Jusqu'ici, aucune civilisation extraterrestre n'a été observé univoquement par les humains. Presque 50 ans d'écoute de transmissions d'IET n'ont trouvé aucun signal artificiel dans l'espace Drake, F. D.: "Project Ozma", Physics Today n° 14 (1961) pp. 40-46. Tarter, J.: "The search for extraterrestrial intelligence (SETI)", Annual Review of Astronomy and Astrophysics n° 39 (2001) pp. 511-548. 28, et la recherche d'artefacts d'IET dans le système solaire n'a aussi produit aucun résultat Freitas, R.A. & Valdes, F.: "A search for natural or artificial objects located at the EarthMoon libration points", Icarus n° 42 (1980) 442-447. F. Valdes, R.A. Freitas: "A search for objects near the Earth-Moon lagrangian points", Icarus 53 (1983) 453-457. B. Cornet, S.L. Stride: "Solar system SETI using radio telescope arrays". Contact in Context 1 (2003) v1i2/s3eti-ata.pdf.. Cependant, un simple calcul au dos d'une enveloppe initialement réalisé par le physicien Enrico Fermi suggère que des IETs devrait être répandues dans toute la galaxie M.H. Hart: "An explanation for the absence of extraterrestrials on Earth", Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society 16 (1975) 128-135.. De fait, la civilisation d'une IET avancée pourrait facilement coloniser la galaxie pour former un Club Galactique parmi les sociétés intelligentes, un concept populaire en science-fiction (tel que la "Fédération des Planètes Unies" de Star Trek) qui dans la littérature de non-fiction remonte au moins à Ronald Bracewell Bracewell, R.N.: The galactic club: Intelligent life in outer space. San Francisco, CA, WH Freeman & Co., 1975.. Cette absence patente d'extraterrestres est souvent désignée comme le paradoxe de Fermi Hart, M.H.: "An explanation for the absence of extraterrestrials on Earth", Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society n° 16 (1975) 128-135. ou le Grand Silence Brin, G.D.: "The great silence - The controversy concerning extraterrestrial intelligent life", Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society n° 24 (1983) pp. 283-309. et soulève la question : si les IETs doivent être répandues, alors où sont-elles ? Un certain nombre d'explications au paradoxe de Fermi ont été proposées et explorées Webb, S.: If the Universe is Teeming with Aliens--where is Everybody?: Fifty Solutions to the Fermi Paradox and the Problem of Extraterrestrial Life, Springer-Verlag, New York, 2002. M.M. Ćirković: "Fermi's paradox-The last challenge for Copernicanism?", Serbian Astronomical Journal n° 178 (2009) pp. 1-20., et 3 explications du paradoxe méritent d'être considérées dans notre discussion.

Une explication au paradoxe de Fermi est que la vie, ou du moins l'intelligence, est rare et est donc distribuée avec parcimonie dans la galaxie. Cette rareté pourrait être due au fait que peu de civilisations intelligentes se forment Ward, P.D. & Brownlee, D.: Rare Earth: Why Complex Life is Uncommon in the Universe, Springer-Verlag, New York, 2000. ou que les civilisations intelligentes tendent à avoir des durées de vie courtes, peut-être parce qu'elles s'auto-détruisent rapidement Shklovskii, I.S. & Sagan, C.: Intelligent Life in the Universe, Holden-Day, San Francisco, 1966. Sagan, C.: Communication with Extraterrestrial Intelligence (CETI), MIT Press, Cambridge, MA, 1973.. Si l'intelligence est rare, alors il est assez improbable que l'humanité ait détecté une IET. Dans un cas extrême, l'humanité est la seule civilisation intelligente de la galaxie ou même de l'univers. Dans la même idée, d'autres civilisations intelligentes pourraient être bien au-delà des limites physique de contact même si elles existent bel et bien Sagan, C.: Communication with Extraterrestrial Intelligence (CETI), MIT Press, Cambridge, MA, 1973. S.A. Kaplan, Extraterrestrial Civilizations: Problems of Interstellar Communication, Israel Program for Scientific Translations, Jerusalem, 1971. P.S. Wesson, Cosmology, extraterrestrial intelligence, and a resolution of the Fermi-Hart paradox, Quarterly Journal of the Royal Astronomical Society 31 (1990) 161-170.. Ces scénarios sont d'un intérêt limité pour cet article parce qu'ils impliquent que le contact avec une IET est impossible.

