Notes de l'interview téléphonique avec Kate Russell

Baure, Jean-Francois, 22 juillet 2007 (éditions grammaticales mineures, M. Shough, 16 janvier 2008)

Home  >  Rapport sur les PANs des îles anglo-normandes  >  Annexes  >  Interviews et déclarations de témoins

Les PANs ont été observés sous l'horizon, lors Ray a baissé le nez de l'avion.

Kate a d'abord pensé que le PAN le plus éloigné venant de l'aéroport d'Aurigny, mais a plus tard localisé les 2 PANs entre les 2 îles d'Aurigny (visible) et de Guernesey (non visible).

On aurait dit que le PAN le plus grand était sorti de l'eau (vu devant la mer). Kate a vu les PANs par 2 fois, pendant quelques mn, et entre les 2 observations celui au-dessus de l'eau semblait avoir bougé (bien qu'ils étaient tous les 2 stationnaires).

Les PANs étaient des lumières stables, pas de fluctuations de luminosité.

Le temps et la visibilité n'étaient pas très bons, Kate n'a pas fait attention à la visibilité directe du soleil.

Sur l'uniformité de l'éclairage : aucun rayon crépusculaire ou "rayons de dieu" ne sont signalés, ni de reflets/miroitements du soleil sur la mer, ni de forts contrastes entre zones de surface directement illuminées par la soleil et zones dans les ombres de la couche de stratus au-dessus. Kate reconnait qu'il est difficile dans ce cas de faire la distinction entre un phénomène émettant sa propre lumière ou reflétant juste une autre source lumineuse, mais ces PANs brillants ne se reflétaient pas sur la surface de la mer ni n'illuminaient leur environnement proche. Au contraire, le fond derrière les PANs paraissait plus sombre, peut-être en raison du contraste visuel avec la luminosité des PANs.

Un petit navire, probablement un bateau de pêche, était tout juste discernable et peut-être proche du plus grand des PANs. Mais il est difficile de dire s'il a pu voir les PANs. La taille angulaire des PANs semblait plus grande que tout reflet de lumière qui aurait pu venir d'un navire.

A l'atterrissage, Kate n'avait pas le sentiment d'avoir vu quelque chose de vraiment anormal jusqu'à ce que Ray demande à des passagers s'ils avaient vu ce que lui même avait vu. Kate tend à penser qu'elle a observé des phénomènes d'origine naturelle que nous pourrions comprendre plus tard.

Kate a clairement indiqué plusieurs fois que les PANs ont été vus sous l'horizon pendant les 2 observations (étant assise au 4ème rang, lorsque Ray a poussé le nez du Trislander vers le bas). On aurait pu dire que le principal sortait de l'eau (Kate n'a pas répondu clairement quant à l'élévation relative des 2 PANs, le diagramme de Ray étant plus explicite sur ce point). Les phénomènes lumineux furent perçus comme anormaux par leur persistance et leur taille (des lumières plus grandes que celles qui pourraient éventuellement provenir d'un reflet sur la surface d'un bateau) mais pour Kate ce n'était rien d'extraordinaire jusqu'à l'atterrissage et les questions de Ray par rapport à ce qu'il avait vu.

Home  >  Rapport sur les PANs des îles anglo-normandes  >  Annexes  >  Interviews et déclarations de témoins