(...) je n'ai aucun doute que leur saga continuera à être répétée comme le ferait un perroquet, sans vérification et sans la moindre compréhension, par des "ufologues'' après d'autres "ufologues'', pour de nombreuses années à venir, et reprise livre après livre Creighton, Gordon: "But I Read it in a Book", FSR, 1973-01

C'est au début des années 1960s que l'on trouve la 1ère mention connue de ce qu'on appelle le "Roswell chinois", dont la découverte aurait eu lieu lors d'une expédition de l'archéologue chinois "Chi Pu-Tei" en 1938 ou 1937.

A partir de un article d'une revue végétarienne allemande Wegemann, Reinhardt: "Ufos in der Vorzeit?", Das vegetarische Universum, juillet 1962 cite l'histoire qui fera sensation, celle d'une découverte étrange dans des montagnes entre la Chine et le Tibet.

Cependant, aucun enquêteur ne trouvera jamais la moindre autre trace de "Reinhardt Wegemann", ni de l'agence de presse "DINA". On retrouve toutefois l'article repris en 1964 dans un bulletin ufologique allemand ans plus tard, à peine remanié, ajoutant la mention de l'archéologue Tsum Um Nui, et sans mention de la publication 2 ans plus tôt Wegemann, Reinhardt (apparemment correspondant à Tokyo pour l'agence de presse DINA) UFO-Nachrichten n° 95, juillet 1964, p. 3 Traduction en anglais anonymement dans Flying Saucers n° 67, 1969-12, p. 8.

L'histoire est alors reprise l'année suivante dans plusieurs autres journaux comme le bulletin du BUFOI Lettre d'information du BUFOI n° 4, mars-avril 1965, p. 25 ou un journal soviétique Neman, 1966 mais ce n'est vraiment qu'à partir de 1967 que l'histoire se répand avec succès, avec les articles de Vyacheslav K. Zaitsev V. Zaitsev "The Stonedisks of Baian-Kara-Ula" - L'article de "W. Saitsew" Zaitsev, V. Soviet Weekly, 1967 Zaitsev, V. "Visitors from Outer Space", Sputnik n° 1, juin 1967 - Le magazine soviétique au format "Reader's Digest", dont une légende mal placée provoquera la confusion de la fresque de Ferghana qui font traînée de poudre jusqu'au USA Article du Los Angeles Herald-Examiner, 26 février 1967 - Comparaison des dessins dans les grottes avec la cartes des étoiles rapportée par Betty Hill, sur la base de l'article de Sputnik. Elle est également reprise en 1968 par Erik Von Däniken publie un best-seller Von Däniken, E. Chariots of the Gods, 1968, dans lequel est fait mention de l'histoire des Dropas. Von Däniken indique que sa source est Alexandr N. Kazantsev, alors que ce dernier indique que c'est Von Däniken qui lui a raconté l'histoire.

A partir de 1968, Gordon Creighton, directeur de la FSR, commence à enquêter sur l'histoire. Cette année-là il commence par écrire à un ingénieur soviétique de Moscou, alors "secrétaire non-officiel du groupement d'enquête sur les ovnis" pour lui demander plus d'informations sur ce cas. Ce dernier lui répond que Zaitsev n'a pas mené d'enquête lui-même et n'a fait que reprendre les récits publiés dans Das vegetarische Universum et UFO Nachrichten.

En 1973 il se rend à la Casa de la Real Sociedad de Geografía de Londres, et ne trouve aucune trace d'une expédition archéologique qui aurait eu lieu en 1938. Il note également que le nom des montagnes devrait plutôt être écrit "Bayan Khara Uula" (ce qui signifie les "bonnes montagnes noires" en mongol, "Bayan Har Shan" en chinois). Il ne trouve pas non plus dans les archives de trace d'un "Chi Pu Tei" Creighton, G. "But I Read it In a book", FSR vol. 19, n° 1, janvier-février 1973, pp. 24-27 Traduction "Bayan-Khara Uula: le chien qui se mord la queue", Kadath n°15, novembre-décembre 1975 Réédité dans Encounter Cases from FSR, 1977.

