Philip J. Corso
Corso

Corso naît le . Il devient responsable de l'Army Research & Development Board - FTD de , membre du NSC sous Dwight David Eisenhower.

Il aurait vu un corps d'extraterrestre récupéré du crash, et travaillé de sur les découvertes de Roswell, chargé par son supérieur le général Trudeau de transmettre la technologie récupérée du crash à diverses compagnies américaines telles que IBM, Hughes Aircraft, les laboratoires Bell et Dow Corning, sans que ces compagnies soient au courant de la provenance des éléments technologiques qui leur étaient transmis. Corso considère que de cette action a permit la "découverte" de technologies telles que les microprocesseurs, les fibres optiques, le LASER, et les fibres à super-tenacité. Il parle également de l'influence qu'à eu la technologie extraterrestre dans les événements politiques et géopolitiques, le programme spatial américain, le programme de "guerre des étoiles", et la fin de la guerre froide Corso, P. J. & Birnes, William J.: Le jour après Roswell, Pocket Books Hardcovers 1997, ISBN 0-671-00461-1..

Philip Corso aux côtés du lieutenant-général Arthur Trudeau de l'US Army
Corso aux côtés du lieutenant-général Arthur Trudeau de l'US Army

Il quitte l'armée le .

En , suite à ses déclarations fracassantes publiées dans son livre, le CAUS entame le des poursuites Cas Civil 98-0538PHXROS contre l'Armée US pour obtenir tout les documents que Corso déclare avoir pu voir et lire. Pour aider le CAUS dans cette démarche, Corso signe une déclaration sous serment où il jure que ce qu'il a déclaré dans son livre est authentique. Le parjure, ou mentir sous serment, est punissable comme une offense criminelle encourant généralement une peine de prison pour la personne convaincue de parjure

Il signe la déclaration sous serment suivante :

UNITED STATES DISTRICT COURT
THE DISTRICT OF ARIZONA

CITIZENS AGAINST UFO SECRECY, INC.
7349 Via Paseo Del Sur #515-194
Scottsdale, Arizona 85258
(602) 818-8248
CIV98-0538PHXROS
Plaignant,
AFFIDAVIT
v.
DEPARTEMENT DE L'ARMEE
Défenseur

Moi, Col. Philip J. Corso, (Ret.) jure par la présente, sous peine de parjure, que les déclarations suivantes sont vraies :

Qu'à chaque moment mentionné ci-après, j'ai été membre et officier du défendant.

Que durant mon emploi avec le défendant j'ai été membre du Conseil National de Sécurité du Président Eisenhower et ancient directeur du Bureau des Technologies Etrangères au sein du département de Recherche et Développement du défendeur.

Que le ou aux alentours de cette date, alors que j'étais posté à Fort Riley, Kansas, j'ai personnellement observé une créature non-humaine de 4 pieds avec des mains étranges à quatre doigts, des jambes et des pieds frêles, et une tête disproportionnée de la forme d'une ampoule électrique à incandescence. Les emplacements des yeux étaient disproportionnés et en forme d'amande et pointés vers le bas vers son minuscule nez. Le crâne de la créature était tellement sur-développé que tous les éléments de son visage étaient disposés de face, occupant seulement un cercle restreint sur la partie inférieure de la tête. Il n'y avait pas de sourcils ni aucune indication de poils au visage. La créature avait seulement une minuscule trait pour bouche et il était complètement fermé, ressemblant plus à un pli ou une indentation entre le nez et le bas du crâne sans menton qu'un orifice pleinement fonctionnel.

Qu'en , j'ai été en possession de ce que je désigne comme le 'dossier Roswell'. Ce dossier contenait des rapports sur le terrain, des rapports d'autopsie médicale et les débris technologiques du crash d'un véhicule extraterrestre à Roswell, Nouveau Mexique en .

Que j'ai personnellement lu les rapports d'autopsie médicale qui réfèrent à l'autopsie de la créature précédemment décrite que j'ai vu en à Fort Riley, Kansas.

Que le rapport d'autopsie en question indiquait que l'autopsie avait été effectuée à l'Hôpital Walter Reed, qui était sous l'autorité du défendeur à l'époque de l'autopsie.

Que le rapport d'autopsie en question désignait la créature en tant que 'entité biologique extraterrestre'.

Colonel Philip J. Corso (ret.)

Prêté sous serment

ce jour de .

Début , il est victime d'une forte attaque cardiaque, de laquelle il semble bien se remettre. Le , Corso est chez lui et semble apparemment bien se porter, lorsqu'il semble souffrir d'une 2nde attaque . Il est transporté dans un hôpital près de Palm Beach (Floride) pour y être soigné, mais sa condition s'aggrave. Les médecins décident de le transférer le Mardi soir au Centre Médical Jupiter, où il a été soigné pour sa 1ère attaque. Au moment où il arrive au centre Jupiter, Corso est déclaré mort.

C'est son fils, Philip Corso Junior, qui prend sa relève. Il déclare : Il voulait vraiment rester (...) Les dernières 3 semaines depuis sa première attaque avaient été très productives. Je savais qu'il avait d'autres choses à dire, et il m'en a dites beaucoup à propos de l'incident de Roswell. Des manuscrits non publiés et d'autres informations laissées par Corso seront protégés et mis à la disposition des enquêteurs et du public, a déclaré Philip Junior. C'est ce pourquoi mon père a vécu, ajoute-t-il.

Corso est enterré dans un cimetière militaire près d'Orlando (Floride).

Corso sera critiqué par Stanton T. Friedman , Kevin D. Randle et Brad Steiger Salla, Michael E.: "Colonel Corso and his critics", Exopolitics Journal, 2006-01.