James Earl Carter, Junior

Carter
Jimmy Carter

"Jimmy" Carter naît le mercredi 1 octobre 1924. Il est diplômé en physique nucléaire, et sert dans la Marine comme officier de ligne sur des sous-marins nucléaires.

Observation

Un soir de octobre 1969, alors en visite à l'antenne du Lions Club de la petite ville de Leary (Georgie) 1Certains parleront à tort d'Atlanta, probablement parce que c'était la ville de l'adresse de Carter sur son formulaire de témoignage, il se tenait debout à l'extérieur de la salle où il allait faire un discours (une autre version indique que le discours se tenait à l'extérieur) aux membres du Lions Club, lorsqu'il il voit une lumière dans le ciel.

Entre 10 et 12 autres personnes se trouvent alors avec lui, (des membres de l'organisation ainsi que certains de ses proches conseillers se trouvent) lorsque cela se produit (qui n'auraient pas été retrouvées aTiede, Tom: (Newspaper Enterprise Association) "Learyites leery of Carter's encounter", Daily Tribune de Mt. Pleasant (Texas), 2 février 1978). Il se serait même empressé de d'aller chercher un magnétophone pour enregistrer la description de ce qu'il avait vu bRaines, Howell: "Carter Once Saw a UFO on 'Very Sober Occasion'", Constitution d'Atlanta (Georgie), 14 septembre 1973, p. 1D.

Révélation

Le , lors d'une conférence à Dublin (Georgie), Carter déclare :

Si je deviens Président, je rendrai tous les éléments d'information que ce pays possède sur les observations d'ovni disponibles pour le public et les scientifiques. Je suis convaincu que les ovnis existent, parce que j'en ai vu un moi-même.

Des journalistes le poussent immédiatement à en dire plus, ce qu'il fait :

L'objet était à peu près à 30 ° au-dessus de l'horizon et paraissait aussi grand que la Lune. Il rapetissa, se mua en une couleur rougeâtre puis s'agrandit.

Il répond, alors que les journalistes lui demandent une explication :

C'était un événement très discret. L'objet était à l'évidence là et à l'évidence non identifié.

Ce jour-là, Hayden C. Hewes, directeur de l'IUFOB, écrit à Carter pour lui demander de remplir un formulaire relatif à son témoignage. Le formulaire est rempli le 18 septembre, (recopié pour le NICAP). Interrogé en 2007 cependant, Carter confirmera un instant avoir déposé son témoignage auprès de l'IUFOB, mais finalement ne pas se souvenir de ceci, et qu'il s'agissait peut-être un formulaire rempli par un de ses fils intéressés par les ovnis cInterview de Jimmy Carter, Skepticast n° 105, The Skeptics' Guide to the Universe, 2007-07-27, 39:35.

Campagne

Ainsi, Carter ne chercha pas à cacher son observation. Lors de sa campagne pour les présidentielle en 1976, il enfonce le clou :

Ce fut la chose la plus darnest que j'aie jamais vue. C'était gros, c'était très brillant, ça changea de couleur et c'était à peu près de la taille de la Lune. Nous l'avons regardé pendant 10 mn, mais aucun de nous n'a pu déterminer ce que c'était. Une chose est sûre : je ne me moquerai jamais de gens qui disent avoir vu des objets non-identifiés dans le ciel (...) Si je deviens président je rendrai chaque morceau d'information que ce pays a sur les observations d'ovnis disponible pour le public et les scientifiques dDaily Telegraph, Londres, 1976-06-02 < Good, Timothy: Above Top Secret: The worldwide UFO cover-up, 1987, p. 368.

La Commission Trilatérale soutient activement la candidature de Jimmy Carter à la Présidence des USA. Certains pensent même que sa victoire serait due en bonne part à l'appui de la Commission. De fait, diverses personnalités de la Commission vont entrer dans son administration, dont Zbigniew Brzezinski, qui sera nommé Conseiller à la Sécurité Nationale en .

Présidence (1977/1980)

Carter gagne les élections le .

