Membre de la Commision Condon dans le cadre du projet Blue Book, Mary Louise Armstrong, démissionnera le , où elle expédiera cette lettre à Edward Ulher Condon, directeur du programme :

Cher docteur Condon,

Etant donné qu'il n'échappe pas à l'équipe du programme sur les ovnis ni à vous-même que nous sommes plongés dans un dilemne en raison des dissensions et du découragement qui règnent parmi nous ces deux dernières semaines, il me semble nécessaire d'examiner ce qui, à mon avis, a été la cause première des problèmes qui existent. J'espère sincèrement que le programme se poursuivra désormais sur des bases différentes, que la communication entre vous-même et votre équipe s'améliorera notablement, et que cette étude aboutira comme nous le voulons tous ; c'est-à-dire à un rapport final dont chacun sera satisfait.

Il me semble que tous les membres du programme doivent, dans une certaine mesure, partager la responsabilité de la situation actuelle, même si c'est simplement pour ne pas vous avoir informé plus tôt de nos appréhensions. Je pense cependant fermement que si la personne administrant directement, et quotidiennement ce programme, n'avait pas été Bob, nous n'en serions pas là... Dès le début son attitude a été négative. Je ne pense pas que lui-même en conviendrait, mais je pense que toute l'équipe serait d'accord sur ce point. Bob s'intéressait aussi peu que possible aux observations sur lesquelles nous travaillions, ne lisait pratiquement pas nos travaux, n'en discutait pas avec nous. A un certain stade d'avancement, nous avions convenu que plusieurs d'entre nous liraient systématiquement un groupe donné d'observations, puis se réuniraient pour faire le point. On espérait ainsi faire naître une discussion significative sur le contenu des notifications, si contenu il y avait... Bob en élimina quelques-uns, mais, à ma connaissance, il ne les lut pas vraiment, et il ne nous encouragea jamais à tenir les discussions qui étaient envisagées. C'était pourtant à lui, le coordinateur du programme, qu'il revenait de prendre les initiatives propres à le mener à bien. De plus, une grande partie de ce dont je parlerai plus loin concerne directement ce qui peut ou ne peut pas être dit au sujet des notifications. Pour moi, Bob a passé beaucoup trop de temps à se préoccuper du langage à employer pour la rédaction du rapport final, évitant ainsi très adroitement de se prononcer nettement sur le problème des ovnis. D'un autre côté, il n'a passé que très peu de temps à étudier les données sur lesquelles il allait baser ses conclusions...

Docteur Condon, je crois avoir suffisamment abusé de votre temps, et je terminerai maintenant en vous présentant ma démission du poste d'adjointe administrative du programme ovni...