C'est dès 1948 que sont rapportées des observations d'"homme-oiseaux". En 1952, le "monstre" de Flatwoods, observé en Virginie Occidentale, présente déjà des similarités avec ce que va devenir l'homme-phalène (mothman, ou "homme-mite") de cette région. Quelques années à peine avant ses observations majeures, en 1963, John Flaxton rencontre une créature semblable dans le Kent.

Dessin de l'homme-phalène d'après témoignage Coleman, Loren:
Dessin de l'homme-phalène d'après témoignage
Le lieu de l'observation du 14 novembre 1966
Le lieu de l'observation du 14 Novembre 1966

Le 14 novembre 1966 vers 23:30, 2 jeunes couples (Roger Scarberry et sa femme, ainsi que Steve Malette et son épouse) roulent près de l'installation "TNT" abandonnée, à environ 7 miles de Point Pleasant. Ils remarquent 2 grands yeux attachés à quelque chose qui est de la forme d'un homme, mais plus grand, peut-être 6 ou 7 pieds de haut. Et il avait de grandes ailes repliées derrière son dos. Lorsque la créature se déplace vers la porte de l'installation, les couples paniquent et partent rapidement. Un moment plus tard, ils voient la même créature sur le flanc d'une colline près de la route. Elle apparaît grisâtre et marchant sur des jambes robustes avec une démarche mal assurée. Alors qu'il prend son envol et semble les suivre, elle ne bat pas des ailes mais pousse des cris comme une grosse souris. Elle déploie ses ailes et s'élève dans les airs, suivant leur voiture, qui roule alors à plus de 100 miles/h. Cet oiseau nous colle au train, dit un du groupe. Ils racontent au Sheriff Millard Halstead comme il les a suivit le long de l'autoroute 62 et jusqu'aux limites de la ville de Point Pleasant Keel, J. A.: The mothman prophecies, 1975, pp. 52-53.

Un autre groupe voit la même créature 3 fois.

Une autre personne rapporte que son chien a attaqué la créature et n'est plus revenu à la maison. Un détail du témoignage des 2 couples est qu'ils virent le corps d'un chien mort à côté de la route et que plus tard le chien n'était plus là. Il s'agissait apparemment du même chien, son propriétaire ayant suivi ses traces, qui s'arrêtent d'un seul coup

Bientôt d'autres personnes observe la même créature, dont 2 pompiers de Point Pleasant qui visitent le site TNT juste 3 nuits après l'observation du couple. Ils voient également les yeux rouges et décrivirent la créature comme énorme mais insistent : C'était vraiment un oiseau Keel 1975, p. 56. La plupart des rapports le décrivent comme sans tête bien que grand, des yeux rouges brillants fixés près du sommet de son corps. Tous les témoignages ne concordent pas, cependant : une femme déclare que ce qu'elle voit avait une drôle de petite face bien qu'elle ne vit aucun bec, juste ces grand yeux rouges proéminents. Keel décrit aussi des oiseaux gigantesques à environ 70 miles au Nord, en Ohio, qui avaient une envergure de 10 pieds et des têtes avec un aspect rougeâtre, manquant encore les fameux yeux rouges luisants Keel 1975, pp. 60-61.

De nombreuses explications ont été avancées pour ces observations :