On raconte eSmith, Marcia S.: que ce mois-là, lors de son briefing de renseignement par la CIA, Carter aurait demandé à George Herbert Walker Bush : Je veux avoir les informations que nous avons sur les ovnis et l'intelligence extraterrestre (...) Je veux savoir ceci en tant que Président. Bush aurait alors refusé, lui annonçant que le sujet des ovnis était pour uniquement ceux qui avaient besoin d'en connaître (need to know), et que la simple curiosité d'un président n'était pas adéquate pour être mis courant fBonvin. Outre la crédibilité contestable de cette histoire 2Si une information est réservée uniquement à ceux qui ont besoin d'en connaître, on ne confirme pas son existence en refusant son accès, et Bush sera rapidement remplacé à la tête de la CIA, de sorte que lui et Carter ne se rencontreront que 1 seule fois le 19 novembre 1976 , celle-ci sera démentie par Carter lui même, lors d'une interview en 2007 gInterview de Jimmy Carter, Skepticast n° 105, The Skeptics' Guide to the Universe, 2007-07-27, 39:35. Toujours selon cette rumeur, Bush aurait indiqué à Carter qu'il devait suivre une procédure différente, impliquant l'ensemble des branches du gouvernement pour autoriser cette information. Bush lui aurait dit qu'il devait s'adresser au Comité de la Science et Technologie de la Chambre des Représentants, dans la branche législative, et les inciter à demander au Service de Recherche du Congrès d'émettre une requête pour déclassifier certains documents.

Toujours est-il que la Maison Blanche demanda bel et bien, via le président du comité en question, à Marcia Smith de produire 2 rapports : 1 sur les ovnis, et 1 sur l'intelligence extraterrestre hSmith, M.: < Sheehan, 1977.

Carter va demander d'autres rapports, dont la Carter Extraterrestrial Communication Study auprès du Center for the Study of Social Policy au SRI. Participent à l'étude :

pour cette étude sur une communication interactive entre la culture humaine terrestre et celle de civilisations non-terrestres intelligentes possibles. Cette étude proposée est présentée à et développé avec l'équipe de la Maison Blanche de la Politique Domestique (dont Stewart Eisenstatt) à partir de :

Le but global de l'Etude sur la Communication Extraterrestre de la Maison Blanche de Carter fut de créer, concevoir et mener à bien une compilation et évaluation de recherche civile et indépendante des phénomènes suggérant une présence intelligente extraterrestre et/ou inter-dimensionnelle dans l'environnement proche de la Terre.

Le résultat conçu de l'étude avait été d'être un rapport de la Maison Blanche, détaillant les éléments compilés et une évaluation, réunis avec des modèles scientifiques possibles pour les implications de la recherche. La rapport de la Maison Blanche devait contenir des recommandations de politique publique émergeant des évaluations et conclusions de l'étude. Celles-ci, si garanties, incluaient une transformation des réglements liés au secret des agences militaires et de renseignement U.S.

Les buts scientifiques et de politique publique de l'Etude sur la Communication Extraterrestre de la Maison Blanche de Carter étaient de remplir un fossé substantiel dans la connaissance scientifique de l'OVNI (phénomène d'Objet Volant Non Identifié), les Entités Biologiques Extraterrestres (EBEs) et des phénomènes liés. Ce fossé de connaissance fut créé et maintenu par des pratiques et des réglements de secret excessifs du Département de la Défense et des agences de renseignement U.S. dans les diverses générations de programmes ovnis depuis la fin des années 1940s, dont mais pas seulement les projets Grudge et Blue Book, ainsi que d'autres programmes secrets supposés.

Historiquement, les agences gouvernementales et de recherche proposées pour l'Etude de Communication Extraterrestre de la Maison Blanche de Carter de 1977 furent :

A l'automne 1977, cependant, elle est brusquement terminée (par le Pentagone ?).

Carter avait cependant très peur des services secrets de Washington D.C., et craignait également certains pouvoirs étrangers ayant une influence puissante sur le gouvernement américain. Suite aux rapports journalistiques concernant ses visions d'un ovni, la Maison Blanche fut inondée de lettres et submergée d'appels téléphoniques provenant de gens si nombreux qu'il refusa absolument de continuer à en discuter.

