Ford
Gerald Ford

"Gerry" Ford est membre du Congrès.

De , Ford fait partie de la Commission Warren chargée d'enquêter sur l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy.

En , l'excitation de l'opinion à propos du sujet ovni va croissante.

Le , alors simple député, dans une lettre adressée au député Rivers, leader de la minorité du Congrès et président du Comité des Forces Armées, il demande l'ouverture d'une enquête sur la manière dont l'USAF s'acquitte de sa tâche en ce qui concerne les ovnis. Il indique :

Afin de résolument apporter au public Américain une explication plus satisfaisante que celle donnée jusqu'ici par l'Air Force, je recommande fortement un comité d'enquête sur le phénomène ovni. Je considère que nous le devons au public afin d'être crédible par rapport aux ovnis, et de produire la plus grande lumière sur le sujet.

Le , la décision est prise de charger une université indépendante d'une étude civile sur les ovnis, évitant ainsi le risque d'une commission d'enquête du Congrès.

Cette noble intention prendra forme en octobre, sous la forme de la Commission Condon.

Présidence

C'est le , que Ford devient Président des Etats-Unis, suite de la démission de Nixon après le scandale du Watergate. Il nomme Nelson Rockfeller vice-Président, qui dénonce en les activités illégales de la CIA dans son fameux rapport.

Faute de pouvoir faire toute la lumière sur le sujet ovni, il fait voter 2 très importantes modifications aux lois existantes : grâce à des amendements au FOIA et au Privacy Act, tout citoyen américain a dorénavant le droit d'exiger la communication de tout dossier personnel que l'administration ou les services secrets pourraient détenir sur lui, et tout chercheur peut demander la déclassification d'un document secret. L'autorité concernée devra le cas échéant faire la preuve, devant un juge fédéral, de la nécessité de refuser la communication de la pièce incriminée. Tout ce qui concerne les objets volants inconnus étant classé à un très haut niveau, la déclassification est généralement refusée, ou bien alors si lourdement censurée que le texte devient incompréhensible.