Jean Nocher

Nocher naît le dimanche 27 septembre 1908 à Poitiers.

Chantre de la propagande radiophonique gaullienne, Nocher fait entendre le lundi 4 février 1946 sur les ondes de la RDF un canular radiophonique sur le thème de la peur nucléaire ; les atomes libérés par erreur se propagent à toute vitesse et créent des catastrophes en chaîne. Quelques mois à peine après la fin de la guerre et l'explosion de Hiroshima, l'émission fait scandale et le lendemain la presse fait état des paniques provoquées par l'émission Plate-forme 70 ou l'Âge atomique. Claude Bourdet, alors directeur de la radio, est renvoyé et Nocher suspendu ; l'émission est interdite. Mais la panique n'a été qu'un prétexte : elle a été orchestrée par le gouvernement SFIO nouvellement élu et le Secrétaire d'Etat Gaston Defferre pour se débarasser de Bourdet, qui était gaulliste et nommer un socialiste à sa place. À l'époque la RDF a le monopole de la radio, qui est devenue après la guerre un véritable enjeu de pouvoir pour l'Etat.

Cette année-là, suite à ce canular, Nocher fait une série de 9 émissions d'anticipation, consacrée aux futures années 1970s. Il brosse le portrait d'un monde utopique : accès à l'éducation pour tous, gratuité des denrées de base, égalité des salaires, semaine de décembre, disparition de l'argent, des patrons et des politiques... portrait qui relève autant des grands thèmes de la science-fiction que des utopies traditionnelles. Mais la série se fait aussi l'écho du côté sombre de cette période d'après-guerre : de l'avancée vertigineuse des sciences, à l'ère atomique en passant par la technologie et la course à l'armement, qui fait planer la menace d'une guerre meurtrière entre deux blocs annonçant les prémices de la guerre froide. C'est l'occasion de découvrir la personnalité particulière de Nocher, qui se voit prophète en son temps, et de vérifier, avec des témoins de l'époque, si ses préoccupations rejoignaient celles de l'opinion dans ce contexte de reconstruction, d'euphorie et de progrès. La science est elle en train de devenir un des rouages du pouvoir et d'entrer dans le champ politique ? Est-elle aux yeux de l'opinion capable du pire comme du meilleur, ou bien l'opinion était-elle plus intéressée par les loisirs, la culture américaine, le jazz et les bikinis ?

Dans les années 1950s, des ovnis ont commencé à se manifester en France et en juillet 1952 le gouvernement met sur pied un comité de recherche qui sera confirmé dans son statut en 1954, à l'époque de la première grande vague française. C'est le général Catroux, alors Secrétaire d'Etat, qui demande à Nocher de créer une commission pour étudier ce phénomène objectivement en extrayant la vérité des erreurs et des canulars.

Nocher écrit sous le pseudonyme de Gaston Charon.

En 1958 Nocher débute En direct avec vous, une chronique quotidienne de Nocher, jusqu'à sa mort en 1967.

Il décède le vendredi 24 à Bougival.

Auteur de :