Les 2 disques de pierre du musée Banpo de Xi'an, photographiés par Wegerer
Les 2 disques de pierre du musée Banpo de Xi'an, photographiés par Wegerer Paoletti, Mauro. "I piatti di pietra di Bayan Kara Ula", EdicolaWeb
1 des disques de pierre du musée Banpo de Xi'an, photographié par Wegerer. On distingue en bas à droite des doigts tenant le disque, apparemment féminin, probablement ceux de la responsable du musée de l'époque
1 des disques de pierre du musée Banpo de Xi'an, photographié par Wegerer au Polaroïd avec flash intégré. On distingue en bas à droite des doigts tenant le disque, apparemment féminin, probablement ceux de la responsable du musée de l'époque Paoletti, Mauro. "I piatti di pietra di Bayan Kara Ula", EdicolaWeb

En 1974 un ingénieur allemand, Ernest Wegerer, visite le Musée Banpo de Xi'an (dans la province de Shaanxi, en Chine) et tombe sur 2 disques correspondant à la description du rapport de Tsum Um Nui de 1962. Ils contiennent un trou au centre et Wegerer pense même reconnaître les hiéroglyphes dans les graves en spirale, quelque peu émiettés cependant. Il demande plus de détails sur l'objet à l'ancienne responsable du musée, qui ne parvient pas à fournir d'autres informations que l'indication qui était présente dans le musée lui-même : des objets de culte. Néanmoins, Wegerer est autorisé à tenir 1 des disques (il estime leur poid à 1 kg, et leur diamètre à 1 pied) et à prendre des photographies des 2 sur laquelle on ne distingue pas les "hiéroglyphes", à priori trop émiettés.

En 1978 paraît Sungods in Exile Sungods in Exile: Secret Gods of the Dzopa... Sphere, 1978 Réédité Londres 1980 Los dioses del Sol en el exilio: Secretos de los Dyzopa del Tibet, Martinet Roca, Barcelone, 1988, un livre d'un certain Karyl Robin-Evans. En fait rédigé par David Agamon, il relate l'histoire par Robin-Evans, qui serait décédé 4 ans plus tôt, telle qu'il l'aurait racontée à Gamon. Sous-titré Secret Gods of the Dzopa, l'ouvrage relate l'expédition Robin-Evans part en expédition pour le "mystérieux territoire des Dzopas", issus d'un métissage entre la peuplade d'un territoire à la frontière sino-tibétaine et les survivants d'un crash de vaisseau extraterrestre, il y a des milliers d'années de cela. Il présente divers éléments pour soutenir son histoire, telle l'assiette de Loladoff.

Le livre reçoit un écho considérable Fortean Times n° 30, automne 1979, p. 57 - Article de Bob Rickard sur le Sungods in Exile de Gammon et accessoirement Philadelphia Experiment de Berlitz et Moore, et en dépit des premières critiques de Creighton, l'histoire est reprise par de nombreux auteurs Tomas Charroux, R. Durrant Ostrander/Schroeder Frederick Kolosimo.

En fait, le livre a été écrit par David Gamon, qui admet qu'il s'agit d'un canular créé comme une satire de l'industrie de "dieu était un extraterrestre". Il l'écrira dès 1979 à Vladimir Rubtsov Morozov, Yuriy N. "These strange disks of Bayan-Kara-Ula...", RIAP Bulletin, 2000, vol. 6, n° 2-3 :

Cher M. Rubtsov,

Merci pour votre lettre du 16 juillet (...). Je n'ai pas vu la référence de mon livre à laquelle vous faites références et cela pourrait très bien être trompeur. J'ai écris "Sungods" avec 2 intentions sérieuses : d'abord, de considérer les implications politiques/religieuses/philosophiques de contacts préhistoriques, et ensuite, de me moquer de ceux qui acceptent trop facilement de telles histoires sur la base d'éléments trops faibles ou inexistants. (...) Mon but, en bref, a été de satiriser le type de livre de contacté, très courant ici et aux USA, qui vise un lectorat sans esprit critique ainsi que (de satiriser) certains aspects de la vie moderne. (...)

Avec mes meilleurs voeux,

David Gammon ("Karil Robin-Evans")

Ainsi que le :

Cher M. Rubtsov,

Enfin je peux vous envoyer une copie de "Sungods in Exile". Je dois vous rappeler qu'il s'agit d'une fiction et d'une satire sur l'acceptation trop facile de l'idée que la vie ou une vie est arrivée de l'extérieur de cette terre par transplantation ; nombre de gens acceptent cette conclusion sans chercher de preuves.