D'autres contacts sont pris avec Jacques Vallée, Josef Allen Hynek, Bill Pitts et Robert Barrow, ce dernier pour participer à une nouvelle étude, mais dont il n'aura plus de nouvelles.

Une autre étude est rédigée pour Carter par des ufologues de Los Angeles.

L'équipe de Carter tente également des approches auprès des agences gouvernementales : l'attaché de presse Jody Powell interroge le FBI sur ses efforts passés sur le sujet des ovnis 3On ne trouve nulle trace officielle d'une telle demande dans les archives du FBI. Les ufologues Lawrence Fawcett et Barry Greenwood, dans Clear Intent, indiqueront cependant que, suite à la demande de Powell, l'Académie du FBI de Quantico (Virginie) commença soudainement à surveiller et recueillir les coupures de presse traitant du sujet des ovnis, sous la référence d'archive curieuse de TRANSPORTATION. Powell indique aux journalistes :

Je me souviens de Jimmy disant qu'en fait il avait vu une lumière étrange, ou un objet, la nuit dans le ciel, et que ce ne semblait être ni une étoile, ni un avion, ou quoi que ce soit qu'il puisse expliquer. Si c'est là votre définition d'un objet volant non identifié, alors je suppose que c'est correct. (...) Je ne pense pas que, d'une façon ou d'une autre, cela ait eu un grand impact sur lui. Je m'aventurerais à dire qu'il a probablement vu des choses plus étranges et plus inexplicables pendant ses années au gouvernement.

En attendant -- peut-être suite à la publication de plusieurs films liés à l'espace et à la promesse de campagne de Carter de lever le voile de secret gouvernemental du sujet des ovnis -- la Maison Blanche devient le point focal d'une nouvelle vague de requêtes concernant les ovnis. Le bureau de presse de la Maison Blanche est débordé, et demande l'assistance sur ce sujet du Conseiller Scientifique Présidentiel Frank Press.

Dans une lettre datée du jeudi 21, ce dernier suggère à l'Administrateur de la NASA Robert A. Frosch que celle-ci devienne le point focal de l'ensemble des demandes sur les ovnis et qu'elle mette en place un bureau auquel la Maison Blanche puisse transmettre l'ensemble des requêtes qu'elle reçoit. Il recommande également qu'une commission d'enquête réduite soit formée par la NASA afin de voir si des découvertes significatives avaient vu le jour sur les ovnis depuis la publication du Rapport Condon. Dans une lettre à la presse du mardi 6 septembre, Frosch répond que la NASA répond aux demandes liées aux ovnis par une lettre-type. Cette lettre-type, la Feuille d'Information FGM 76-6 du Bureau des Affaires Publiques, indique qu'une étude étendue des ovnis avait été fermée avec la publication du Rapport Condon. Elle résume les conclusions de ce rapport et indique où l'on peut en acheter une copie. La lettre-type continue en indiquant que les enquêtes se poursuivent sous des auspices privées et fournit les noms et adresses de 2 organisations privées enquêtant sur les signalements d'observations d'ovnis. Concernant la commission d'enquête, Frosch répond que, avant de s'engager là-dedans, ...nous devrions nous assurer qu'une enquête est justifiée.

Dans un rapport de presse daté du samedi 26 novembre iCarter is Facing Rebuff on Reviving UFO Probe. Washington Post, 26 Novembre 1977 : B5, David Williamson, assistant spécial de l'Administrateur de la NASA, est cité comme ne favorisant pas la recherche sur quelque chose qui n'est pas un phénomène mesurable et dans une lettre datée du mercredi 21 décembre>, Frosch indique à Press que la NASA est prête à continuer de répondre aux demandes du public selon la même ligne que ... dans le passé. Concernant une enquête plus avancée sur les ovnis, en raison de l'absence de preuve tangible ou physique, il ajoute nous ne sommes pas parvenus à concevoir une procédure scientifique saine pour investiguer sur ce phénomène. [Cependant,] nous restons prêts à [analyser] tout indice physique bona fide de sources crédibles jLettre du 21 Décembre 1977 de Robert A. Frosch, Administrateur de la NASA à Frank Press, Directeur, Bureau de la Politique de Science et Technologie, Bureau Exécutif du Président.