Une 2ème explication possible resolution au paradoxe de Fermi dérive des défis que représente une expansion rapide à travers la galaxie. Peut-être une expansion rapide n'est-elle pas tenable à l'échelle galactique, tout comme une expansion rapide n'est souvent pas tenable ici sur Terre. Cela suggère que l'absence d'extraterrestres pourrait être expliquée par le fait qu'une croissance exponentielle est un schéma de développement non soutenable en ce qui concerne les civilisations intelligentes S. von Hoerner, Population explosion and interstellar expansion, Journal of the British Interplanetary Society 28 (1975) 691-712., une réponse au paradoxe de Fermi connue sous le nom de Solution de Durabilité Haqq-Misra, J.D. & Baum, S.D.: "The sustainability solution to the Fermi paradox", Journal of the British Interplanetary Society n° 62 (2009) pp. 47-51.. Selon la Solution de Durabilité, les civilisations en expansion rapide pourraient être confrontées à un effondrement écologique après avoir colonisé la galaxie, comparable au sort de l'Île de Pâques Diamond, J.M.: Collapse: How Societies Choose to Fail Or Succeed, Viking Press, 2005.. D'un autre côté, la galaxie pourrait regorger d'IET s'étendant trop lentement pour avoir encore atteint la Terre Newman, W.I. & Sagan, C.: "Galactic civilizations: Population dynamics and interstellar diffusion", Icarus n° 46 (1981) 293-327.. Ces civilisations d'IET en expansion lente pourrait rester détectable par nous ou nous envoyer des messages, et leur nature d'expandeurs lents a des implications sur les scénarios de contact.

Une 3ème réponse au paradoxe de Fermi suggère que les IET sont en fait largement répandues à travers la galaxie mais qu'elles nous sont invisibles d'une manière ou d'une autre. Les IET pourraient être invisibles sans le vouloir, si elles adoptent involontairement une forme indétectable ou en tous cas indetectée par les humains. Alternativement, les IET pourraient être invisible intentionnellement. La forme intentionnelle de cette solution est parfois connue sous le nom d'Hypothèse du Zoo Ball, J.A.: "The zoo hypothesis", Icarus n° 19 (1973) pp. 347-349. parce qu'elle implique que les IET traitent la Terre comme une réserve sauvage destinée à être observée mais non pleinement incorporée au Club Galactique. Cette idée a été popularisée à travers la série Star Trek sous la forme de la "directive première" de non-interférence avec une culture primitive. L'Hypothèse du Zoo implique ainsi que les IET pourraient établir un contact avec les humains à tout moment. Peut-être de telles IET furtives se révèleront-elles une fois que la civilisation terrienne a atteint certaines étapes. Ils pourraient attendre que nous ayons atteint un niveau suffisant de sophistication en tant que société comme le démarrage d'un programme METI ou la découverte du voyage à vitesse lumière Ball, J.A.: "The zoo hypothesis", Icarus n° 19 (1973) 347-349. Deardorff, J.W.: "Examination of the embargo hypothesis as an explanation for the great silence", Journal of the British Interplanetary Society n° 40 (1987) pp. 373-379., ou ils pourraient appliquer une abaque sociétale comme le développement durable ou l'unité internationale. Le possibilité que l'Hypothèse du Zoo explique le paradoxe de Fermi a plusieurs implications importantes pour les scénarios de contact.