  • Elfe ressemblant aux descriptions, détail de Obéron et Titania de Johann Heinrich Füssli, 1793
    Hibou aux yeux luisants
    Une malédiction de 200 ans jetée par Cornstalk un chef indien assasiné par les homme blancs en 1777 à Point Pleasant.
  • Faucon Rouge, le sous-chef de Cornstalk, revenu dans la région pour avertir les gens d'un danger, exactement comme il le fit en 1777, sous la forme d'un faucon rouge. Diverses personnes qui ont vu la créature "homme-phalène", décrite comme une grande créature aîlée ayant de nombreuses caractéristiques humaines, dirent qu'il ressentirent que la créature essayait de leur dire quelque chose.
  • Une créature récurrente, ayant marqué la mythologie de l'Inde, sur le dos de laquelle voyagent Vishnu et Krishna. Ou Mothman (Homme-phalène, homme-mite), Nivurun (Madagascar), sikals (minuscules), oiseau-tonnerre (indiens d'amérique), Piasa (indiens Dakotas) Keel 1975.
  • Hibou aux yeux luisants
    Hibou aux yeux luisants
    En admettant une exagération/mauvaise évaluation de la taille — peut-être en causée par une surestimation de la distance — les oiseaux de l'Ohio semblent correspondre à l'apparence de la dinde commune vautour qui peut avoir une envergure de 6 pieds et une tête rouge sans plumes [Audubon 1977]. Mais cela n'explique pas les yeux rouges observés sur l'homme-phalène. La créature de l'ancienne région de munitions avait 2 grands yeux comme les phares d'une automobile, et d'autres firent écho à cette description, dont un homme qui, alerté par son chien en direction de sa grange de hay, l'éclaira avec une lampe torche [Keel 1975, 49, 52]. En fait il semble que la nuit les yeux de certains oiseaux brillent d'un rouge éclatant dans le rayon d'une lampe torche ou de feux d'automobile. Cette "luisance des yeux" n'est pas la couleur de l'iris mais celle de la membrane vasculaire — le tapetum — visible à travers la couche pigmentée translucide à la surface de la rétine Gill, Frank B.: Ornithology, 2nd ed. New York 1994: W. H. Freeman & Co., 188. Ici on peut considérer comme justifié d'examiner une créature ailée connue de la Virginie Occidentale qui a des habitudes nocturnes et de grands yeux fixes d'un type dégageant un regard luisant cramoisi, ainsi que des disques faciaux qui peuvent faire apparaître les yeux plus grands encore. Il a une grande tête et (contrairement aux oiseaux) une tête de singe, mais semble pratiquement sans cou (son cou très petit se rétractant dans son corps le faisant apparaître sans tête en silhouette). Il possède des ailes démesurées et des longues pattes, ces dernières étant puissantes et (contrairement aux jambes imberbes de nombreux oiseaux) couvertes de plumes, les faisant appaître comme relativement épaisses. Son vol est silencieux et effectivement semblable à une phalène, bien que durant le vol il puisse émettre un fort et lancinant "khree-i." Son large territoire comprend la Virginie Occidentale, et c'est un nidificateur répandu dans les habitations humaines ; en fait il se cache dans les vieux bâtiments (comme ceux du complexe TNT), ainsi que des granges, etc. Parce qu'il n'est actif que la nuit, il est rarement dérangé ou même observé par les humains, et lorsqu'il est rencontré semble donc inhabituel et d'une apparence sinistre Bent, Arthur Cleveland: 1938, Life Histories of North American Birds of Prey, part 2; reprinted New York: Dover, 1961, 140-153 Cerny, Walter. 1975. A Field Guide in Color to Birds. London: Cathray Books, 136-137 James Coe, Eastern Birds: A Guide to Field Identification of North American Species, New York 1994: Golden Press, 86-87 Roger Tory Peterson, 1957. How to Know the Birds. New York: Signet, 85, 100-101 Laura Steward, Eastern Birds. New York 1980: Houghton Mifflin, 172-175 Laura Steward: The Illustrated Encyclopedia of Birds, ed. 1977. London: Octopus Books, 208-209. Son nom est Tyto alba, le hibou commun des granges. Bien que loin d'approcher la taille de l'homme, ses grandes ailes (de quelques 44 pouces) et ses longues pattes le font néanmoins apparaître faussement grand, en particulier en vol "barn owl." 2001. At www.thebigzoo.com/Animals/Barn_Owl.asp James Coe, Eastern Birds: A Guide to Field Identification of North American Species, New York 1994: Golden Press. Cette explication suppose une mauvaise appréciation de la distance, taille réelle, taille des objets proches pour comparaison, ainsi que des facteurs exagérants tels que l'obscurité, la surprise ou la peur. Elle suppose également que de nombreux autres témoignages soient des canulars, hallucinations, autres oiseaux, etc. Nickell, Joe: "'Mothman' Solved !", Skeptical Inquirer, mars/avril 2002.

Références :