2nde observation ?

Carter aurait eu l'occasion d'effectuer une 2nde rencontre pendant sa présidence, le , lorsque son hélicoptère privé fut suivi par un ovni après avoir décollé de Panama City. Cet épisode fut décrit comme un canular journalistique, malgré le témoignage et les photographies prises par Linda Arosemena, décrivant un objet volant en forme de soucoupe :

J'étais en train d'observer l'hélicoptère du président qui décollait sur une piste de l'aéroport international. Il était dans le pays pour signer la ratification avec les officiels de Panama. C'était une journée couverte, mais je me tenais à un endroit où la lumière du soleil pénétrait au travers des nuages. J'étais en train de prendre des photos de la cérémonie de réception qui l'avait accueilli à Fort Clayton, où je suis employée par le gouvernement des États-Unis en tant que membre de leur Defense Mapping Agency Inter-American Geodetic Survey.

Je n'ai pas d'explication sur ce qui fut révélé par le négatif, mais je peux vous dire ceci : je n'ai jamais rien vu de tel durant les 14 années au cours desquelles j'ai travaillé comme photographe professionnelle.

Stupéfaite par ce qu'elle vit se matérialiser sur son épreuve photographique lorsqu'elle sortit du développement, madame Arosemena téléphona immédiatement au bureau de la FAA à Panama et fut mise en contact avec un certain Frank Grba, un fonctionnaire de la FAA qui, totalement stupéfait, dut admettre que le radar n'avait rien perçu d'étrange à ce moment-là :

Ils étaient curieux, cependant, et me demandèrent que je leur envoie des photos. Jusqu'à présent ils m'ont pas contactée officiellement pour me dire ce qu'ils pensent que pourrait être cet objet.

Arosemena révéla aussi qu'elle avait envoyé une photo au président à Washington parce que je pensais qu'il aimerait voir ce que j'avais photographié. La seule réponse qu'elle ait obtenue jusqu'à maintenant est une "lettre" polycopiée la remerciant pour l'intérêt qu'elle portait au voyage du président à Panama.

La photo a été prise avec un appareil photo Nikon équipé d'un moteur, utilisant une pélicule Kodak Tri-X noir et blanc, à 1/250ème seconde. Le négatif est exactement de la même qualité que le reste du rouleau de la pellicule et la prise de vue précédente, prise 10 secondes auparavant, ne montre aucun signe de quoi que ce soit de particulier. Ni le film ni le négatif ne semblent avoir été truqués et il est impossible de faire une double exposition avec ce type d'appareil photo.

Je ne suis pas certaine de ce que j'ai photographié, mais l'image est très claire et on a vu un certain nombre d'ovnis au-dessus de Panama ces derniers temps !

En août 1978, Carter aurait rencontré Steven Allan Spielberg à la Maison Blanche.

Le mardi 4 novembre 1980, Ronald Wilson Reagan succède à Carter.

Divers ufologues sceptiques ou rationalistes kKlass, Philip: lSheaffer, Robert: "President Carter's 'UFO' Is Identified as the Planet Venus", The Humanist magazine, juillet-août 1977, p.46 mSheaffer, R.: The UFO Verdict, Prometheus Books, Bufffalo, New York, 1981 pp. 4-12 proposeront que Carter en 1969 ait en fait vu Vénus, dont le halo peut avoir une apparence étrange. Cela sera contesté par Carter qui, bien que pensant que son observation n'était pas un vaisseau extraterrestre, argue avoir une certaine expérience, lui et d'autres témoins, d'observations astronomiques, y compris celle de Vénus, qui n'est pas censée avoir une taille comparable à la Lune. Reste a savoir si un halo particulier (de Vénus) ou un hélicoptère non identifié (lié à Fort Benning ?) pourrait constituer une explication crédible.

nPresident Jimmy Carter - His UFO Story - Index (Presidential UFO)