La région du Col de Vence (Alpes Maritimes), à 20 km au nord-ouest de Nice, est riche en énigmes, et plus particulièrement les alentours comme le plateau de Saint Barnabé et le bois des Puys. Le signalement "d'entités", d'ovnis et de faits inexpliqués ont attiré l'attention de "curieux" depuis des siècles, à commencer par les romains, puis les templiers. En , Guy Tarade évoque aussi Tarade, G.: Dossiers de l'étrange, Robert Laffont, pp. 34 à 37 le village de Saint-Barnabé, à moins de 50 km de Nice, où l'on trouve de bien étranges rochers sculptés dans un paysage lunaire. Quel est cet étonnant lieu où, en plus d'observations d'ovnis, on signale des pierres tombant du ciel, des phénomènes thermiques ou sonores innatendus ?

Patrick Laurent

En , sur des documents de Pierre Beake concernant le Col de Vence, Patrick Laurent décide de réaliser un documentaire de sur ce site. Ils rapporteront avoir fait face lors du tournage à des phénomènes inexpliqués, sur les véhicules comme sur le matériel vidéo ou de prise de son.

1994

va être l'année de nombreuses observations qui vont défrayer la chronique.

A , des "scientifiques" Scientifiques non identifiés filment un appareil au-dessus d'une montagne. Un objet en forme de diamant, non observé à ce moment apparaît ensuite au visionnage de la bande video. L'hypothèse d'un reflet aurait été écartée. Beake, Patricia et leur fils vont devenus accros de l'endroit à partir de leur observation de .

Gréolières

Le village de Gréolières
Le village de Gréolières

Le , au village de Gréolières, un témoin qui dormait chez lui se réveille - un bruit suspect qui l'a inquiété du fait que quelqu'un avait déjà essayé de lui voler sa voiture la nuit précédente. Le témoin observe 5 points lumineux dans le ciel à l'aplomb d'un pylône EDF, au-dessus des sommets montagneux qui forment l'horizon LDLN N° 324 p. 27.

Le témoin a une perte temporaire de l'ouïe, ainsi qu'une une sensation de fatigue ou de chaleur. Il est le seul à voir un "énorme" ovni apparemment lointain, se déplaçant horizontalement, malgré la présence d'autres témoins potentiels alentour.

Le phénomène se produit 2 fois à l'identique, à d'intervalle. Le témoin précise qu'il ne voyait pas la Lune Delinger.

Saint-Barnabé, Vence

Le , on voit 3 étoiles en ligne se déplaçant horizontalement. Les témoins ressentent un silence semblant anormal, où leurs voix paraissent feutrées.

Une étude ultérieure de cette observation a identifié le phénomène comme étant un triplet de satellites militaires NOSS 2-2. Le silence anormal, extraordinaire et presque effrayant et la voix feutrée des témoins n'est pas expliqué, mais un des témoins a contesté cette perturbation auditive, suggérant donc un phénomène subjectif Delinger.

De Caille à Gréolières

Le en milieu d'après-midi, une grosse boule blanche est observée au-dessus de la crête, trait lumineux et flash. L'observation dure 7 h consécutives. La présence d'une parabole de relais hertzien (ou d'un panneau solaire) à proximité, cette parabole pouvant être soupçonnée de réfléchir le soleil qui se coucheà l'opposé.

La Moulière, Grasse

Le , Joël Mesnard, arrive sur les lieux pour enquêter. Le soir il dîne au restaurant, et s'assied le dos à la fenêtre. Lorsqu'il voit une grosse étoile clignotante, son vis-à-vis l'invite à se retourner.

Des ufologues qui se rendent au Col de Vence ont souvent droit eux aussi à une apparition (par exemple Gildas Bourdais y a été témoin d'une manifestation sonore incompréhensible).

Un nouveau film de Beake

La nuit du , Patrick Langouet et Beake guettent le ciel de la région à l'affut d'un nouveau phénomène lumineux mystérieux, comme à leur habitude. Ils voient alors 2 grosses lumières de couleur jaunâtre, suivant une trajectoire précise, en prenant de l'altitude à une vitesse constante et le filment. Après une quarantaine de secondes, une 3ème lumière est apparue, légèrement en retrait. Puis l'ovni a disparu, ajoutent-ils, l'objet se confondant avec le ciel, très étoilé par une nuit particulièrement claire.

