la caméra aux ultra-violets lointains S201 utilisée dans les programmes Apollo et Skylab.

Le Rapport Condon finit par paraître en 1969, et peu de temps avant la tenue du symposium, Page en publie une critique. A l'occasion de de sympsium les 26 et 1969-12-27 à Boston (Massachussets), l'AAAS refuse de cautionner le Rapport Condon.

A partir de 1971, Page quitte l'université Wesleyan pour mener des recherches astrophysiques au Laboratoire de Recherche Naval (NRL) à Washington (D.C.) jusqu'à sa retraite en 1976. Entre-temps on lui demande d'écrire la définition un article sur les ovnis pour l'Encyclopedia Britannica.

De 1981 à 1987 il donne des cours d'astronomie à l'Université de Houston-Clear Lake.

Le 1996-01-10 est publiée une interview de Page au CUFON Interview de Thornton Page, CUFON, 10 janvier 1996.

Page meurt chez lui le 2 janvier 1996 à Nassau Bay (Houston).

Auteur de :