La peine de mort vise à tuer une personne ayant commis un crime particulièrement grave.

Les pour

Des arguments avancés pour la peine de mort sont :

  • la non-récidive garantie (en supposant qu'il ne s'agisse pas d'erreur judiciaire), en particulier face aux libérations (conditionnelle ou non) de criminels qui récidivent parfois (absence de réel emprisonnement à perpétuité dans les faits).
  • le soulagement des victimes ou de leurs proches, qui ressentiraient un sentiment de "justice" avec une telle "vengeance". Le crime commis étant si grand, seule la mort du criminel pourrait le "réparer". C'est la loi du talion : oeil pour oeil, dent pour dent. Une mort pour une mort.
  • la dissuasion : par peur de la peine de mort, des personnes renonceraient à commettre des crimes.

Les contre

L'argument général reproché à la peine de mort est de répondre à un besoin émotionnel (la vengeance) et de ne pas prendre en compte le besoin rationnel (la justice).

Plus précisément, des arguments contre la peine de mort sont :

  • l'inefficacité
    • par la non-dissuasion : Une personne ne pense pas qu'elle sera prise au moment où elle commet son crime (à moins d'être suicidaire). De plus, une fois le crime accompli, la perspective de la peine capitale peut provoquer un jusqu'au-bout-isme en convainquant l'auteur de crime qu'il n'a plus rien à perdre. On peut punir sévèrement et avec justice sans tuer.
    • la non-réparation : la mort de la personne condamnée ne répare pas le crime (qui est généralement irréparable), et n'a qu'un effet de vengeance. Même en l'absence d'erreur judiciaire, la mort du criminel est insuffisante à soulager la douleur des victimes ou de leurs proches. De plus l'erreur judiciaire est, elle aussi, irréparable.
    • l'éludation du problème : même en supposant l'absence d'erreur judiciaire, tuer la personne accusée efface la "tâche" ou l'"erreur" de la société mais ne supprime pas sa cause. Elle empêche de manière radicale la récidive de la personne accusée mais n'empêchera pas de nouveaux crimes, peut-être sur les mêmes victimes. Essayer de comprendre et corriger ce qui génère les comportements criminels se veut plus efficace à plus long terme.
  • l'erreur judiciaire : tuer une personne empêche toute réparation en cas d'erreur judiciaire. Certaines de ces erreurs judiciaires ont été avérées (aux USA par exemple).
  • la barbarie : tuer quelqu'un revient à faire ce que l'on condamne, et se rabaisser au niveau du criminel. Il s'agit d'une pulsion de vengeance consécutive à la pulsion meutrière du criminel. A contrario une approche humaine cherche à soigner lorsque cela est possible, et à défaut d'isoler.
  • la discrimination parfois présente lors de condamnation à cette peine (deux poids/deux mesures selon que l'on est puissant ou misérable, influent ou non, etc.).

Dans le monde

Le droit international n'interdit pas la peine capitale mais limite son application aux crimes les plus graves et exige certaines garanties, en particulier le respect de la procédure.

Condamnations exécutées/prononcées [innocents] Commentaires
Pays 1976 1977 1978 1979 1981 1983 1985 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Afghanistan 16/16 >= 1 Décapitation, lapidation
Afrique du Sud >= 1 0 Abolition
Albanie Abolition, sauf "crime exceptionnel"
Algérie >= 1 0 26
Arabie Saoudite 126 123/123 >= 38 Décapitation au sabre
Argentine Abolition, sauf "crime exceptionnel"
Arménie 0/2
Australie Abolition
Autriche Abolition
Azerbaïdjan >= 1 0 Abolition, sauf dans le Haut-Karabakh
Bahamas 1 Pendaison
Bangladesh 0/37
Belize 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0/2
Bhoutan Abolie en pratique
Bulgarie >= 1 0 Abolition
Bahreïn 1/1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Bolivie Abolition, sauf "crime exceptionnel"
Bosnie-Herzégovine Abolition, sauf "crime exceptionnel"
Burkina Faso Abolie en pratique
Burundi >=9/350 2/89
Cameroun
Canada Abolition
Chine Environ 10000 >= 500 >= 1769/ >= 2701 2088 1457/1511 >1000
Colombie Abolie en pratique
Congo (République Démocratique du) 35/n
Corée du Nord
Corée du Sud 0 0 0
Côte d'Ivoire Abolie en pratique
Cuba /8
Djibouti Abolition
Egypte 5 5 4 5 43 31 6 14 24/55 48/73 >= 16/108 22/79
Emirats Arabes Unis /15
Espagne >= 1 0 Abolition
Ethiopie 0/n
Fidji Abolition, sauf "crime exceptionnel"
France Abolition
Gambie Abolie en pratique
Georgie >= 1 0 Abolition
Ghana Abolie en pratique
Grande-Bretagne 0 Abolition
Guatemala 2/n
Inde />=18 30/n
Indonésie />=27 8/n
Irak >= 200/n
Iran 175 >= 75/16 >= 4 Pendaison
Israël Abolition, sauf "crime exceptionnel" Pendaison de Adolf Eichmann en 1962
Japon 3/15
Jordanie >= 11 n/12
Kenya /25
Kirghizistan 0 (Moratoire)
Koweït 1/21
Lettonie Abolition, sauf "crime exceptionnel"
Liban 13 0/n 0/8
Libye 38
Malaisie 2/13
Malawi 0/53
Maldives Abolie en pratique
Mali Abolie en pratique
Maroc
Mexique Abolie, sauf "crime exceptionnel"
Nepal >= 1 0 Abolition
Niger Abolie en pratique
Nigeria 0/0 Lapidation pour adultère.
Norvège 0 Abolition
Ouganda 0/10
Ouzbékistan 8/13
Pakistan 6/52
Palestinienne (autorité) 0/3
Perou Abolie, sauf "crime exceptionnel"
Philippines 1 0 (Moratoire)
Pologne >= 1 0 Abolition
Portugal 0 Abolition
Qatar >1/n 0 3/n
Russie 178 0 (Moratoire)
Sainte Lucie 0/0
Salvador Abolie, sauf "crime exceptionnel"
Samoa Abolie en pratique
Sénégal Abolie en pratique
Singapour 319/n 21/5 Abolie en pratique
Somalie >1/>1 Tribunaux islamiques, absence d’Etat de droit
Sri Lanka 0/n Abolie en pratique
Swaziland 0/12
Taïwan 12/n
Tchécoslovaquie Abolition
Thaïlande 1/45
Togo Abolie en pratique
Tunisie
Turquie 0/80 Abolition
Ukraine >=1 0 Abolition
USA 23 85 [6] 33 Depuis 1976, ce sont surtout les états du Sud qui exécutent (576 sur 712), comme le Texas a exécuté 246 personnes, puis la virginie (82 personnes), la Floride (51 personnes). Les états du Nord n'exécutent pratiquement plus.
Vietnam 12/112
Yémen 13/n
Yougoslavie 0/n (Abolie dans la législation fédérale) 0/3 Reste inscrite dans les codes pénaux de Serbie et du Monténégro
Zambie >=1/n 0 0 0/11

Références :