Les photos d'abord publiées par un hebdomadaire japonais
Une des photos d'abord publiées par un hedomadaire chinois, sous-titrée : Le Dr. Jiang [Chiang?] Rong, expert chinois en ovnis... indique que les "extra-terrestres" découverts en 1970 dans les clichés appartiennent au type des "extraterrestres célibataires" (offert par un experts en ovnis japonais...).

Fin , des photos d'un extraterrestre chinois apparaissent sur le Web. Publiées A l'origine par un tabloïd hebdomadaire de Hong Kong, elles indiquent que l'extraterrestre aurait été trouvé par un professeur japonais en 1970.

Le , un n° d'un magazine japonais sur les ovnis publié par Jun-Ichi Takanashi, publie un article sur les photos en question, expliquant en détails qu'elles ont certainement été prises par Johsen Takano (38 ans), un ufologue japonais, lors d'une visite au musée sur les ovnis de Roswell, le 1990-01-01. Cependant, le musée en question n'a pas ouvert avant 1993, et n'a reçu le mannequin que l'année suivante.

Une des photos du 'scoop' de Penthouse
Une des photos du "scoop" de Penthouse

Dans son numéro de , le magazine Penthouse publie 3 photos d'un extraterrestre supposé, avec le texte suivant :

Bob Guccione ne baisse pas les bras. Et il n'a pas peur. "Les 3 images extraordinaires publiées ici pourraient bien être les photos les plus importantes de l'histoire de la photographie", dit Guccione, le rédacteur-en-chef et éditeur de Penthouse.

Jetez un oeil aux photos accompagnant cet article et vous aurez un aperçu de ce qu'il veut dire. Penthouse publie ces photos afin de mettre dans la lumière de la publicité sur la suppression continue du gouvernement de sa propre recherche de preuves de visiteurs extraterrestres vers notre planète.

'Une photographie de Jesus Christ pourrait être une histoire comparable à la 1ère véritable photo d'un extraterrestre," dit Guccione. "A part çà, il n'y rien de comparable à ça."

L'extraterrestre dans la scène du musée de Roswell
L'extraterrestre photographié, au Musée de Roswell

Il est suffisamment extraordinaire que la photo soit publiée tout court. Guccione ne doute pas que si le gouvernement — et en particulier le renseignement militaire — avait eu connaissance de l'existence de cette photo avant sa publication elle n'aurait jamais vu l'impression... En fait, il suspecte que si certaines agences avaient été au courant de ces images, des mesures plus importantes qu'une simple suppression auraient pu être employées.

La photographie est entrée en possession de Bob précisément parce qu'il n'a pas peur, et ne reculera pas lorsque ses convictions sont titillées. Et parce qu'il sait que notre "meilleur intérêt" dans ce domaine ne peut être servi que par un dévoilement complet de toute preuve qui puisse exister. Peu importe ce qu'ils disent.

"Qui sont-ils pour nous cacher la preuve incontestable que nous ne sommes pas seuls dans l'univers ?" demande Guccione. "Les images qui sont ici ont été supprimées pendant des décennies et viennent d'un film pris sous une sécurité militaire extrêmement serrée. Nous avons de la chance que quelques images aient été sorties sous le manteau de l'installation où le film a été pris à l'origine. Et nous avons de la chance que sa propriétaire ait décidé de rendre l'image publique."

Walter G. Haut devant la reconstitution mettant en scène la créature, au musée de Roswell
Walter Haut devant la reconstitution mettant en scène la créature, au musée de Roswell

L'image appartenait à la fille d'un scientifique allemand qui s'échappa en Amérique au début de la 2nde guerre mondiale. Dans ce pays le scientifique travailla avec Albert Einstein et Robert Julius Oppenheimer et fut également impliqué dans des entreprises de recherche gouvernementales top-secrètes, dont l'infâme Expérience de Philadelphie et l'enquête sur le crash d'un vaisseau spatial mystérieux à Roswell, Nouveau Mexique, à la fin des années 1940s.

Des années après le crash de Roswell, dit la femme, son père lui présenta plusieurs images d'un film, lui ordonnant de les conserver cachées, lui faisant clairement comprendre que le simple fait de posséder le film pourrait mettre sa vie en danger. Cependant le film, lui assura-t-il, était authentique, et prouverait au-delà de toute possibilité de dénégation la dissimulation par le gouvernement de visiteurs extraterrestres sur Terre. Elle devrait savoir quand le moment serait bon pour révéler les images au monde.

Les images restèrent en possession de la femme pendant près d'un demi-siècle. Dévouée à son père — et à la mémoire de son père — elle obéit à ses souhaits et ne dit rien. Peu à peu, à mesure que l'intérêt du public pour le phénomène de visites extraterrestres grandit, et que des canulars comme le récent "film" d'une autopsie d'extraterrestre attirèrent l'attention et la controverse, elle commença à envisager de rendre public son film secret."

"Le nom de la femme ne sera pas rendu public. Son bien-être est en partie responsable de cette décision. "Comment nous sommes entrés en contact est notre affaire", dit Guccione. "Je respecte sa vie privée et comprend ses préoccupations pour sa sûreté et je n'ai absolument aucun doute que ces images soient authentiques." Il a également peu de doute que, maintenant que les images sont imprimées, le gouvernement insistera sur le fait qu'il s'agit simplement d'un autre canular."

On indique que Guccione (également éditeur du magazine comme Omni, pourtant de réputation sceptique et ayant publié plusieurs articles démontant l'affaire Roswell) aurait payé entre 50 000 et 200 000 $ [UPI] pour ces photos, bien que ce dernier nie à la télévision avoir payé quoi que ce soit.

Paul Davids, qui a joué un officier dans le téléfilm Roswell
Paul Davids, qui a joué un officier dans le téléfilm Roswell

Peu après la publication des photos par Penthouse, Paul Davids, producteur exécutif et co-auteur du téléfilm Roswell (1994, adapté du livre de Kevin Douglas Randle et Donald Schmitt avec Kyle MacLachlan dans le rôle de Jesse A. Marcel et Martin Sheen) déclare sur Internet que l'extraterrestre montré sur les photos n'est autre qu'un des mannequins réalisés pour son film par Steve Johnson, spécialiste des effets spéciaux de New York (confirmé par Joe Fordham, bras droit de Johnson). Le mannequin serait maintenant, en outre, exposé sur un lit d'hôpital au Musée International des Ovnis de Roswell.

Le même mannequin, présenté régulièrement comme la photo d'un authentique extraterrestre, sculpté par par Norman Cabrera
Le même mannequin, présenté régulièrement comme la photo d'un authentique extraterrestre

Joint au téléphone, Davids déclare : Il n'y a même pas 1 chance sur un milliard de trillions que ce soit autre chose que le [prop] que nous avons prêté au musée de Roswell, qui est aujourd'hui en présentation publique. Il a la même forme, et chaque détail de chaque blessure, jusqu'à chaque tâche, correspond. Il ajoute être frustré de devoir démonter ces photos alors qu'il est un fervent partisan de l'authenticité du cas de Roswell.

Deon Crosby, la nouvelle directrice du musée de Roswell, confirme également que Guccione a mis "leur" extraterrestre dans son magazine, ajoutant que les barrières du lit d'hôpital sont visibles à l'arrière plan des photos de Penthouse.

Références :