Avec mes meilleurs voeux,

David Gammon.

D'autres articles suivront Mancusi, Bruno: Ovni-Presence n° 48, août 1992, p. 33. Shi Bo, "Los discos de piedra de Baian Kara Ula", Mas Allà de los Ovnis, chapitre 35, p. 826, Madrid, juin 1992, et surtout une autre lettre de Gamon au Fortean Times Fortean Times n° 62, p. 63, 1992 , où il déclare : les années devinrent maussades. Malgré un livre qui marchera sur les soucoupes volantes, ma propre carrière littéraire resta obstinément clouée au sol.

2 ans plus tard, le même magazine Fortean Times n° 75, juin-juillet 1994, p. 57, publie une nouvelle lettre de Gamon sous le titre "Sungods in Cuckoo Land", ou ce dernier indique indique :

Mon canular favori sera toujours Sungods in Exiles: Secrets of the Dzopa of Tibet de Karyl Robins-Evans, docteur, qui explora les forteresses de leur montagne et révéla comment cette race avait survécu poorly there après que leur vaisseau-mère se soit écrasé il y a de nombreuses années. Ce livre fut publié par Neville Spearman il y a 13 ans et republié en couverture rigide par Sphere. L'auteur de cette blague reçu une correspondance à ce sujet puis aussi loin que Kiev. Ne me demandez pas comment je le sais. (signé) David Gamon, Bristol.

Bob Rickard, rédacteur-en-chef du magazine, remarquant la similarité de son nom avec celui de David Agamon, le secrétaire du supposé Karyl Robin Evans, et l'appelle. Au téléphone, Gamon reconnaît sans difficulté que le livre-canular sur les soucoupes volantes dont il parle est bien Sungods in Exile.

Disques de pierre en exposition
Disques de pierre en exposition au British Museum Paoletti, Mauro. "I piatti di pietra di Bayan Kara Ula", EdicolaWeb

En , Hartwig Hausdorf et Peter Krassa s'efforcent de suivre la piste du témoignage de Wegerer Hausdorf Hartwig. "Bayan-Kara-Ula: Mystery of the Century", Ancien Skies n° 6, vol. 22, 1996. Hausdorf, Hartwig. "The Chinese Roswell", Fate, août 1998 sur le musée de Banpo. Le professeur Wang Zhijun, son nouveau responsable, les accueille, mais les informe rapidement que l'ancienne responsable a été retirée de son poste quelques jours après la visite de Wegerer, et indique qu'on ne peut trouver aucun de ces disques au musée, de manière quelque peu contradictoire :

Les disques de pierre que vous avez mentionnés n'existent pas, mais étant des éléments étrangers à ce musée d'articles de poterie, ils ont été déplacés.

Les disques vus par Wegerer étaient-ils liés à l'histoire des Dropas ? Cette histoire a-t-elle en fait été romancée à partir de disques courants ? Toujours est-il que l'on sait que les disques chinois anciens ne sont pas si rares.

En 1996 l'enquêteur allemand Joerg Dendl retrouve le n° de Das vegetarische Universum de juillet 1962 Dendl, Joerg. "Die Steinscheiben von Baian-Kara-Ula: der erste Bericht", Ancien Skies n° 1 (édition allemande), 1996.

Quoi qu'il en soit, malgré les répétitions de l'explication du canular de Gammon Richard, Bob: "The Tibetan Roswell", Fortean Times n° 109, avril 1998, p. 39 - "Hoaxorama" où figure Gamon reconnaît être l'auteur du canular de Sungods in Exile Aubeck, Chris: "The Legend of the Dropa", UFO Updates, 20 mai 2001, l'histoire des dropas continue à être répétée encore et encore Fischinger, Lars A. "UFO-Absturz in China?", 2005, généralement limitée à l'histoire Sungods in Exile, parfois avec divers ajouts ou déformations. L'apparition de cette histoire dans les années 1960s est rarement signalée. Il se peut que son origine ne remonte pas plus loin que cette période ou l'on ne trouve que des auteurs d'articles et agences de presse aux noms introuvables, mais on ne saurait l'affirmer catégoriquement aujourd'hui.