Au cours de la vague de 1954 en France, une réunion de est organisée au sein du cabinet de Pierre Mendès-France, Président du Conseil Equivalent du 1er ministre. En plus de ce dernier sont réunis Emmanuel Temple, récent Ministre de la Défense Nationale et aux Forces Armées ainsi que ses 3 secrétaires d'Etat (à la Guerre, Henri Caillavet à la Marine et l'Air). De cette réunion sort plusieurs décisions, notamment la création d'une commission secrète dès mi-Octobre (son existence sera rendue publique au Journal Officiel du ), la Section d'Etude des Mystérieux Objets Célestes Huleux.

Cet organisme, dépendant de l'EMAA, sera le 1er de nombreux services à témoigner l'intérêt, parfois maladroit, que porte le gouvernement français aux ovnis. Dirigée par le Lt.-Col. Richard Martin. Son objectif est de centraliser les observations en collaboration avec la Gendarmerie et la DAT.

En 1955 la commission est mise en sommeil, information rendue "à titre personnel" par le responsable du bureau scientifique de l'EMAA, le Col. Poncet, dans une lettre datée du adressée à un personnage clef de la scène ufologique de l'époque, Jimmy Guieu Szames, Alexandre: Histoire secrète de l'antigravité : l'effet Biefeld Brown, Ed. A.S., 1998, p.72 (note en bas de page) Guieu, Jimmy: Black-out sur les soucoupes volantes, Ed. Fleuve Noir, 1956 (réédité en 1972 aux Ed. Omnium Littéraire) Huleux, Philippe: .