L'événement est relaté dans France Soir le lendemain. La gendarmerie de Vence, contactée par l'AFP, n'a pas été alertée par les témoins. De plus, les radars de l'aéroport de la région Nice-Côte d'Azur n'ont détecté ce soir-là que de très banals avions.

Certains s'interrogent sur le rôle de Beake, le principal "animateur" des activités ufologiques de la région de Vence dans toutes ces manifestations. C'est d'abord à son assiduité depuis de nombreuses années que l'on doit la renommée des phénomènes qui se produisent au Col de Vence.

Voici ce qu'en dit Mesnard LDLN n° 346, p. 10 :

Lorsqu'on aborde une affaire aussi complexe, il est difficile de ne pas succomber à la tentation des interprétations simplistes. J'ai plus d'une fois entendu dire, avec beaucoup de légèreté, que tout cela était l'œuvre de Pierre Beake. C'est une hypothèse que, comme tout le monde, j'ai envisagée, parce qu'il est impossible de ne pas en arriver là à un moment ou à un autre. (...) Et puis j'ai pris un peu de recul, j'ai considéré non pas tel ou tel détail (qu'il est trop facile de juger accablant), mais l'ensemble du problème, et mes doutes se sont vite dissipés.

Autres observations

Outre les apparitions lumineuses dans cette région, on rapporte également que plusieurs pare-brise ont été brisés par des pierres. et qu'une voiture a été incendiée. Ces pierres sont souvent décrites comme de véritables pluies et qui toucherait viserait plus particulièrement ceux qui affichent trop ouvertement leur incrédulité.

C'est le cas le pour un témoin dont le flash explose dans un bruit assourdissant après que son appareil photographique se soit bloqué. Il n'est cependant pas blessé LDLN N° 347 p. 22. Les enquêteurs notent parfois des mouvements dans les fourrés alentour ainsi que des bruits de communication radio. Le terrain est malheureusement tellement accidenté et caillouteux qu'il leur est souvent difficile de se précipiter vers la source de ces bruits pour en identifier l'origine. Une analyse récente laisse également supposer qu'il pourrait aussi exister une forte perturbation naturelle du champ géomagnétique local.

Le , lors d'une veille d'observation au Col de Vence, des témoins voient une petite sphère rouge orange se déplacer vers la gauche, le long de la crête, puis vers le zénith, dans un silence total. Certains d'entre eux, déçus d'avoir raté cette 1ère apparition (qui sera identifiée ultérieurement comme le triplet de satellites NOSS 2-3) auront l'occasion d'en voir 1 s avec les autres.

Une pierre chaude sera également trouvée un jour sur le siège avant d'une voiture d'un enquêteur, dont toutes les vitres auraient été fermées. Certains en conclurent que la pierre avait dû passer à travers le toit et qu'il s'agissait d'un phénomène de poltergeist. Cependant, cette voiture n'était pas fermée à clé et elle était garée à proximité d'une autre voiture appartenant à des gens de passage qui fut quant à elle endommagée par plusieurs chutes de pierres.

Le retour de Laurent : Analyse UFOCom

En , Laurent filme une vidéo surprenante dans la région. Il la confie à Mesnard qui la transmet à son tour au groupe d'enquête UFOCom pour analyse, en . Mesnard relate ainsi les faits LDLN n° 362, 2001-12 :

En plein après-midi (), le décollage - vertical et très rapide - d'une boule blanche a été filmé à l'aide d'un camescope VHS. Le phénomène est visible sur une dizaine de vues successives. La distance est connue avec une assez bonne approximation, ce qui permet d'évaluer l'ordre de grandeur de l'accélération. Extrêmement bref, le phénomène - apparemment silencieux - n'a pas été observé directement. Il semble que le diamètre de la boule ait été de l'ordre de 1 m.

En octobre, j'ai fait la connaissance de Patrick L. Je vais assez fréquemment dans la région niçoise pour des raisons familiales. A chaque fois, je ne manque pas de rencontrer Patrick. Nous sommes montés à différentes reprises au Col de Vence ensemble. J'ai passé de longues heures avec lui et nous avons échangé de passionnantes conversations. Je peux affirmer que Patrick n'est pas un affabulateur et encore moins un tricheur.

Quelques groupes sectaires pro-HET ont évolué durant plusieurs années autour du Col de Vence. La zone militaire la plus proche est le Camp de Canjuers, à 50 km environ.

Références :