Robert Oppenheimer

Oppenheimer naît le à New York. Après plusieurs cours scientifiques pendant son enfance, il s'inscrit à l'Université de Harvard. Après avoir rêvé de devenir poète et architecte, il veut devenir chimiste. En fait, à Harvard, il poursuit ses études en prenant aussi bien des cours classiques que scientifiques, apprenant le grec, le latin en même temps que la physique et la chimie. Tout en étudiant ces matières corsées, il réussit à publier quelques poèmes. En 1925, il obtient son diplôme de Harvard avec la mention summa cum laude pour avoir accompli en 3 ans un cycle d'étude qui en demande normalement 4.

Après ses études réussies avec succès à Harvard, il s'embarque pour l'Angleterre et va étudier à l'université Cambridge sous la direction du célèbre lord Rutherford. Pour Oppenheimer, cette expérience est extraordinaire car c'est la première fois qu'il explore l'atome d'une façon aussi poussée. Un an plus tard, il se dirige vers l'Université de Goettingen et, avec l'aide de Max Born, découvre la théorie des quanta.

Il retourne aux états-Unis l'année suivante, fait des recherches, et donne des cours à l'Institut de Technologie de Californie (où il croise Harold P. Robertson) et à l'Université de Californie à Berkeley de 1929 à 1942.

En 1942, Oppenheimer rejoint le projet Manhattan. Doué d'une vivacité d'esprit exceptionnelle, il cerne immédiatement les problème qu'on lui soumet, et fait toujours des remarques pertinentes. Il s'informe de tout et a une opinion sur tout. C'est pourquoi on envisage de lui donner la direction du projet, mais ses sympathies gauchistes inquiètent l'état-major. Le général Groves, qui n'a pour seul objectif que la bombe soit réalisée, passe outre et donne la direction à Oppenheimer. Celui-ci dirige l'ensemble du projet avec succès, ce qui lui fera gagner la réputation internationale de "père de la bombe atomique".

En 1945, 2 mois après l'utilisation de deux bombes atomiques sur le Japon, il démissionne de son poste ; pour assurer la paix mondiale il propose un comité international sur la réglementation de l'énergie atomique : de 1946 à 1952, il présidera le General Advisory Committee de l'AEC.

En 1947 il devient le directeur de l'IAS à l'Université de Princeton (New Jersey). Il est est cité dans les documents MJ, et aurait été très impliqué dans l'étude et l'évaluation des ovnis.

Robert Oppenheimer

7 ans après le premier essai réussi de la bombe atomique, Oppenheimer, donne une conférence à l'Université de Rochester. Lors de la séance de questions-réponses un étudiant demande : Est-ce que la bombe qui explosa à Alamogordo lors du projet Manhattan fut la 1ère à exploser ? Oppenheimer qui connait la littérature sanskrit ancienne, répond : Eh bien, oui. Dans l'époque moderne bien sûr.

Divers passages du Mahabharata décrivent l'impact d'une arme (qui doit être le brahmaastra) : un seul projectile chargé avec toute la puissance de l'univers. Un passage est le suivant :

Une colonne de fumée et de flamme incandescente aussi brillante que 10000 Soleils se lève dans toute sa splendeur... c'était une arme inconnue, un désastre de fer, un messager de mort géant, qui réduit en poussière. La race entière des Vrishnis et des Andhakas... les corps étaient si brûlés qu'il n'étaient pas reconnaissables. Leurs cheveux et ongles avaient tombé ; Les poteries étaient brisées sans raison apparente, et les oiseaux étaient devenus blancs. Après quelques heures toute la nourriture était contaminée... Pour échapper à ce feu les soldats se jetaient dans des torrents pour se laver ainsi que leur équippement...

Un se souvient de l'effet final encore inconnu de la bombe dans la description d'un projectile dans le Ramayana :

...Si puissant qu'elle pouvait détruire
La terre en un instant -
Un grand son qui montait en fumée et en flammes...
Et sur lequel s'assoit la Mort...

Berlitz, Charles: Doomsday, 1999, pp. 118-122

En 1953, un rapport sur la sécurité militaire américaine soupçonne Oppenheimer d'avoir trahi les états-Unis parce qu'il aurait des liaisons avec le parti communiste/les Soviétiques. Accusé de déloyauté sur la base de certaines de ses associations passées, il est démis de ses fonctions au niveau du pays et n'a plus accès à aucun secret militaire. L'antagonisme entre Edward Teller et ses anciens collègues augmente alors. Teller n'accuse pas Oppenheimer lui-même, mais lorsque l'accréditation d'Openheimer est revoquée, nombre de ses amis accusent Teller.

A un journaliste qui l'interrogeait sur les conséquences à long terme du progrès technologique, Oppenheimer répondit Pourquoi tellement vous préoccuper de l'avenir d'un monde condamné ? Ouelbeq.

En 1963 le président Lyndon Baines Johnson le réhabilite en le décorant du prix Enrico Fermi de l'AEC.

En 1966 il prend sa retraite de son poste à l'université de Princeton. Il meurt d'un cancer de la gorge le 1967-2-18.