Hollanda [Centro Brasileiro de Pesquisa de Discos Voadores]
Hollanda

Opération Prato

En , la FAB décide d'y mener l'opération Prato via le 1er Commandement Aérien Régional (I COMAR) de Belém (Pará). Elle est coordonnée par Hollanda, et sera close en par le Commandement de la Défense Aérienne Brésilienne, à Brasília.

Réformé depuis , le colonel Hollanda serait la principale source d'information sur l'opération Prato. A partir de les médias ont donné un grand retentissement à l'opération suite aux dépositions et preuves remises par Hollanda. Les ovnis existent, les Forces Armées enquêtent sur leurs manoeuvres et dissmulent les cas à la population, indique-t-il. Plus tard ses affirmations sont publiées par diverses télévisions du Brésil (Red Globo et Manchete, émission Fantastico sur Globo TV) ainsi que les Jornadas de UFO-Río.

Hollanda se souvient d'une de leurs observations, une nuit de près du village de Baía do Sol, à environ 25 km de Belém :

Il était vers les sept heures, juste après le coucher du Soleil. Nous n'avions jamais rien vu approcher. Soudain un grand objet en forme de disque de 30 m de diamètre à 50 m de haut se trouvait juste au-dessus de nous ! Il faisait un bruit comme de l'air conditionné, et au milieu de cela on pouvait entendre un bruit comme un pignon de bicyclette lorsque vous pédalez à l'envers. Il émettait une lueur jaune qui grandit et diminua, grandit et diminua, toutes les 2 ou 3 secondes 5 fois environ. Alors que nous le regardions nous pouvions voir de petites lumières jaunes et oranges en son centre. Après la 5ème fois, les lumières virèrent au bleu, s'obscurcirent et il disparut à une vitesse incroyable vers la mer Interview de 1997-08.

Au sujet des rayons lumineux utilisés par les ovnis de Colares, Hollanda raconte : D'abord venait une lumière verte qui frappait la personne et la paralysait, puis la lumière verte s'éteignait et un rayon de lumière rouge frappait, les brûlant. Beaucoup de personnes furent brûlées.

Suicide

Cependant le une de ses filles le retrouve chez lui, pendu avec la ceinture de son peignoir. L'enquête concluera au suicide dans le condominium Don Vital I, à Iguaba Grande (Cabo Frío), sur la côte de Río de Janeiro (Brésil). Les ufologues Carlos Machado et l'argentin résidant à Baia (Brésil) Alberto Romero, considèrent sa mort intervenue dans des circonstances mystérieuses, ce dernier parlant de visites et présence de personnes mystérieuses quelques jours avant sa mort. L'ufologue Nord-américain Cope Shellhorn. exprimera lui aussi des doutes. D'autres indiqueront que Hollanda était dépressif depuis plusieurs années.